Economie

L'industrie de la mode voudrait en finir avec les jeans skinny (mais ce n'est pas près d'arriver)

Repéré par Mélissa Bounoua, mis à jour le 21.08.2014 à 14 h 52

Repéré sur Bloomberg, The Guardian

Un magasin de jeans Diesel à Milan, en 2012. thinkretail via Flickr CC License by.

Un magasin de jeans Diesel à Milan, en 2012. thinkretail via Flickr CC License by.

Lors de la saison printemps-été 2014, les marques ont essayé de vendre des pantalons de survêtements que les femmes peuvent porter pour aller au travail. Les créateurs parlent de «pantalons de survêtement habillés».

Derrière cette tendance dont on peut questionner la pérennité, le fait que l'industrie de la mode et les grands groupes d'habillement cherchent l'idée qui permettra de relancer une nouvelle fois les ventes, note le site américain Bloomberg. Car, depuis que les jeans skinny (très près du corps) sont revenus à la mode il y a quelques années, aucun pantalon n'a eu autant de succès. Et les groupes d'habillement ne trouvent pas ce qui fera vendre davantage.

La tendance aux pantalons étroits, déjà adoptée par Mick Jagger dans les années 60 puis par Kate Moss dans les années 90, semble en effet difficile à faire disparaître. En 2013 déjà, le Guardian consacrait un long article au jean skinny:

«Vous pouvez essayer dans n'importe quelle rue en Angleterre. S'il y a des gens, il y aura forcément des jeans skinny. Ils font partie du paysage, comme les lampadaires –mais eux sont plus étroits.»

Même si le nom du jean skinny –maigre, en anglais– avait de quoi décourager les personnes aux formes généreuses, cela n'a pas été le cas, continuait la journaliste du Guardian:

«Malgré toutes les critiques sur sa forme qui n'irait qu'aux personnes minces (le nom n'aide pas, il faut dire), les jeans skinny sont en fait élastiques et étonnamment populaires, s'étirant pour s'adapter à toutes les courbes et toutes les classes sociales. Ils habillent tout le monde, de la future reine d'Angleterre à la star Russell Brand, et tous les musiciens, de Lil Wayne à Justin Bieber.»

Parmi les tentatives opérées depuis par les marques, on trouve les jeans de couleur ou les pantalons fluides, mais rien n'a pris autant que les jeans skinny. Dommage pour un marché déjà juteux, les ventes de vêtements pour femmes ayant augmenté de 1% au cours des douze derniers mois aux Etats-Unis pour atteindre 116,2 milliards de dollars de chiffre d'affaires, quand les ventes de pantalons ont évolué deux fois plus vite, à hauteur de 8,2 milliards de dollards, selon les chiffres relayés par Bloomberg.

Au-delà du jean lui-même, l'arrivée de nouvelles formes sur le marché oblige clients et clientes à reconstituer leur garde-robe, ce qui aiderait l'industrie de l'habillement. C'est ainsi que les femmes ont acheté des horribles bottes Ugg en forme d'après-ski parce que les jeans skinny y entraient parfaitement.

Comme tout vêtement incontournable, l'avantage du jean skinny est qu'il se porte avec n'importe quel tee-shirt, chemise, débardeur, blouse... À une époque où les consommateurs n'ont pas toujours les moyens de renouveler leur garde-robe chaque année, la journaliste du Guardian va jusqu'à en faire un des symboles de la société actuelle:

«Peu importe que tout le monde en porte. Peut-être même que cela fait nous sentir bien. Il n'est pas possible de dire ça de beaucoup de choses aujourd'hui, mais lorsque l'on parle de jeans skinny, tout le monde tombe d'accord.» 

En revanche, il est peu probable que l'on voie un jour Kate Middleton ou Michelle Obama porter un pantalon de survêtement en dehors de leurs séances de sport. Même s'il est «habillé». 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte