Culture

Nos héros de séries préférés nous rendent-ils meilleurs?

Temps de lecture : 2 min

Les personnages de Friends | Warner Bros
Les personnages de Friends | Warner Bros

C'est indéniable, dès que l'on plonge le nez dans plusieurs tomes d'un bouquin ou dans une série que l'on va suivre sur cinq saisons, on s'identifie à certains de ses personnages. Et qui ne s'est jamais dit: «Qu'aurait fait [insérez ici votre personnage de série préféré] à ma place?»

Une équipe de chercheurs américains en psychologie n'a pas trouvé la réponse à cette question mais s'est demandée si les «relations» que nous entretenions avec ces être fictifs étaient bonnes pour nous. Research Digest, le blog de la British Psychological Society, qui rapporte les conclusions de cette étude, montre que ce n'est pas aussi simple que cela.

Les chercheurs définissent ces relations comme des relations parasociales qui ont comme avantage de nous permettre de percevoir des réalités sociales et émotionnelles tout en restant assis dans notre canapé. Ces personnages fictifs agissent ainsi comme des testeurs. Les situations qu'ils vivent nous touchent et soulèvent des questions sur nous-mêmes. Les auteurs indiquent que, plus nous nous identifions à ces personnages, plus ce ressenti sera fort.

Ainsi, «ceux qui sont isolés temporairement ou de manière chronique, ceux qui ont des relations sociales limitées ou ceux qui font partie de groupes sociaux homogènes» pourraient, par l'intermédiaire de ces relations parasociales, trouver des réponses à des questionnements ou prendre confiance en eux. La proximité est telle que l'expérience menée auprès d'étudiants montre que ces personnages sont plus importants dans notre développement personnel que des camarades de classe, par exemple.

Cependant, les auteurs semblent oublier que l'identification pousse parfois certaines personnes à prendre pour argent comptant ce qu'elles trouvent dans les séries. Alors, bien entendu, tous les fans de Dexter ne deviennent pas des tueurs en série mais comme nous l'expliquions ici-même en 2011, les séries pour ados de type Vampire Diaries ont une fonction prescriptrice et, plutôt que d'ouvrir l'esprit à des questionnements humains, véhiculent bien souvent des stéréotypes. Donc faites attention, et choisissez-bien vos amis fictifs.

Newsletters

Avec «8 Rue de l'Humanité», Dany Boon fait rimer Covid et vide

Avec «8 Rue de l'Humanité», Dany Boon fait rimer Covid et vide

Directement sorti sur Netflix, le nouveau film du réalisateur de «Bienvenue chez les Ch'tis» se distingue avant tout par son sens de la blague éculée. Tout ça pour ça.

«Pleasure», la pornographie comme modèle et comme défi

«Pleasure», la pornographie comme modèle et comme défi

Le film de Ninja Thyberg accompagne une jeune fille dans les méandres de l'industrie du hard californienne.

Dave Chappelle n'a pas changé, c'est nous qui nous sommes trompés sur son compte

Dave Chappelle n'a pas changé, c'est nous qui nous sommes trompés sur son compte

On a cru que l'humoriste était progressiste, ce n'est pas le cas.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio