Sciences

Voici «Tchouri», la comète en forme de canard de bain que s'apprête à rencontrer la sonde Rosetta

Temps de lecture : 2 min

Photo by ESA/Rosetta/NAVCAM

Elle s'appelle «67P/Churyumov-Gerasimenko», «Tchouri» pour les intimes. Et pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, une sonde, baptisée pour sa part Rosetta, va observer de très, très près ce genre de corps céleste. Avant d'essayer de se poser à sa surface. L'apothéose de ce programme de l'agence spatiale européenne (ESA), prévu en novembre prochain, arrivant plus de 10 ans après le lancement de la sonde.

En attendant, la sonde est en approche de la fameuse comète. Et nous en offre déjà un superbe aperçu. Voici une image capturée ce mardi 5 août, alors que Rosetta n'était qu'à 234 kilomètres de Tchouri, indique Slate.com:

«Tchouri», grosse cacachuète ou canard de bain cosmique (si, si, penchez la tête et vous le verrez) | Photo by ESA/Rosetta/NAVCAM

Et voici le même cliché, grossi deux fois:

Photo by ESA/Rosetta/NAVCAM

Un bien drôle d'endroit extra-terrestre, qui devrait livrer encore davantage de ses secrets très bientôt. Comme le précise Slate.com, «l'appareil photo principal [de la sonde], OSIRIS, a une meilleure résolution que le NAVCAM» utilisé ici.

Sans oublier que la sonde est toujours en approche! On devrait bientôt en savoir plus sur ces larges formes circulaires (cratères?) et ce qui semble être des débris à la surface de cette comète, que certains assimilent déjà à une grosse cacahuète, ou, mieux, à un canard de bain cosmique!

C'est ce mecredi 6 août que Rosetta entamera enfin la manoeuvre, une espèce de gros coup de frein, qui lui permettra de se mettre en orbite autour de Tchouri, à 100 kilomètres au-dessus de la comète. Et vous pouvez suivre cet événement historique en direct sur le site de l'ESA!

Newsletters

Une découverte majeure pourrait faire gagner dix ans de recherche sur le cancer de la prostate

Une découverte majeure pourrait faire gagner dix ans de recherche sur le cancer de la prostate

Le problème de résistance des cellules cancéreuses aux thérapies anti-hormonales a enfin une solution.

Le Monkeypox peut toucher n'importe lequel d'entre nous

Le Monkeypox peut toucher n'importe lequel d'entre nous

Alors que le virus, improprement appelé «variole du singe», se diffuse de manière inhabituelle en Europe, il est nécessaire de mettre en place des stratégies viables pour tenter de stopper l'épidémie.

Mon Europe à moi: «L'UE doit poursuivre ses efforts pour lutter contre la perte de biodiversité»

Mon Europe à moi: «L'UE doit poursuivre ses efforts pour lutter contre la perte de biodiversité»

L'Union européenne semble se focaliser sur la réduction des émissions de dioxyde de carbone. Quitte à oublier la perte de biodiversité massive.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio