Boire & mangerScience & santé

40 millions de personnes dépendent du fleuve Colorado... qui est en train de s’assécher

Repéré par Lucie de la Héronnière, mis à jour le 07.08.2014 à 17 h 51

Repéré sur Mother Jones, Geophysical Research Letters, ABC News

Et les nappes souterraines de tout le bassin aussi.

Colorado River and Glen Canyon - Page, Arizona/ Jim Trodel via Flickr CCLicence By

Colorado River and Glen Canyon - Page, Arizona/ Jim Trodel via Flickr CCLicence By

L’état des ressources du fleuve Colorado concerne pas mal de gens: les 40 millions de personnes qui y puisent leur eau potable, habitants de Las Vegas, Los Angeles, Phoenix, Tucson et San Diego, mais aussi les amateurs de brocoli, chou-fleur ou épinards pendant l’hiver. Ses eaux irriguent également l’Imperial Valley en Californie et le Comté de Yuma en Arizona, lieux de production de plus de deux tiers des légumes d’hiver américains, explique Mother Jones.

Des chercheurs de l’Université de Californie à Irvine et de la Nasa se sont penchés sur les réserves d'eau de cet immense bassin, et ont publié une étude dans Geophysical Research Letters, intitulée «L’épuisement des eaux souterraines pendant les sécheresses menace la future sécurité aquatique du bassin du fleuve Colorado».

Cela fait déjà un moment que la situation est tendue pour répondre aux demandes en eau, et que la fonte des neiges dans les Rocheuses ne compense pas la sècheresse plus au sud. Le débit du fleuve est à certains endroits très mince. Le lac Mead, dans le Nevada, qui capte les eaux du Colorado, est à un niveau exceptionnellement bas.

Mais cette nouvelle étude enfonce le clou. «La soif de la région s’est étendue aux sous-sols, jusqu’aux aquifères», raconte Mother Jones. Car pour compenser le manque d’eau venu du fleuve, les agriculteurs ou les municipalités ont tapé dans les nappes souterraines à un rythme très soutenu. Entre décembre 2004 et novembre 2013, le bassin du Colorado aurait perdu environ 65 km3 d'eau, dont 50,1 km3 d’eaux souterraines.

Jay Famiglietti, scientifique spécialiste de l’eau à la Nasa, se dit «inquiet et préoccupé par les implications de ces résultats». En effet, à cet endroit, les eaux souterraines sont essentiellement des ressources non renouvelables. On ne sait pas exactement combien il reste d’eau, mais «l’Ouest américain va venir à manquer d’eau».

Du coup, pour pouvoir continuer à boire et cultiver des légumes dans ce coin des Etats-Unis, il faudrait «reconsidérer la manière de réguler les eaux souterraines». D’ailleurs, les fournisseurs d’eau des quatre Etats concernés et le gouvernement fédéral ont annoncé, peu après la publication de cette étude, s’être mis d’accord pour financer à hauteur de 11 millions de dollars des projets pour contrer la baisse des niveaux d’eau dans le bassin. Comme le précise ABC News, plusieurs petits programmes pilotes seront créés en 2015 et 2016 pour mieux préserver l’eau dans la zone. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte