Science & santéHistoire

Un soldat moderne pourrait-il battre un chevalier dans un combat au corps-à-corps?

Quora, traduit par Jean-Clément Nau, mis à jour le 15.08.2014 à 10 h 52

Apprentissage précoce, spécialisation dans le combat rapproché, armes plus adaptées, meilleure armure pour ce type de combat: le chevalier battrait le guerrier moderne

A knight's helmet / Bryn Salisbury via Flickr CC License By

A knight's helmet / Bryn Salisbury via Flickr CC License By

Cette question a été posée sur le site Quora.com. La réponse est de Jon David, sergent dans les marines et vétéran de la guerre d'Irak, qui enseigne le maniement des armes. 

Nous voulions savoir quelle serait l'issue d'un duel épique entre deux des plus grands et des plus redoutables guerriers de tous les temps. La réponse était moins intéressante que prévue. Le marine américain, que j'avais choisi d'opposer au chevalier, perd la bataille –et ce n'est finalement pas si surprenant.

Entrainement 

Les marines d'aujourd'hui sont particulièrement bien formés au combat rapproché, mais ils s'entraînent à combattre les autres forces militaires de notre époque. Le Marine Corps a même élaboré son propre art martial, principalement axé sur le combat: le Marine Corps Martial Arts Program. Toutes les recrues apprennent des techniques (plus ou moins complexes) d'arts martiaux et de combat au couteau au camp d'entraînement ; lorsqu'elles intègrent l'unité avec laquelle elles iront sur le terrain, elles reçoivent un entraînement beaucoup plus poussé. 

Rien de comparable avec l'entraînement au combat rapproché que recevaient les chevaliers, cependant. Ces derniers étaient élevés en soldats depuis leur plus jeune âge, et –à l'exception des arcs et des flèches, j'imagine– aucune autre forme de formation au combat n'existait. Ils ont donc l'avantage.

Il faut également se souvenir que les marines (aussi doués soient-ils) ne deviennent soldats qu'à l'âge adulte. Dès sa naissance, le chevalier était lié à son seigneur par un contrat militaire: ses obligations martiales lui donnaient le droit de posséder terres familiales et richesses. Lorsqu'elle ne jouait pas un rôle plus important (qui nécessitait l'acquisition de talents plus importants), comme la gestion d'un pays, la majorité de la noblesse formait une caste guerrière, qui a transmis son savoir de génération en génération pendant bien longtemps.

Armement

Vous expliquer les choses en détail serait faire insulte à votre intelligence. Le Ka-Bar est un bon couteau. Pas une bonne épée.

Armure 

Les marines d'aujourd'hui portent des variantes de l'armure kevlar Interceptor. C'est un bon système: la protection balistique peut arrêter une cartouche de 9mm sur la quasi-totalité du corps, et l'armure est renforcée sur les zones vitales (abdomen, torse). On peut équiper l'armure de plaques céramiques, ce qui lui permet d'arrêter des munitions de calibre bien supérieur. On peut même citer le cas bien connu –et extraordinaire– d'un médecin militaire pris pour cible par un tireur d'élite insurgé en Irak: l'impact l'a projeté au sol, mais il s'est relevé et est allé se mettre à couvert en courant. L'histoire ne s'arrête pas là: le tireur d'élite n'avait pas repéré les troupes qui se trouvaient hors de son champ de vision. Les soldats en question ont pris d'assaut sa cachette et l'ont blessé grièvement. Vous savez qui est venu lui sauver la vie? Vous l'aurez deviné: le toubib. Cette vidéo montre l'armure en action.

L'armure Inteceptor est assez époustouflante. Il existe de meilleures options, mais elle a sauvé des milliers de vie. Elle est particulièrement légère, si l'on prend en compte le degré de protection qu'elle accord. Croyez-moi – je l'ai portée pendant des années. Elle permet une bonne liberté de mouvement: le marine jouirait d'une mobilité bien supérieure à celle du chevalier (même si l'on se fait nombre d'idées fausses sur la liberté de mouvement des chevaliers d'antan). Ils pouvaient se mouvoir avec plus de facilité qu'on le pense – mais sur ce point, ils ne pourraient rivaliser avec un marine équipé de son armure. 

Ceci dit, une protection pare-balles et une armure permettant d'arrêter les coups d'épée sont deux choses différentes. Il serait assez facile de percer l'Interceptor en quelques coups; il suffit d'atteindre la cible, et le chevalier finirait bien par y parvenir. Par ailleurs, l'armure Interceptor n'est pas conçue pour arrêter un coup administré par une arme à long tranchant. Et ce pour une simple raison: elle est faite de tissu (les proportions varient). Dans de cas précis, elle n'offre presque aucune protection.

Pendant ce temps, le Marine doit trouver les quelques points faibles de l'armure du chevalier pour y plonger son couteau.

«Vise les yeux!»; «Regarde si l'armure couvre ses jambes!», direz-vous. Mais comprenez bien que le marine est en train d'affronter une forteresse humaine furibarde et quasiment imprenable qui lui assène moult coups d'épée. Au corps-à-corps, cet homme n'a presque aucun moyen de vaincre le chevalier. S'il est malin et qu'il s'agit d'un combat à mort, il restera hors de portée et tentera d'épuiser le chevalier. Il va sans dire que les marines ne sont pas formés pour faire face à ce type de situation, donc il faudrait compter sur l'intelligence du soldat. Cela dit, n'oublions  pas qu'un chevalier intelligent prendrait son temps et suivrait lentement son ennemi; tôt ou tard, notre pauvre guerrier d'aujourd'hui se retrouverait acculé.

Etant donné ces éléments –apprentissage précoce, spécialisation dans le combat rapproché, armes plus adaptées, meilleure armure pour ce type de combat– je ne vois pas comment un guerrier moderne pourrait remporter ce duel.

Ce n'est pas forcément un mal. Il faut bien comprendre que le marine est l'unité d'élite d'aujourd'hui. Ses techniques, ses armes et son armure sont conçues pour relever les défis d'aujourd'hui, et ce mieux que n'importe quelle autre force armée comparable. Le chevalier était son équivalent, mais à une autre époque. La comparaison n'est pas pertinente, car ces deux types d'unité se sont spécialisées pendant des centaines d'années pour accomplir une tâche précise, qui dépendait directement des capacités des ennemis qu'ils combattaient. Leur formation avait pour but de faire d'eux les meilleurs soldats de leur temps; le passé n'était pas pris en compte. Ne vous méprenez pas, j'adore parler de mes collègues marines et de leurs prouesses, mais dans ce type de scénario, les choses tourneraient mal pour eux (ou pour n'importe quel soldat moderne).

Dans 800 ans, on se posera peut-être le même type de question: «Et si un commando de l'espace affrontait un marine du XXIe siècle en duel, et que le commando de l'espace ne pouvait utiliser ses épées plasma, ses pistolets à photons, son armure de combat cybernétique et son bouclier énergétique?»

Si vous voulez mon avis, je pense que nous serions déclarés vainqueurs.

Quora
Quora (1 article)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte