Culture

Tous les «motherfucker» de Samuel L. Jackson au cinéma en une vidéo

Temps de lecture : 2 min

Motherfucker, évidemment.

Capture d'écran du supercut du Huffington Post

Il est désormais connu que l'insulte préférée de Samuel L. Jackson est «motherfucker». D'ailleurs c'est même son mot préféré tout court, et il l'a notoirement écrit de plus de 150 manières différentes dans ses tweets.

Mais l'obsession de Jackson pour «motherfucker» va bien au-delà d'une simple tendresse pour le juron: l'an dernier, il a révélé que répéter ce mot l'aide en fait à surmonter un bégaiement qu'il a depuis l'enfance. Le mot est depuis devenu synonyme de ses personnages - dont les plus mémorables sont ceux de Pulp Fiction («I’m a mushroom-cloud-laying motherfucker, motherfucker!») et Des Serpents dans l'avion (a-t-on vraiment besoin de le citer?).

Comme preuve, le Huffington Post a réalisé un supercut de toutes les fois où Samuel L. Jackson dit «motherfucker» dans ses films, en ordre chronologique et en remontant à son premier «motherfucker» à l'écran (dans School Daze en 1988). Jusqu'à présent, on arrive à un total de 171 «motherfuckers»—le plus grand nombre se trouvant, sans surprise, dans Jackie Brown (37), Pulp Fiction (26), et Soul Men (24).

Dee Lockett

Newsletters

Peut-on vivre dans une romance pour ados à l’âge adulte?

Peut-on vivre dans une romance pour ados à l’âge adulte?

Elles sont souvent jugées «fleur bleue» ou futiles par les adultes, mais les romances pour ados, dans les livres, au cinéma ou à la télé, ont beaucoup à nous apprendre sur l'amour.

Tous les films sont des bébés de Rosemary, le dernier-né s’appelle «Suspiria»

Tous les films sont des bébés de Rosemary, le dernier-né s’appelle «Suspiria»

Cinquante ans après la sortie de «Rosemary’s Baby», la recette de Polanski fonctionne toujours. La preuve avec «Suspiria», sorti ce 14 novembre.

 La logique «America First» a déjà frappé les Mexicains… il y a près d’un siècle

La logique «America First» a déjà frappé les Mexicains… il y a près d’un siècle

Cette histoire reste méconnue, y compris aux États-Unis. En Californie, des élèves de 10 ans ont œuvré pour qu'elle soit inscrite dans leur programme scolaire.

Newsletters