Tech & internet

Avec Noto, Google est en train de créer un esperanto des polices de caractère

Lily Hay Newman, traduit par Grégoire Fleurot, mis à jour le 06.08.2014 à 17 h 21

Capture d'écran du site de Noto

Capture d'écran du site de Noto

Tout le monde se moque du Comic Sans. Mais quand on y pense (ce que l'on fait rarement), concevoir et implémenter des polices de caractère numériques est une affaire compliquée. Il faut prendre en compte les standards Internet et autres protocoles pour qu'une police soit déchiffrable partout. Et il n'y a pas de police universelle qui soit compatible avec toutes les langues. Mais Google y travaille actuellement.

Noto, sorte d'esperanto des polices de caractère de Google, a été lancée pour certaines langues en 2012. L'entreprise a récemment rajouté un pack de polices pour le chinois, le japonais et le coréen, ce qui fait un total de 96 polices Noto. L'objectif est de diminuer le nombre de «tofu», ces boîtes rectangulaires que vous voyez parfois quand un programme que vous utilisez n'est pas compatible avec certains caractères.

Le Consortium Unicode, l'organisation qui définit également les standards en matière d'émoticônes, travaille sur la question d'un jeu de caractères universel depuis 1987. Mais comme l'explique Tanvi Misra sur le site de la National Public Radio (NPR), il est difficile de développer un standard universel qui soit culturellement sensible et qui soit compatible avec les nuances quasiment infinies du langage.

Les efforts de Google semblent considérables (en parcourant la liste des langues compatibles, vous en trouverez sans doute que vous ne connaissiez pas), mais il y a encore beaucoup de travail. L'écrivain américano-pakistanais Ali Eteraz a expliqué ainsi ses sentiments contrastés au sujet d'une police de caractère universelle à NPR:

«J'ai tendance à faire des aller-retour. Est-ce un gentil universalisme, possiblement utile même, que Google met sur la table? Ou est-ce quelque chose qui tient plus de l'impérialisme technologique?»

Dans sa tentative de cataloguer et de standardiser le langage, Google pourrait prendre sans le vouloir des décisions qui limitent une langue ou la poussent dans une direction où elle ne serait pas allée sans cela.

NPR prend l'exemple du Nastaʿlīq Urdu, un type de script calligraphique utilisé dans la fameuse poésie urdu, mais qui n'est pas compatible avec Unicode. Comme il est impossible de numériser le script en symboles individuels, la poésie en Nastaʿlīq peut seulement être partagée en images, ce qui rend difficile toute tentative de la disséminer à grande échelle.

Le site Internet de Noto explique que «son objectif est de parvenir à une harmonisation visuelle des langues.» Et s'il parvient à le faire de manière respectueuse, l'Internet sera un endroit plus ouvert. Noto pourrait même peut-être faire disparaître le Comic Sans une bonne fois pour toutes. 

Lily Hay Newman
Lily Hay Newman (47 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte