Culture

Tous les «motherfucker» de Samuel L. Jackson au cinéma en une vidéo

Dee Lockett, traduit par Charlotte Pudlowski, mis à jour le 30.07.2014 à 18 h 59

Motherfucker, évidemment.

Capture d'écran du supercut du Huffington Post

Il est désormais connu que l'insulte préférée de Samuel L. Jackson est «motherfucker». D'ailleurs c'est même son mot préféré tout court, et il l'a notoirement écrit de plus de 150 manières différentes dans ses tweets. 

Mais l'obsession de Jackson pour «motherfucker» va bien au-delà d'une simple tendresse pour le juron: l'an dernier, il a révélé que répéter ce mot l'aide en fait à surmonter un bégaiement qu'il a depuis l'enfance. Le mot est depuis devenu synonyme de ses personnages - dont les plus mémorables sont ceux de Pulp Fiction («I’m a mushroom-cloud-laying motherfucker, motherfucker!») et Des Serpents dans l'avion (a-t-on vraiment besoin de le citer?).

Comme preuve, le Huffington Post a réalisé un supercut de toutes les fois où Samuel L. Jackson dit «motherfucker» dans ses films, en ordre chronologique et en remontant à son premier «motherfucker» à l'écran (dans School Daze en 1988). Jusqu'à présent, on arrive à un total de 171 «motherfuckers»—le plus grand nombre se trouvant, sans surprise, dans Jackie Brown (37), Pulp Fiction (26), et Soul Men (24).

 

Dee Lockett
Dee Lockett (4 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte