Culture

Tous les «motherfucker» de Samuel L. Jackson au cinéma en une vidéo

Temps de lecture : 2 min

Motherfucker, évidemment.

Capture d'écran du supercut du Huffington Post

Il est désormais connu que l'insulte préférée de Samuel L. Jackson est «motherfucker». D'ailleurs c'est même son mot préféré tout court, et il l'a notoirement écrit de plus de 150 manières différentes dans ses tweets.

Mais l'obsession de Jackson pour «motherfucker» va bien au-delà d'une simple tendresse pour le juron: l'an dernier, il a révélé que répéter ce mot l'aide en fait à surmonter un bégaiement qu'il a depuis l'enfance. Le mot est depuis devenu synonyme de ses personnages - dont les plus mémorables sont ceux de Pulp Fiction («I’m a mushroom-cloud-laying motherfucker, motherfucker!») et Des Serpents dans l'avion (a-t-on vraiment besoin de le citer?).

Comme preuve, le Huffington Post a réalisé un supercut de toutes les fois où Samuel L. Jackson dit «motherfucker» dans ses films, en ordre chronologique et en remontant à son premier «motherfucker» à l'écran (dans School Daze en 1988). Jusqu'à présent, on arrive à un total de 171 «motherfuckers»—le plus grand nombre se trouvant, sans surprise, dans Jackie Brown (37), Pulp Fiction (26), et Soul Men (24).

Newsletters

Les bienfaits de la lecture à haute voix

Les bienfaits de la lecture à haute voix

Vous pouvez commencer par les articles de Slate.

Les podcasts sur le travail pour bien appréhender la rentrée

Les podcasts sur le travail pour bien appréhender la rentrée

Une sélection pour gérer la reprise et y voir plus clair dans les débats autour de l'avenir de l'activité professionnelle.

Le public du rap français est prêt pour la vague #MeToo; l'industrie, non

Le public du rap français est prêt pour la vague #MeToo; l'industrie, non

Avec les affaires Moha La Squale et Roméo Elvis, la lumière est désormais braquée sur une omerta palpable.

Newsletters