Science & santéScience & santé

Rassurez-vous, ce n'est pas (vraiment) de votre faute si vous oubliez toujours les noms

Repéré par Andréa Fradin, mis à jour le 12.08.2014 à 15 h 02

Repéré sur The Atlantic, Science Daily, io9, Forbes

George W. Bush rencontre des militaires de la US Navy, 10 juin 2012 par Official U.S. Navy Page | FFlickR licence cc by

George W. Bush rencontre des militaires de la US Navy, 10 juin 2012 par Official U.S. Navy Page | FFlickR licence cc by

C'est ce qu'on appelle un moment gênant. Universellement partagé: quand, à l'occasion d'une soirée, cette personne que l'on nous a présentée il y a peine deux minutes continue à nous parler tandis que nos yeux se perdent dans un abysse de gêne et de confusion. «Merde, c'est quoi son nom déjà?»

Rassurez-vous: c'est quelque chose qui arrive à tout le monde. Et n'est la marque d'aucune lacune cérébrale, précise le site The Atlantic, qui rappelle quatre explications possibles à cet oubli des noms.

Il faut déjà prendre en compte «l'effet prochain sur la liste». Quand on rencontre un groupe de plusieurs personnes qui annoncent leur nom chacune à leur tour, notre attention ne se porte en réalité pas sur elles et le nom qu'ont choisi pour elles leurs parents (et ce malgré la meilleure volonté du monde), mais sur le fait qu'on va être le prochain à devoir filer le nôtre, explique The Atlantic. Et le fait, ajoute io9, que dès qu'un membre du groupe donne son nom, nous sommes déjà dans l'attente du prochain. Résultat: on ne retient rien.

Il y a aussi la question de la mémoire, et particulièrement celle censée intervenir en premier dans des situations comme celle-ci: la mémoire à court terme. Or cette dernière est comme un «thermos qui fuit», écrit The Atlantic: si l'information qui y est stockée n'est pas vite transférée ailleurs, elle s'évapore.

Enfin, rentre en ligne de compte la question de l'intérêt. A commencer par le sien, à en croire une étude de psychologie de l'université du Kansas, aux Etats-Unis, relayée en 2012 par Science Daily. Selon le chercheur qui en est à l'origine, Richard Harris, «certaines personnes [...] sont plus intéressées par les gens, plus intéressées par la mise en relation». En particulier ceux qui ont plus intérêt à avoir une bonne mémoire des noms, comme les politiciens.

Certes, cette étude ne vous fera probablement pas déculpabiliser en cas d'oubli systématique, mais peut-être vous rassurera-t-elle quant à vos capacités cognitives.

The Atlantic va néanmoins plus loin que ce chercheur. Et pose la vraie question: si nous manquons parfois d'intérêt, peut-être est-ce précisément lié au fait que les noms et prénoms n'en ont aucun:

«Ça ne vous dit en réalité rien sur la personne que vous êtes en train de rencontrer, et ne donne à votre cerveau aucune matière à laquelle se raccrocher.»

Pour se souvenir d'un nom, mieux vaut en effet lui donner du sens qui activera mieux la mémoire qu'un terme parfaitement arbitraire, explique Paul Reber, un professeur de psychologie contacté par The Atlantic.

De ce fait, les nombreux conseils que vous trouverez sur Internet pour ne plus commettre d'impairs semblent plutôt judicieux. Exemple parmi beaucoup: Forbes suggérait en 2010 de:

1/ répéter sans arrêt le nom en question, dans sa tête ou dès que l'on s'addresse à l'intéressé(e)

2/d'associer le nom en question à une activité précise et significative

3/une association de préférence avec un jeu de mot

4/avec au pire, la solution toute bête qui permet de se tirer de bien des malaises: faire répéter son nom à la personne non identifiée

Certes, ces conseils risquent fort de vous faire passer au mieux pour un VRP («Salut Bob, comment ça?», «Bob, tu es là!», «je suis content de te voir, Bob!», ad nauseam), au pire pour un taré léger, mais ils vous permettront peut-être de ne pas trébucher la prochaine fois que vous verrez Sandra... euh Sandrine? A moins qu'il ne s'agisse de Marie?

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte