Monde

Il n'y a jamais eu autant de travailleurs humanitaires tués dans le monde qu'en 2013

Joshua Keating, traduit par Grégoire Fleurot, mis à jour le 20.08.2014 à 14 h 56

Un combattant de l'armée syrienne libre debout sur des sacs humanitaires dans la ville assiégée de Homs en Syrie le 12 février 2014. REUTERS/Thaer Al Khalidiya

Un combattant de l'armée syrienne libre debout sur des sacs humanitaires dans la ville assiégée de Homs en Syrie le 12 février 2014. REUTERS/Thaer Al Khalidiya

2013 a été l'année la plus meurtrière jamais enregistrée pour les travailleurs humanitaires, selon un nouveau rapport publié par l'ONG britannique Humanitarian Outcomes. Il y a eu 270 attaques contre des travailleurs humanitaires l'année dernière, contre 170 l'année précédente; 155 travailleurs humanitaires ont été tués, 171 blessés et 134 kidnappés. Tous ces chiffres sont en hausse significative.

Si des attaques ont été enregistrées dans plus de 30 pays, la violence contre les travailleurs humanitaires est un phénomène assez localisé. Les trois quarts des attaques ont eu lieu dans seulement cinq pays: l'Afghanistan, la Syrie, le Soudan du Sud, le Pakistan et le Soudan.

Sans surprise, il s'agit d'endroits «qui connaissent des insurrections armées et/ou des gouvernements et des Etats de droit défaillants». Le rapport affirme que les chiffres «ne reflètent pas une tendance mondiale qui consisterait à s'en prendre de plus en plus aux travailleurs humanitaires, mais sont principalement limités à ce petit nombre de cas où des conflits ont éclaté».

Ce n'est pas parce qu'un pays ne fait pas partie de cette liste qu'il est sûr pour les travailleurs humanitaires. Les chiffres de la Somalie, par exemple, ont baissé l'année dernière pour la simple raison que les organisations y ont réduit leur présence. Médecins sans frontière s'est complètement retiré en 2013, après 22 ans de présence dans le pays, à cause d'attaques contre ses employés.

43% des attaques ont visé des ONG nationales plutôt que des organisations internationales ou des Nations unies. De manière générale, les travailleurs semblent le plus vulnérables lorsqu'ils voyagent. Plus de la moitié des incidents étaient des embuscades ou des attaques sur des routes.

2014 s'annonce comme une nouvelle année noire dans les pays cités ci-dessus. L'ONU rapportait au début du mois que cinq travailleurs humanitaires ont été tués par un groupe de miliciens au Soudan du Sud. L'Afghanistan a aussi été le théâtre d'attaques contre des travailleurs humanitaires.

Le chercheur en sciences politiques Chris Blattman a récemment prédit que «dans vingt à trente ans, la plupart des pays qui seront encore pauvres seront les Etats fragiles d'aujourd'hui. Tous les autres auront sans doute atteint des niveaux de revenu moyens».

Si c'est peut-être un peu exagéré, il est sans doute vrai que les crises humanitaires et l'instabilité politique ont tendance à se renforcer mutuellement, tandis que les facteurs qui créent la nécessité d'une aide extérieure urgente dans certains pays contribuent aussi à en faire les endroits les plus dangereux pour les travailleurs humanitaires. 

Joshua Keating
Joshua Keating (148 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte