Culture

Pourquoi des coquilles nous échappent-elles toujours dans nos propres textes?

Temps de lecture : 2 min

Focus / Mark Hunter via Flickr licence by
Focus / Mark Hunter via Flickr licence by

C’est une source d’exaspération infinie pour toute personne qui écrit. Vous aurez beau relire dix fois votre texte, une coquille réussira toujours à déjouer votre attention, et à vous faire inlassablement tressaillir.

Cet article pourrait vous éviter de vous arracher les cheveux à chaque fois que l'on vous en signale une dans un de vos textes. Wired s’est demandé pourquoi ces fautes de frappe nous échappaient, et a interrogé à ce sujet le psychologue Tom Stafford, de l’Université de Sheffield.

La réponse tient en un mot, la généralisation. Lors de la phase d’écriture, le cerveau se concentre sur une mission complexe – formuler des phrases pour transmettre des idées compliquées – et relègue au second plan (ou «généralise») les tâches les plus simples – transformer les lettres en mots par exemple.

«Quand vous êtes en train d’écrire, vous essayez de transmettre du sens. C’est une tâche de haut niveau, explique le psychologue à Wired. On ne peut pas prêter attention à tous les détails.»

Le problème, avec la généralisation, c’est qu’elle est persistante: même dans la phase de relecture, notre cerveau fait l’impasse sur les petits détails, car il connaît déjà le contenu du texte et sa trame, et qu'il a une prédilection pour ces éléments.

«La raison pour laquelle nous ne voyons pas nos propres coquilles est que ce que l’on voit à l’écran rivalise avec la version qui existe dans nos têtes», explique Wired.

Elles sautent en revanche impitoyablement aux yeux des lecteurs, car ils empruntent pour la première fois le cheminement de notre pensée, ce qui leur permet de se concentrer sur des détails du paysage textuel qui nous avaient échappé.

N.B.: nous espérons qu'aucune coquille ne s'est glissée dans cet article. Dans le cas contraire, vous avez désormais une bonne raison d'être indulgent.

Newsletters

Comateens, groupe méconnu et indispensable des années 1980

Comateens, groupe méconnu et indispensable des années 1980

À l'occasion de la réédition chez Tricatel des trois albums de cette étoile filante des années 1980, Bertrand Burgalat et Étienne Daho reviennent sur le génie créatif du groupe.

À Marseille, la culture laissée en friche

À Marseille, la culture laissée en friche

[Épisode 5] La politique culturelle de la cité phocéenne est à bout de souffle. Sophie Camard, cheffe de file La France insoumise pour les municipales de 2020, espère lui donner un nouvel élan.

À quoi servent les suites de vos albums préférés?

À quoi servent les suites de vos albums préférés?

Si leur rôle premier est mercantile, ces rééditions redéfinissent par leurs contraintes les possibilités d'expression des artistes.

Newsletters