France

François Hollande et Manuel Valls ne seront pas sauvés par l'Europe

Fabien Escalona, mis à jour le 19.08.2014 à 9 h 42

Pris de panique avant une rentrée qui s’annonce catastrophique, l’exécutif semble compter sur l’Union européenne comme échappatoire. Une tentative tardive, floue et qui détourne de l’essentiel: Hollande et Valls devront d’abord se sauver de leurs propres choix et forcer le destin. Ni Juncker, ni Draghi, ni l’Allemagne ne le feront pour eux.

François Hollande et Manuel Valls, le 8 mai 2014. REUTERS.

François Hollande et Manuel Valls, le 8 mai 2014. REUTERS.

Depuis le début du mois d’août, l’exécutif s’est enfin décidé à reconnaître publiquement la gravité de la conjoncture économique et le risque de déflation qui pèse sur la zone euro, remettant en cause les objectifs gouvernementaux martelés depuis 2012. La croissance économique en France au deuxième trimestre était nulle.

Aucun «changement de cap» n’est cependant en vue pour l’instant. C’est le désarroi qui domine, en raison de l’absence d’une alternative claire à portée de main et de l’indétermination stratégique que François Hollande fait planer sur son gouvernement et sa majorité rétractée.

Cela dit, les deux têtes de l’exécutif et leurs entourages laissent entendre que des marges de manœuvre pourraient être dégagées, si l’Union européenne se décidait à favoriser davantage la croissance. Plusieurs pistes ont été évoquées, dans un certain désordre: un délai supplémentaire pour le rééquilibrage des comptes publics, une action de la Banque centrale européenne pour affaiblir le cours de l’euro ou encore un effort de l’Allemagne pour relancer sa demande interne…

De manière frappante, l’espoir de voir ces pistes se concrétiser est souvent relié à l’hypothèse d’une offensive concertée de la social-démocratie européenne, dont un des représentants, Matteo Renzi, assume la présidence tournante de l’UE. Après le scrutin européen, il a été le premier à contester l’application stricte des «pactes» qui corsètent les politiques économiques des Etats membres, un peu esseulé face à Angela Merkel. Cette dernière a pour ministre de l’Economie un social-démocrate, Sigmar Gabriel, qui a employé une rhétorique pro-croissance douce aux oreilles de Paris.

Le «sursaut» européen, une illusion

Le président français, justement, réunira tous les chefs de gouvernement sociaux-démocrates dans la capitale avant l’entrée en fonction de la nouvelle Commission. Au sein de cette dernière, le socialiste Pierre Moscovici se verra en outre attribuer un portefeuille économique au périmètre encore flou. Bien que responsable d’un courant de la gauche du PS qui a contesté l’austérité appliquée par l’ancien ministre du Budget, Emmanuel Maurel n’estime pas que cette nomination est une mauvaise nouvelle, comptant justement sur le respect par Moscovici d’une supposée feuille de route «anti-austérité».

Quitte à se répéter, il faut cependant expliquer et souligner à quel point, dans les conditions actuelles, cet espoir en un sursaut européen, qui plus est en comptant sur des alliés ou des personnalités «de gauche», pourrait se révéler gravement illusoire:

1. Ni Renzi ni Moscovici ne seront évidemment en mesure de sauver Hollande et Valls.

2. L’appel au secours de ces derniers n’aura de sens que s’ils reviennent de manière critique sur l’orientation qu’ils ont jusqu’à présent mise en œuvre en France.

3. Une offensive éventuelle devra être beaucoup mieux coordonnée et suivie d’actes. Ni l’entre-soi social-démocrate, ni des complaintes indirectement adressées à Angela Merkel via la presse française ne seront à la hauteur.

Les structures de l’UE et de la zone euro

On a déjà pu résumer sur Slate, dans cet article et dans celui-ci, pourquoi l’UE était structurellement défavorable à une approche sociale-démocrate de la politique économique et de la crise actuelle. Les élections européennes n’ont rien changé à cet état de fait. En un mot, ses institutions tendent à consacrer le primat de la concurrence, de la stabilité des prix et des politiques restrictives, tout en rendant ces choix difficiles à contester et surtout à renverser, que ce soit par l’intervention des peuples ou le rapport de forces entre Etats membres.

S’il en était besoin, des déclarations récentes ont d’ailleurs confirmé la prégnance du goût pour l’austérité au sein des principales institutions communautaires. Le président de la nouvelle Commission, Jean-Claude Juncker, dont on peut rappeler au passage qu’il a été soutenu avec une belle unanimité par les sociaux-démocrates du Conseil européen et par une majorité d’entre eux au Parlement, a précisé que «la rigueur budgétaire doit se poursuivre en Europe». De son côté, le président de la BCE, Mario Draghi, a minimisé le risque actuel de déflation pour mieux défendre le statu quo.

Au demeurant, non seulement certaines demandes de François Hollande sont parfois inadaptées au contexte européen actuel, mais même si quelques-unes passaient à travers ce tamis «austéritaire», il n’est pas sûr que cela aboutisse à changer fondamentalement la situation.

La dépréciation du taux de change de la monnaie unique, par exemple, a du sens pour la France mais pas pour la zone euro, qui est excédentaire. Et encore, dans la mesure où les déficits français ont une origine majoritairement européenne, le pays ne profiterait d’une monnaie plus faible que si ses partenaires ne disposaient pas de la même! Or, aux dernières nouvelles, le président de la République n’est pas devenu un partisan de la sortie de l’euro… Pour parvenir à la dépréciation de ce dernier, il faudrait en tout état de cause obtenir un consensus improbable des chefs de gouvernement, ou employer des moyens interdits par les traités. [1]

Par ailleurs, les prêts massifs de liquidités par la BCE, à nouveau réclamés, ne profitent en fait guère à l’économie réelle européenne en raison des anticipations pessimistes des ménages et des entreprises. Quant au délai supplémentaire pour rétablir les comptes publics, cela représenterait un soulagement immédiat qui ne répondrait ni au dumping fiscal et social intra-européen, ni à l’absence de politique industrielle, ni à l’hétérogénéité de la zone euro...

En réalité, une compréhension sociale-démocrate de la crise de la zone euro, qui serait ambitieuse et radicale au sens propre du terme, exigerait d’affronter simultanément les enjeux majeurs suivants:

1. le fait que cette zone relaie et même amplifie une mondialisation commerciale et financière qui augmente les inégalités et restreint les choix souverains des peuples;

2. le fait qu’aucun mécanisme sérieux n’existe pour réduire l’hétérogénéité de cette zone, laquelle rassemble des économies privilégiant les exportations comme moteur de la croissance et d’autres la demande interne, ce qui suppose des besoins différents en termes d’inflation ou d’équilibres des comptes publics;

3. le fait que la gravité de la situation exigerait en outre un encadrement beaucoup plus drastique et démocratique de la finance, ainsi qu’un rôle d’investisseurs voire d’employeurs «en dernier ressort» pour les pouvoirs publics.

Les divisions sociale-démocrates

Evidemment, nous sommes loin d’une telle cohérence dans les demandes de la France ou de la social-démocratie européenne. Cela n’est pas imputable seulement à l’ampleur décourageante des changements à porter où à l’hostilité des «conservateurs». Les divisions des sociaux-démocrates eux-mêmes sont un facteur supplémentaire souvent négligé. Leur prise en compte amène à douter de la pertinence d’une stratégie «de famille politique».

Une première illustration peut être trouvée du côté de la compétition fiscale à l’intérieur de l’UE. Ce mécanisme, qui réduit les bases imposables et les dépenses discrétionnaires des Etats, apparaît comme typiquement non coopératif et «anti-social-démocrate». Sur ce sujet, il existe pourtant une division entre «petits» et «grands» pays. Cette compétition ayant en effet tendance à profiter aux territoires nationaux de petite taille, ceux-ci peuvent alors plus facilement délivrer des biens publics à leurs populations, aux dépens des grands pays. Concrètement, les sociaux-démocrates autrichiens, les socialistes luxembourgeois et les travaillistes irlandais ne sont clairement pas en tête pour combattre cet état de fait.

Une seconde illustration, plus essentielle, concerne l’architecture de la zone euro en général et les impératifs d’équilibre des comptes publics et de stabilité des prix en particulier. Dans ce cas, un fossé sépare, d’un côté les sociaux-démocrates allemands et ceux de ses «satellites» économiques, qui se distinguent par leur orthodoxie, et d’un autre côté les socialistes latins, davantage marqués par une tradition plus interventionniste. Ce fossé reflète l’asymétrie entre les pays à la croissance tirée par les exportations (schématiquement au Nord) et ceux à la croissance tirée par la demande interne (schématiquement au Sud).

Alors qu’un changement de statut et des missions de la BCE est par exemple réclamé depuis longtemps au sein du PS, l’Allemand Martin Schulz, candidat commun des sociaux-démocrates aux européennes, considère que «c’est sa mission d’être indépendante et de garantir la stabilité des prix». Le statu quo va dans son sens, dans la mesure où les socialistes français ont accepté ces conditions pour obtenir la monnaie unique. Au pouvoir en 1997 et en 2012, ils ont en outre échoué, voire renoncé, à «renégocier» des accords européens structurants, dans lesquels ils souhaitaient justement donner plus d’importance aux objectifs de croissance et d’emploi, ce qui leur revient aujourd’hui en boomerang.

Il est important de comprendre que dans cette querelle, le SPD se conforme largement à un consensus national très ancien et certainement durable. Ce dernier est fondé sur un modèle exportateur particulier, permettant de protéger l’emploi et le pouvoir d’achat en dépit d’une grande rigueur budgétaire et monétaire.

De plus, les sociaux-démocrates allemands ont été historiquement liés aux milieux industriels exportateurs, avec qui ils ont lutté depuis le XIXe siècle et pendant plusieurs décennies, contre un bloc social anti-démocratique et aux tentations autarciques. Enfin, le keynésianisme a toujours été une doctrine économique marginale dans leurs rangs comme dans ceux des syndicats, de l’administration et des économistes allemands eux-mêmes. [2]

Même si la stratégie néo-mercantiliste de l’Allemagne a sans doute atteint ses limites, la probabilité d’un retournement de la «grande coalition» au pouvoir est trop faible pour pouvoir compter dessus, du moins à court terme. On notera d’ailleurs qu’au niveau européen aussi, le SPD se fait le fer de lance d’une stratégie de grande coalition pour aligner les positions des sociaux-démocrates avec celles du PPE (droite).

Les socialistes français récoltent ce qu’ils ont semé

Les échecs des socialistes dans leur renégociation des traités européens doivent cependant être mis en regard de leurs propres ambiguïtés et choix de politique économique, qui gênent ou rentrent en contradiction avec la construction d’une réelle alternative.

François Hollande appartient ainsi à une génération et à une sensibilité qui ont choisi d’approfondir l’intégration européenne et monétaire, mais aux conditions de l’Allemagne. En faisant le pari de concessions futures, certes, mais probablement aussi en fantasmant la place de la France dans le même groupe de «pays du Nord», dont notre économie ne partage pourtant pas la structure et les besoins.

Dans cette optique, les exigences allemandes apparaissaient moins comme un sacrifice dommageable que comme une incitation à une discipline nationale jugée nécessaire et trop longtemps retardée. En 1984, l’historien Alan Milward notait déjà que «les institutions [communautaires] furent créées en tant qu’instruments des Etats nations pour faire des choses impossibles à réaliser autrement»…

Des traces de ce choix fondateur sont encore présentes dans l’insistance de toute une partie des élites sociale-démocrates (Laurent Fabius, Pascal Lamy, Didier Migaud…) sur les indispensables «réformes structurelles» et l’impératif de «crédibilité» de la France vis-à-vis de ses partenaires. Il s’agit là d’une fraction «mondialisatrice», largement acquise au néolibéralisme, qui a jusque-là dominé une autre fraction des élites sociale-démocrates «à l’ancienne» (quel que soit leur âge!), défendant une option plus dirigiste et centrée sur l’intérêt national. La réalité du pouvoir a déjoué la tentative hollandiste d’une synthèse entre ces deux sensibilités, que Valls souhaiterait dépasser sans en avoir encore les moyens.

L’économie française s’est en tout cas largement distinguée de la trajectoire allemande en se désindustrialisant fortement et en développant spectaculairement son secteur financier. Or, la prévenance envers ce monde (passé du statut d’«adversaire» à celui d’«ami», selon la désopilante boutade de Michel Sapin), est un handicap supplémentaire dans la formulation d’une stratégie alternative cohérente pour la France et la zone euro. On se souvient comment Pierre Moscovici a cherché à réduire à presque rien le cantonnement des activités de marché des grandes banques françaises.

C’est à ce point que le choix du prochain commissaire français doit être questionné. D’un côté, l’exécutif en appelle à une stratégie orientée vers la croissance, incluant une relance allemande. De l’autre, il envoie à Bruxelles un ancien ministre comptable, comme le rappelle le journaliste de la Tribune Romaric Godin, d’une politique de consolidation budgétaire ayant anémié l’activité; de l’enterrement du «pacte de croissance» européen lancé par Hollande en juillet 2012; et d’un alignement sur le ministre allemand des Finances. L’intéressé lui-même reconnaît qu’il n’a «jamais pris une seule décision importante sans [se] concerter avec [son] ami Wolfgang Schäuble» et rappelle fièrement avoir «réduit les déficits et les coûts du travail».

Là où la chose est encore plus cocasse, c’est que le ministre Moscovici n’a pas été remercié en raison d’un changement d’orientation. Au contraire, le chef de l’Etat a accentué une politique de réduction budgétaire et d’allègements multiples en faveur des entreprises. Or, comme le rappelle le politiste Christophe Bouillaud, cette politique improprement surnommée «socialisme de l’offre» est tout à fait conforme aux objectifs fixés aux Etats par la Commission européenne, qui n’ont jamais été officiellement remis en cause.

Plusieurs contributeurs d'un numéro accablant de la revue L’Économie politique, proches ou acteurs de la social-démocratie, considèrent en outre que la France aurait pu profiter de taux d’intérêt historiquement bas et des délais d’ajustement qui lui avaient été accordés pour mener une autre politique, orientée vers l’investissement social et écologique.

Les deux années écoulées ont ainsi parfaitement illustré l’impasse dans laquelle se trouvent les sociaux-démocrates  lorsqu’ils cherchent à définir une politique de l’offre originale. L’obsession pour la «compétitivité», mêlée au respect d’une politique macro-économique restrictive, ne peut suffire à renouer avec le plein emploi. Par conséquent, elle sape progressivement l’appui et la solidarité de la base salariée de la social-démocratie.

C’est une leçon majeure assénée par le chercheur Ton Notermans, dans un ouvrage où il affirme que le succès, pour la social-démocratie, consiste à gérer une économie capitaliste de façon à obtenir croissance, plein emploi et gains sociaux, en évitant toute spirale inflationniste. Pour leur part, Hollande et Valls sont confrontés à la stagnation et au chômage de masse, avec le risque d’une spirale déflationniste contre laquelle ils n’ont actuellement aucune réponse à apporter.

Les marges de manœuvres dont ils disposeront ne leur seront accordées ni par l’UE, ni par les sociaux-démocrates coalisés, ni par l’Allemagne. Elles seront celles qu’ils se seront offertes eux-mêmes sur le plan national et qu’ils auront arrachées à leurs partenaires, à l’issue d’une bataille politique méthodiquement pensée et mise en œuvre, en alliance avec les pays susceptibles de partager des intérêts semblables. The right men for the right job?

1 — Je remercie David Cayla, Guillaume Duval et Nicolas Gonzales pour leurs éclaircissements, tout défaut dans l’analyse n’étant évidemment que de ma responsabilité Retourner à l'article

2 — Sur ces différents aspects, voir notamment Christopher Allen, « The Underdevelopment of Keynesianism in the Federal Republic of Germany», in Peter Hall (dir.), The Political Power of Economic Ideas, Princeton University Press, 1989; et Ingo Schmidt, « German social democracy. A popular project and an unpopular party», in David Bailey, Jean-Michel De Waele, Fabien Escalona et Mathieu Vieira (dir.), European social democracy during the global economic crisis, Manchester University Press, octobre 2014. Retourner à l'article

 

Fabien Escalona
Fabien Escalona (42 articles)
Enseignant à Sciences Po Grenoble
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte