Culture

Pourquoi des coquilles nous échappent-elles toujours dans nos propres textes?

Temps de lecture : 2 min

Focus / Mark Hunter via Flickr licence by
Focus / Mark Hunter via Flickr licence by

C’est une source d’exaspération infinie pour toute personne qui écrit. Vous aurez beau relire dix fois votre texte, une coquille réussira toujours à déjouer votre attention, et à vous faire inlassablement tressaillir.

Cet article pourrait vous éviter de vous arracher les cheveux à chaque fois que l'on vous en signale une dans un de vos textes. Wired s’est demandé pourquoi ces fautes de frappe nous échappaient, et a interrogé à ce sujet le psychologue Tom Stafford, de l’Université de Sheffield.

La réponse tient en un mot, la généralisation. Lors de la phase d’écriture, le cerveau se concentre sur une mission complexe – formuler des phrases pour transmettre des idées compliquées – et relègue au second plan (ou «généralise») les tâches les plus simples – transformer les lettres en mots par exemple.

«Quand vous êtes en train d’écrire, vous essayez de transmettre du sens. C’est une tâche de haut niveau, explique le psychologue à Wired. On ne peut pas prêter attention à tous les détails.»

Le problème, avec la généralisation, c’est qu’elle est persistante: même dans la phase de relecture, notre cerveau fait l’impasse sur les petits détails, car il connaît déjà le contenu du texte et sa trame, et qu'il a une prédilection pour ces éléments.

«La raison pour laquelle nous ne voyons pas nos propres coquilles est que ce que l’on voit à l’écran rivalise avec la version qui existe dans nos têtes», explique Wired.

Elles sautent en revanche impitoyablement aux yeux des lecteurs, car ils empruntent pour la première fois le cheminement de notre pensée, ce qui leur permet de se concentrer sur des détails du paysage textuel qui nous avaient échappé.

N.B.: nous espérons qu'aucune coquille ne s'est glissée dans cet article. Dans le cas contraire, vous avez désormais une bonne raison d'être indulgent.

Newsletters

Chagrin d'humour

Chagrin d'humour

Sempé, dessinateur unique, peut-être le plus grand. Par Denis Pessin.

Sempé n'est plus, mais la poésie de ses dessins nous rapprochera toujours

Sempé n'est plus, mais la poésie de ses dessins nous rapprochera toujours

Ce jeudi 11 août, le père du «Petit Nicolas» est mort. Même absent, ce grand monsieur nous laisse de quoi sourire tendrement pendant deux ou trois millénaires.

Derrière l'objectif, au-delà des clichés: Lee Miller, photoreporter de guerre

Derrière l'objectif, au-delà des clichés: Lee Miller, photoreporter de guerre

Oubliez la muse de Man Ray et la modeuse. Unique femme reporter sur le front, elle a aussi été la première à montrer l'horreur des camps de concentration (et la baignoire d'Hitler).

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio