Boire & manger

Comment le sucre est devenu le fruit défendu

Temps de lecture : 2 min

Sugar lips / Jeanny via Flickr licence by
Sugar lips / Jeanny via Flickr licence by

Obésité, hypertension, maladie d’Alzheimer... Le sucre est l’aliment coupable par excellence. Il est devenu «le fruit interdit, le plaisir passager associé à une vie entière de culpabilité», constate The Globe and Mail, qui se demande dans un long et passionnant article comment le sucre est passé d'un aliment très positif dans l'imaginaire collectif à un péché associé à la mort et à la maladie.

Il a pourtant longtemps été valorisé et perçu comme une source d’énergie vitale désirable. Dans Le Viandier, un livre de recettes datant des années 1300, pas loin de la moitié des plats à base de sucre avaient vocation à soulager de la maladie.

Ingrédient réservé aux riches dans un premier temps, il se démocratisa sous l’effet de la révolution industrielle:

«Le sucre a été un cadeau fait au capitalisme: en tant que fournisseur d’énergie instantanée, il permettait aux hommes et aux femmes de travailler plus dur qu’ils ne le pouvaient dans un monde qui ne connaissait pas le sucre».

Consacré par l’exposition universelle de 1904, selon l’historienne Elizabeth Abbott, auteure de Sucre: une histoire aigre-douce, le sucre se transforma «en l’agent du bonheur universel». Le dessert est alors inventé de toute pièce, à l’initiative des producteurs de sucre.

Dans une étude, le sociologue français Claude Fischler et le psychologue américain Paul Rozin ont découvert que les Américains associent librement «gâteau au chocolat» avec «grossir» et «culpabilité», alors que les Français évoquent spontanément la «fête» et le «bonheur». «Lesquels sont en meilleure santé finalement?», conclut le Globe and Mail.

Slate.fr

Newsletters

Sociétés secrètes de l'assiette

Sociétés secrètes de l'assiette

Arriver à y entrer, c'est l'assurance de bien manger.

Idées de weekend pour se détendre et se régaler

Idées de weekend pour se détendre et se régaler

Vous êtes plutôt «english way of life» ou Relais & Châteaux proche de Paris?

Le bout de salade entre les dents, un dilemme du savoir-vivre

Le bout de salade entre les dents, un dilemme du savoir-vivre

On hésite à prévenir la personne en face de soi de la présence de ce vert intrus et à la tirer ainsi d’une situation gênante. Un paradoxe qui trouve son origine dans les règles du savoir-vivre.

Newsletters