Partager cet article

Pourquoi avons-nous si peur d’offenser l’islam?

Des partisans des Frères musulmans brandissent un coran en Egypte en 2013. REUTERS/Amr Abdallah Dalsh

Des partisans des Frères musulmans brandissent un coran en Egypte en 2013. REUTERS/Amr Abdallah Dalsh

On ne peut pas permettre aux avocats et aux promoteurs de la bigoterie, de la censure et des attentats suicides de se protéger derrière le parapluie du pluralisme qu’ils cherchent ouvertement à détruire.

Christopher Hitchens est un écrivain, essayiste et journaliste britannique et américain, disparu en 2011, qui était considéré comme l’un des plus grands polémistes de sa génération aux Etats-Unis. Il était un farouche adversaire de toutes les religions et un défenseur tout aussi farouche de la liberté et du débat intellectuel et démocratique. Nous republions, comme Slate.com, un article qu’il avait écrit en juillet 2007 sur la difficulté de la critique de l’islam. Vous pouvez retrouver ici un certain nombre de ses articles publiés par Slate.fr.

Pendant une bonne partie de la semaine dernière, le site frère de Slate.com, On Faith (Sur la foi) qui est une production conjointe avec Newsweek et le Washington Post a lancé un débat sur l’islam. Comme toujours dans ces cas-là, la recherche d’une version «modérée» de cette religion était en cours avant que le débat ait même commencé. Si j’étais musulman moi-même, je pense que cette recherche serait ce qu’il y a de plus «offensant» dans ce débat. Pourquoi est-ce que je dois prouver que mes croyances profondes sont compatibles avec la modération? 

A moins que j’aie tort, un musulman sincère doit seulement affirmer qu’il y a un Dieu et seulement un, et que le prophète Mahomet était son messager, apportant ainsi les derniers mots de Dieu à l’humanité. 

Aucun être humain ne peut affirmer que Dieu existe

Certaines pratiques sont supposées suivre cette affirmation, notamment un engagement de prier cinq fois par jour, un engagement de se rendre à la Mecque si un tel voyage est possible, jeûner durant le Ramadan et un vœu pieux de donner aux nécessiteux.

L’existence de djinns ou démons est difficile à nier car elle est affirmée par le prophète. Une obligation de djihad (guerre sainte) est quelques fois mentionnée, et quelques personnes intelligentes défendent le fait que «guerre sainte» signifie une lutte personnelle plutôt que politique. Aucune réelle autorité islamique n'existe pour trancher cette question et ceux pour qui le personnel est hautement politique sont dernièrement devenus plutôt célèbres.

De fait, la foi islamique, quelle que soit la simplicité et la modestie avec laquelle elle est affirmée, est une position extrême. Aucun être humain ne peut affirmer savoir que Dieu existe et qu’il y a ou qu’il y a eu d’autres dieux à répudier. Et quand ces affirmations ontologiques s’entrechoquent, comme elles le doivent, avec leurs limites logiques, il est encore plus éloigné des capacités cognitives de qui que ce soit d’affirmer sans gêne que le seigneur de la création a donné ces mots ultimes à un marchand illettré en Arabie au VIIe siècle.

Ceux qui prononcent ces vantardises fantastiques, peu importe combien de fois par jour, n’ont pas la moindre idée, par définition, de quoi ils parlent. (Je m’empresse d’ajouter que ceux qui se vantent de savoir que Moïse a écarté la mer Rouge ou qu'une vierge était enceinte, sont exactement dans la même position.)

La menace de violence est sous-entendue dans la demande de «respect» pour l’islam

 

Et pour finir, il semble impossible de déterminer si djihad signifie donner plus d’aumônes ou être plus zélé dans le massacre, par exemple de musulmans chiites. 

Pourquoi, alors, devons-nous montrer du «respect» pour ceux qui insistent sur le fait qu’ils connaissent eux quelque chose qui est à la fois inexplicable et qu'ils considèrent comme incontestable? Quelque chose qui, en outre, peut en un instant devenir une autorisation de meurtre et de viol?

En tant que personne qui a parfois critiqué la propagande islamique en public et a qui on a reproché «d’insulter 1,5 milliard de musulmans», je peux dire ce que je suspecte –c’est qu’il y a une évidente note de menace derrière cette affirmation.

Non, je ne crois pas que Mahomet s’est rendu une nuit à Jérusalem sur un cheval ailé. Et j’en n'ai rien à faire si 10 milliards de personnes psalmodient le contraire. Et je n’ai pas à le faire non plus.

Mais le fait est que la menace de violence est sous-entendue dans la demande de «respect» pour l’islam.

Les fanatiques de l'islam savent intimider

J’ai un rapport récent devant moi relatant qu’un étudiant de la Pace University de New York a été arrêté pour un crime haineux après avoir prétendument jeté à la poubelle un coran.

Rien ne me dégoûte plus que brûler ou profaner des livres, et si, par exemple, c’était un volume d’une librairie publique ou universitaire, j’espère que ce comportement serait considéré au moins par la justice comme un délit.

Mais si je choisis de cracher sur une copie des écrits de Ayn Rand, Karl Marx ou James Joyce, c’est seulement mon problème. Quand je rentre dans une chambre d’hôtel (NDT aux Etats-Unis) et que je jette ma copie non demandée et gratuite de la Bible de Gédéon et du Livre de Mormon par la fenêtre, je ne viole aucune loi, à l’exception peut-être de celle concernant le jet de détritus sur la voie publique.

Aux Etats-Unis, je peux jeter la bible fournie dans ma chambre d'hôtel, mais pas le coran?

 

Pourquoi ne pas faire cette distinction dans le cas du Coran? Nous ne le faisons pas simplement à cause de la peur et parce que les croyants fanatiques dans ce livre saint ont prouvé encore et encore qu’ils y savent faire quand il s’agit d’intimidation. Et cela devrait être plus à leur détriment qu’à leur crédit. N’aurait-il pas fallu demander aux imams «modérés» de On Faith s’ils négocient avec un pistolet sur la table?

L’incident de Pace University devient encore plus absurde et sinistre que les islamistes sont les leaders actuels dans la compétition mondiale pour l’autodafé. Après que la rumeur sur le jet d’un coran dans les toilettes à Guantanamo a été répandue de façon irresponsable, une foule en Afghanistan a brûlé une ancienne librairie qui (comme l’a fait remarquer sèchement le président Hamid Karzai) contenait plusieurs copies anciennes du même livre.

Non content de brûler des volumes des Versets Sataniques, les islamistes ont demandé qu’on brûle son auteur aussi. Beaucoup d’auteurs distingués, musulmans ou non musulmans, sont morts ou se cachent parce que les mots qu’ils ont mis sur des pages concernent les affirmations impossibles à croire de l’islam. Et c’est pour apaiser un tel esprit de persécution et d’intolérance qu’un étudiant à New York a été arrêté pour l’expression, par ailleurs vulgaire, d’une opinion.

Cela doit s’arrêter et cela doit s’arrêter maintenant. 

Les bigots se protègent derrière le parapluie du pluralisme qu'ils veulent détruire

Il ne peut y avoir aucune concession à la charia aux Etats-Unis. Quand allons-nous voir que quelqu’un est mis en prison ou même à l’amende pour brûler des livres au nom de Dieu?

Si la police est honnêtement intéressée par ce type de «crime haineux», je peux aider à identifier ceux qui ont passé une bonne partie de l’année dernière à menacer physiquement contre la republication dans ce pays de quelques-unes des caricatures danoises de Mahomet. A défaut d’une poursuite judiciaire impartiale, nous devons insister sur le fait que les musulmans ont saisi l’occasion d’être en colère juste comme nous, qui ne souscrivons pas à leurs certitudes arrogantes, sommes révoltés chaque jour par le comportement hideux des partis de Dieu.

Les ennemis de l’intolérance ne peuvent pas être tolérants, ou neutres, sans s’engager dans leur propre suicide.

 

Il est souvent dit que la résistance au djihad augmente seulement le recrutement de ces partisans. Pour tout ce que je sais, cette observation fréquente peut être vraie. Mais si cela est vrai, cela doit fonctionner dans les deux sens. 

Comment ne pas rappeler aux islamistes qu’ils se sont faits, par leur politique insensée au Cachemire et ailleurs, des ennemis mortels d’un milliard d’hindous? N’y a-t-il pas un risque que le massacre de chrétiens libanais et irakiens et la menace de tuer tous les juifs suscite une réponse opposée et égale?

Plus important encore, que sera-t-il dit et fait par ceux d’entre nous qui ne choisissent aucun camp dans ces guerres de religion dégoûtantes?

Les ennemis de l’intolérance ne peuvent pas être tolérants, ou neutres, sans s’engager dans leur propre suicide. Et on ne peut pas permettre aux avocats et aux promoteurs de la bigoterie, de la censure et des attentats suicides de se protéger derrière le parapluie du pluralisme qu’ils cherchent ouvertement à détruire.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte