Science & santé

Une inégalité hommes-femmes pire que l'éducation des enfants ou les tâches ménagères: les soins aux parents âgés

Repéré par Claire Levenson, mis à jour le 20.08.2014 à 11 h 13

Repéré sur The Washington Post, Université du Michigan

À La Jolia (Californie), en mars 2012. REUTERS/Mike Blake.

À La Jolia (Californie), en mars 2012. REUTERS/Mike Blake.

Les inégalités hommes-femmes sont encore très fortes quand on compare le temps passé à garder les enfants et à effectuer des tâches ménagères. Mais il est un domaine où le déséquilibre est encore plus flagrant: les soins prodigués aux parents âgés.

Selon les recherches d’une sociologue de l’université de Princeton, relayées par le Washington Post, les filles s’occupent en effet deux fois plus de leurs parents âgés que les fils: elles passent en moyenne 12 heures par mois avec leurs parents, contre cinq heures et demi pour les fils.

«Les fils réduisent le temps qu’ils passent à s’occuper de leurs parents quand ils ont une sœur, alors que les filles augmentent le temps consacré aux parents lorsqu’elles ont un frère», explique Angelina Grigoryeva, qui vient de présenter, lors d'une assemblée de l’Association de sociologie américaine, son travail, réalisé à partir d’un sondage effectué par l’Université du Michigan sur plusieurs milliers d’Américains âgés de plus de 50 ans. «Ceci suggère que les fils laissent la responsabilité des soins aux sœurs.»

Selon la doctorante, «l’inégalité hommes-femmes est plus prononcée dans le domaine des soins aux parents âgés que dans celui des tâches ménagères ou de la garde des enfants». Or, s’occuper intensément de parents dépendants a un impact psychologique souvent négatif sur la personne qui aide, sans parler de l’impact financier et physique.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte