Partager cet article

Ebola: et si une personne infectée arrivait demain à Paris Charles-de-Gaulle?

Un médecin avec des échantillons du virus d'Ebola, en Ouganda, le 2 août 2012

Un médecin avec des échantillons du virus d'Ebola, en Ouganda, le 2 août 2012

De l'avion à l’hôpital en passant par les laboratoires: voilà comment se passerait la prise en charge du premier cas d'Ebola jamais importé en France.

Non, pas de panique. Ecartons d'emblée tout malentendu: ni la France, ni l'Europe, ne sont sur le point d'être submergées par des hordes de personnes porteuses d'Ebola.

Si, effectivement, l'épidémie actuelle est aujourd'hui très préoccupante en Afrique, pour la zone où le virus circule (Guinée, Sierra Leone, Liberia) comme pour ses régions frontalières, tous les spécialistes que nous avons consultés s'accordent pour dire que non, Ebola ne risque pas de se solder par une pandémie cataclysmique. 

Cette mise en garde faite, il n'est néanmoins pas exclu qu'une personne contaminée par le virus Ebola débarque en France –même si le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), comme le ministère de la Santé, s'empressent de préciser que le risque est «faible» dès que l'on aborde le sujet.

Il faut dire qu'avec Ebola, la psychose n'est jamais loin. Or cette dernière a le défaut de mener à des décisions disproportionnées et peu adaptées, qui n'arrangent en rien, bien au contraire, la prise en charge de l'épidémie. 

Petit guide de la prise en charge d'Ebola en France, garanti sans mélodrame ni effets spéciaux.

1.L'avionNon, tous les passagers ne doivent pas être placés en quarantaine

Ebola: évolution de la maladie

Période d'incubation: 2 à 21 jours. A priori, la personne infectée n'est pas contagieuse pendant cette période.

Symptômes: fièvre les premiers jours, puis diarrhée, vomissements, hémorragies internes et externes.

Pas de traitement spécifique à ce jour

Mort en moyenne au bout de 10 jours dans 50% à 90% des cas.

Imaginons l'arrivée à Roissy-Charles de Gaulle du vol de 05:55 en provenance de Freetown, au Sierra Leone. Un passager présente des symptômes évoquant le virus Ebola. Que risquent ses compagnons de vol?

Sylvain Baize se veut rassurant: «Il n'est pas forcément nécessaire d'isoler tout le monde.» Tout simplement parce que peu d'individus se retrouveraient alors en danger, détaille-t-il encore:

«Si la personne est juste en période d'incubation, son entourage ne risque rien. S'il a un peu de fièvre, on va prendre la décision de surveiller le passager qui était assis à ses côtés, qui a pu le toucher, en l'aidant à se lever par exemple, ainsi que l'hôtesse qui a pu être en contact avec lui, en lui donnant par exemple un médicament.»

Si notre interlocuteur est si affirmatif, c'est qu'il est probablement le mieux placé pour envisager ce scénario: Sylvain Baize est directeur du Centre national de référence (CNR) des fièvres hémorragiques virales, de l'Institut Pasteur de Lyon, un rouage essentiel du dispositif de surveillance déployé depuis mars dernier en France. Chargé de diagnostiquer tout cas suspect, ce CNR a par exemple permis d'identifier le premier cas, originaire de Guinée, de l'épidémie actuelle d'Ebola. Et c'est aussi lui, prévoit explicitement la procédure, qui examinera les échantillons de sang de tout autre cas suspect débarquant en France.

La série fantastique The Strain, dont le premier épisode est sorti le 13 juillet 2014, exploite la peur d'une épidémie inconnue propagée par avion. Dans le pilote, un Boeing 777 atterrit à New York sans aucun signe de vie, avant d'être pris en charge par les épidémiologistes du CDC (Center for Disease Control), également mobilisé pour le virus Ebola.

Nous interrogeons Sylvain Baize sur l'éventualité d'un passager présentant des symptômes avancés d'Ebola, à savoir vomissement, diarrhée, et plus encore, saignements.

Dans la terrible fiche d'identité du virus, il est en effet admis que la transmission se fait en contact des fluides du malade. Mais une incertitude demeure sur le degré de transmission: un contact direct est-il nécessaire ou le simple fait de toucher une surface contaminée par ces fluides peut-il suffire? En clair: faut-il carrément se faire vomir dessus pour être malade ou s'expose-t-on déjà en allant aux toilettes après un individu contaminé?

Là encore, Sylvain Baize ne se montre pas inquiet, et estime même le scénario «peu probable»:

«Au moment de cette phase de sécrétions, il y a une grande fatigue: le patient est cloué au lit. Par ailleurs, si un passager vomit au moment d'embarquer dans ces pays-là, il ne passera pas. Il faut bien voir qu'il y a une véritable psychose: par exemple en Guinée, il y a cette anecdote selon laquelle un chauffeur de taxi a abandonné son véhicule au milieu de la rue après que son client a vomi, par simple mal des transports, pendant la course.»

De même, le scientifique nous explique comment des relevés de température étaient établis sur chaque passager au départ de Guinée, dès fin mars, début avril.

Des cas suspects depuis début mars en France.

Quant au fond, et la question de savoir si la transmission du virus se fait de manière plus ou moins directe,  Sylvain Baize se veut très clair:

«Si beaucoup de choses sont encore peu connues sur le virus, et s'il existe un risque théorique, les gens infectés l'ont été par contact direct.»

Et de rajouter:

«A ma connaissance, il n'y a pas eu de cas de personne développant la maladie en prenant par exemple un taxi avec une autre personne infectée.»

2.Le SamuMot d'ordre: isolement

Une fois identifié, le passager suspect est signalé aux équipes soignantes de l'aéroport par le personnel de bord des compagnies aériennes, sensibilisées aux risques d'importation de l'épidémie –le ministère de la Santé mettant même «à [leur] disposition des dépliants d'informations destinés aux passagers».

S'en suit alors une «levée de doute», pour reprendre les termes de Philippe Bargain, directeur du service médical d'urgence de l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, interrogé en avril dernier par Le Figaro:

«[...] nous interrogeons le malade à bord, pour avoir des indices et éliminer toutes les autres maladies susceptibles de donner de la fièvre.»

Si le doute subsiste, le malade est alors évacué par le Samu après avoir patienté, si nécessaire, dans «une chambre d'isolement à pression négative» dont dispose aussi l'aéroport de Roissy, précise encore Le Figaro. La priorité étant évidemment d'éviter toute contagion sur le sol français, et le développement de ce qu'on appelle «un cas secondaire», explique Sylvain Baize.

«A ma connaissance, il n'y a pas eu de cas  développant la maladie en prenant un taxi avec une  personne infectée.»

Sylvain Baize, directeur du CNR des fièvres hémorragiques virales

A partir de ce point, le mot d'ordre est l'isolement: le Samu intervient donc avec un véhicule spécialisé.

Si, en revanche, le cas se déclare quelques jours après atterrissage du vol, la situation se corse: tout dépend du temps que prendra le patient pour se rendre chez son médecin généraliste, ou à un service d'urgences hospitalières.

Mais dès que ce dernier est identifié comme suspect, la procédure reste la même: mise en surveillance des personnes qui ont été en contact avec lui lors de l'apparition des symptômes, et prise en charge par le Samu, ainsi que par un hôpital dit «de référence».

3.Hôpital de référenceUn petit labo haute sécurité, mais pour patient

Car le patient ne peut être pris en charge par n'importe quel hôpital. Suivant l'impératif d'isolement, seul des établissements «disposant d’un laboratoire niveau de sécurité P3» peuvent lui administrer des soins, précise le Haut conseil de la santé publique (HCSP), dans ses recommandations en date d'avril dernier, élaborées en concertation avec le CNR.

  • Du personnel médical de MSF, à Kailahun en Sierra Leone, le 20 juillet 2014. REUTERS/Tommy Trenchard

    L'admission du patient doit être «directe, indique encore le HCSP, sans passer par le secteur d'accueil des urgences». Sa chambre doit être individuelle, la porte fermée, l'air régulièrement renouvelé et doit être maintenue sous pression d'air négative, ajoute de son côté Sylvain Baize. «Ce n'est pas spécifique à Ebola, précise-t-il, ces chambres sont aussi utilisées pour la tuberculose.»

  • «Si possible», ajoute le HSCP, un sas doit précéder l'entrée de la chambre, afin de permettre aux soignants de correctement s'équiper. Un attirail composé par exemple d'une double paire de gants, de sur-chaussures étanches, d'un appareil de protection respiratoire, si ce n'est carrément «une combinaison intégrale étanche», dans le cas d'un patient «possible ou confirmé».

  • Intervient alors la prise de sang.

4.Transport de l'échantillon de sang pour identificationMême en cas de crash d'avion, aucun risque de contamination

«Là, il faut aller vite, selon Sylvain Baize, car le patient ne peut recevoir que des soins symptomatiques [pour les symptomes, tels que la diarrhée, NDLR]. Sinon, c'est un stand-by thérapeutique»; même si, rappelle le chercheur, aucun traitement spécifique pour Ebola n'existe encore.

Avant d'être réceptionné à Lyon dans le laboratoire ultra-sécurisé du CNR des fièvres hémorragiques, l'échantillon sanguin devra être transporté selon des normes très strictes, raconte encore Sylvain Baize:

«Il existe une règlementation internationale sur le transport des échantillons biologiques.»

Schéma du triple emballage préconisé  pour le transport d'Ebola |  "Procédure P4", Institut Pasteur.

Par exemple, un «triple emballage», ainsi qu'un convoi direct de l'hôpital au CNR, préconise le HSCP.

Néanmoins, toutes ces précautions ne suffisent pas à rassurer. Sur ce point comme sur d'autres avec Ebola, la psychose n'est jamais loin. Et peut participer de fait à l'aggravation de l'épidémie, nous raconte le directeur du CNR:

«Certains commandants de bord sont réticents à transporter les échantillons. Et c'est très grave car pendant ce temps-là, le diagnostic n'est pas fait! L'envoi de la deuxième série de prélévements transmis par MSF Guinée a par exemple été retardé en raison d'un refus d'un commandement de bord.»

Une situation que confirme l'OMS, qui indiquait il y a quelques jours qu'il était impossible de faire analyser l'échantillon prélevé sur le premier cas détecté au Nigeria «en raison du refus des sociétés de messagerie de transporter cet échantillon».

5.Analyse et attenteSi le cas est avéré, il n'y a pas de traitement

Douze heures: c'est le délai maximum que le CNR de Lyon s'accorde pour analyser l'échantillon de sang, une fois réceptionné.

Là encore, tout doit être parfaitement confiné: l'examen est réalisé dans un laboratoire de «très haut niveau de sécurité», type P4 –le plus élevé. A Lyon, tout devrait se passer du côté du laboratoire Jean Mérieux. Les chercheurs y travaillent en scaphandre, l'air y est purifié, l'entrée et la sortie se font via des sas de décontamination. 

Reportage de France 2 sur l'inauguration du laboratoire P4 de Lyon, en 1999 | INA

Si le cas suspect se confirme, il n'y a plus qu'à attendre: seuls des soins d'appoint, tels que des transfusions de sang, pourront être administrés, à défaut de traitement. 

Situation d'autant plus pénible que les soignants, s'ils ne peuvent pas changer la situation, parviennent néanmoins, à force d'expérience, à repérer les patients «qui ont les moyens de survivre», nous raconte Sylvain Baize, qui a notamment assisté à l'une des précédentes épidémies, au Gabon. 

Ce dernier nous confie enfin que oui, depuis début mars, des cas suspects ont d'ores et déjà été analysés en France. Tous ont néanmoins été rapidement établis négatifs. Et évidemment peu médiatisés.

 

«Nous n'avions pas à en parler, réagit le directeur du CNR des fièvres hémorragiques. Il s'agissait là d'une application du principe de précaution poussée à l'extrême, dans la mesure où l'on ne s'est jamais dit, face à ces cas, qu'il y avait un risque.»

En parler, sans provoquer des mouvements de panique, ni être suspectées de minimiser: telle est la grande difficulté à laquelle se confronte aujourd'hui les autorités de santé de tous les pays concernés par une éventuelle intrusion du virus Ebola sur leur sol. A cette heure, deux Américains atteints de la maladie sont par exemple soignés aux Etats-Unis. Une première.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte