Vous voulez lutter contre la violence à l'école? Emmenez un bébé dans la classe

Vidéo promotionnelle de Roots of Empathy

Les Canadiens ont une stratégie unique pour limiter la violence et le harcèlement à l’école: faire venir des bébés dans les classes.

Depuis 1996, le programme Roots of Empathy (Racines de l’Empathie) introduit des nourrissons dans les écoles primaires et les collèges. Assis par terre en cercle, les élèves observent, l’œil attendri, les bambins qui pleurent, bavent, rient et rampent. Plusieurs études ont montré que ces sessions permettaient de réduire les comportements agressifs chez les élèves, avec des effets qui durent jusqu'à trois ans après.

Un parent bénévole amène son petit une fois par mois pendant neuf mois, et les cours sont animées par un enseignant spécialisé.

Au début, le bébé a entre deux et quatre mois, et à chaque session, les élèves suivent son développement jusqu'à un an environ. La rencontre avec le bébé (qui porte un t-shirt sur lequel est écrit «petit prof») est suivie d’une session plus scolaire, avec lecture de textes et écriture d’histoires inspirées par le nourrisson.

Lors de ces cours, les enfants décrivent les émotions du bébé, le dessinent, posent des questions aux parents et chantent des comptines. L’idée est que la présence de ce bébé qui ne juge personne (et ne voit pas les hiérarchies sociales) a un effet calmant et libérateur.

Après avoir parlé des émotions du bébé, les élèves apprennent à nommer leurs propres émotions, et à développer leur capacité à se mettre à la place des autres pour imaginer ce qu’ils ressentent.

Si le bébé pleure, les élèves ont immédiatement envie de l’aider. Ensuite, ils auront une discussion sur ce qui les rend eux-mêmes tristes, et sur les circonstances dans lesquelles ils pleurent. Au fil de la séance, ils parleront aussi de comment réagir lorsqu’un de leurs camarades est en larmes.

Selon les organisateurs, cette sorte de thérapie de groupe impulsée par le bébé favorise les comportements altruistes.

C’est ce qu’on appelle l’apprentissage socio-émotionnel, une approche en vogue en Amérique du Nord, mais aussi en France, où des établissements de la Sarthe ont expérimenté l’utilisation du théâtre et des jeux de rôle pour encourager l’empathie

Les bébés n’ont pas encore été introduits dans les collèges français, mais l’approche canadienne s’exporte bien à l'étranger, particulièrement aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne, en Nouvelle-Zélande et en Allemagne.

Dans l'agglomération de Toronto, 240 classes accueillent actuellement le programme Racines de l’Empathie, pour un total de 2.600 programmes au Canada. Il y a aussi une version francophone au Québec.

Compte tenu de son efficacité, cette initiative a obtenu de nombreux financements publics au Canada, mais aussi en Ecosse (où le gouvernement a investi 1,5 million d’euros à cet effet en 2013).

Dans son livre, la fondatrice du programme, Mary Gordon, décrit les changements d’attitudes que provoquent les nouveaux-nés. Des élèves endurcis et cyniques se découvrent protecteurs et tendres au contact du petit, et ils se mettent même à chanter des chansonnettes sans peur du ridicule.

Grâce aux séances, il arrive qu’un collégien timide et souvent humilié à l’école trouve le courage de réciter un poème qu'il a écrit sans que ses camarades se moquent de lui. C’est lorsque ce genre de chose arrive que les enseignants savent que le bébé prof a fait son effet.

Partager cet article