Monde

Vis ma vie de SDF: aux Etats-Unis, les politiques tentent de «comprendre» les pauvres

Temps de lecture : 2 min

Le candidat républicain au poste de gouverneur de Californie vient de passer une semaine à vivre comme un SDF pour essayer de comprendre les problèmes des Californiens pauvres.

C’était «une des semaines les plus difficiles de ma vie», a déclaré Neel Kashkari, un ancien banquier de Goldman Sachs qui a travaillé avec le secrétaire au Trésor après la crise des subprimes. Il vit habituellement dans une maison qui coûte environ dix millions de dollars.

De cette semaine à vivre dans la pauvreté, il a conclu que l'Etat de Californie devait dépenser moins d'argent pour aider les pauvres -–notamment moins de subventions et d'aides alimentaires.

«Le taux record de pauvreté en Californie a été causé par de mauvaises décisions politiques, explique Kashkari dans un éditorial au Wall Street Journal. Trop de régulations et trop d'impôts ont fait fuir les employeurs hors de l"Etat... Nous devons mettre en place des initiatives plus favorables à la croissance.»

Pour son aventure, Kashkari est parti en bus dans la ville de Fresno avec 40 dollars, quelques vêtements de rechange et deux caméramans.

Dans la vidéo de dix minutes postée sur son site de campagne, on le voit dormir sur un banc dans un parc («les policiers m'ont dit de quitter les lieux, mais ils étaient très polis»), demander du travail dans une dizaine de boutiques, faire sa lessive et s'acheter des bananes.

Les élections auront lieu en novembre et le gouverneur démocrate actuel, Jerry Brown, a pour l’instant vingt points d’avance sur Kashkari, qui n’a donc rien à perdre et tente de faire parler de lui par tous les moyens.

Cette année, un autre conservateur, le sénateur Tom Scott, de Caroline du Sud, a également tenu à faire des efforts pour aller à la rencontre des «vrais gens». Il a passé plusieurs semaines incognito à effectuer des petits boulots mal payés. Sans que personne ne le reconnaisse, il a ainsi été serveur et a travaillé dans des supermarchés. Mais les réalités du terrain ne semblent pas convaincre ce genre de républicains qu’une plus grande intervention de l’Etat pourrait être utile.

En règle générale, ce sont plutôt des hommes politiques de gauche qui se lancent ce genre de défi.

L'année dernière, pour protester contre des coupes budgétaires concernant les subventions alimentaires pour les plus démunis, 26 députés démocrates avaient tenté de se nourrir pendant une semaine avec seulement quatre dollars et demi par jour.

Plus récemment, trois élus de l’Ohio et de l’Illinois ont tenté de vivre avec le salaire minimum fédéral horaire pendant une semaine afin de prouver qu’une augmentation était nécessaire.

Parfois, ces expériences tournent mal. En 2013, un élu municipal du Queens à New York a attrapé une pneumonie au bout de sa deuxième journée à vivre comme un SDF. Il a travaillé dans une station-service pour pouvoir se payer de l’aspirine, mais a tout de même décidé de se soigner à la maison.

Faire le pauvre pendant quelques jours n’est pas une garantie d’altruisme et d’honnêteté. Quelques mois après avoir fraternisé avec les New-Yorkais démunis, cet élu local a été mis en examen pour fraude et corruption...

Newsletters

Ces personnes blanches qui se prétendent noires (ou la tentation d'être l'opprimé)

Ces personnes blanches qui se prétendent noires (ou la tentation d'être l'opprimé)

L'histoire d'une professeure américaine blanche qui a fait semblant d'être noire pendant des années révèle les écueils d'un certain identitarisme.

Un prof américain suspendu à cause d'un mot chinois ressemblant à «nègre»

Un prof américain suspendu à cause d'un mot chinois ressemblant à «nègre»

L'université de Californie du Sud a suspendu un professeur de management qui a prononcé un mot en chinois - «ne-ga» - jugé trop proche du mot nègre en anglais.

La Barbade ne veut plus de la reine d’Angleterre comme cheffe d'État

La Barbade ne veut plus de la reine d’Angleterre comme cheffe d'État

Le mouvement Black Lives Matter relance le débat sur l’héritage du colonialisme. D’autres pays caribéens pourraient suivre l’exemple.

Newsletters