Culture

Le mot de la semaine: Pandémie

Marc Ménonville, mis à jour le 13.08.2009 à 17 h 33

Le mot de la semaine

Knock et le docteur Carotte avec nous! (suite)

La grippe A, ci-devant porcine, sera-t-elle une épidémie ou une pandémie? Ou verra-t-on cette pathologie faire pschitt, comme le dirait Jacques Chirac? Peut-être bien que oui, et peut-être bien que non, nous répondra-t-on dans le Cotentin et autres terres de Normandie. Vu qu'Hippocrate, comme à l'habitude, dit oui, tandis que Galien dit non.

Confronté au principe d'incertitude, le Gouvernement, soucieux d'éviter une répétition de la grippe espagnole (de 50 à 100 millions de morts dans le monde entre 1918 et 1920, dont quelque 400 000 en France), a choisi de mettre en œuvre le principe de précaution. A-t-il exagéré? Serait-il en proie au complexe de Gribouille (qui se plongeait dans une mare pour n'être pas mouillé par la pluie), décrit pour la première fois par la comtesse de Ségur née Rostopchine, en précurseur ici de la Psychanalyse?

Le fait est que deux mandarins de renom ont pris des positions de nature à marquer les esprits. «Grippette» (dans le doute, on y met deux p, sans ignorer que de bons esprits l'écrivent avec un seul), a affirmé le Pr Bernard Debré, chirurgien reconnu — par conséquent aussi expert en virologie que vous et moi, ou peut s'en faut. «Pandémie d'indécence», a tonné pour sa part le Pr Marc Gentilini, spécialiste des maladies infectieuses — donc plus qualifié ès microbes et bactéries qu'ès virus, et octogénaire de surcroît.

N'étant ni médecin, ni biologiste, et sachant à peine par quel bout un microscope doit s'utiliser, l'auteur se garde bien de trancher. Il se souvient pourtant d'avoir, jeune journaliste, couvert l'Organisation Mondiale de la Santé dans les années 70 — au temps du choléra, pour citer incomplètement Gabriel Garcia Marquez, Prix Nobel à juste titre et Fidel-Castrolâtre des plus enragés. Il n'en a pas tout oublié et croit comprendre que le monde subit bel et bien une pandémie de grippe A: entendez une épidémie qui s'étend à l'œcoumène - à la planète entière pour l'exprimer avec davantage de simplicité. «Ils ne mouraient pas tous, notait, prémonitoire, Jean de La Fontaine, mais tous étaient frappés». Relevons, de notre côté, que l'incidence de cette grippe-là paraît, de ce point de vue, faible: dans sa délicatesse, au vrai, l'euphémisme signifie qu'elle semble tuer peu.

Méditons un instant sur cette incidence et constatons, par parenthèse, que notre époque répugne de plus en plus à appeler la Camarde par son nom. Précurseurs eux aussi, Hermann Kahn et Henry Kissinger avaient donné le ton en recourant à l'innocuité d'apparence de leur concept de «mégamort» (100 millions de morts), presque du Harry Potter avec quarante ans d'avance, quand ils supputaient les bilans d'une guerre nucléaire.

Mot qu'on rencontre peu, d'une rareté qu'explique l'infréquence de la conjoncture qu'il décrit, pandémie se présentait sous les couleurs de l'angoisse. Nous étions habitués à user et à abuser de l'épidémie pour stigmatiser sans appuyer toutes sortes d'abondances, de pléthores, de multiplicités. On trouvait ainsi, sous des plumes d'élite, une épidémie de cambriolages, une épidémie de suicides, voire une épidémie de c...rie. Des psychologues y discernaient l'une des variantes de l'expression, dans l'implicite, de la loi des séries chère à la Sagesse des Nations. Mais jamais encore nous n'avions rencontré, chez les bons esprits précités, une pandémie d'accidents d'avions, ni une pandémie de coups d'état.

Admettons que pandémie appartenait toujours au langage de la science et, comme par nature, recelait une nuance d'inconnu qui faisait peur. Il y avait de l'arcane là-dedans, pour un peu de l'initiatique (toujours si à la mode chez les intellectuels). Mais l'avenir montrera qu'à défaut de convaincre, le Pr Gentilini, tel un nouveau Pandore, a introduit la pandémie dans le français de tous les jours.

Une seule question: à quand la pandémie dans les «brèves de comptoir»? Les paris sont ouverts.

Marc Menonville

Post-scriptum qui n'a rien à voir: ayant été taxé d'inculture, en toutes lettres et, en d'autres mots, de paresse intellectuelle, l'auteur suggère à ses éminents lecteurs de lui soumettre, via Slate, leur propre liste des chefs d'œuvre ennuyeux, barbants, rasoirs, etc., de la littérature de notre langue. Les catalogues les plus (im)pertinents seront cités ici et, à l'instar des meilleures tables selon le Guide Rouge, on leur décernera des étoiles.

Image de Une: Dans un hôpital de Delhi   Reuters
Marc Ménonville
Marc Ménonville (25 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte