Tech & internet

Le guide ultime du travailleur nomade: où partir quand on veut vivre bien et avec une bonne connexion Internet

Repéré par Julien Jégo, mis à jour le 31.07.2014 à 9 h 59

Repéré sur Tech In Asia, NomadList

Autant le dire tout de suite, Paris n'est pas la destination rêvée.

Une personne attend à l'aéroport de Boston le 8 février 2013 | REUTERS / Bizuayehu Tesfaye

Une personne attend à l'aéroport de Boston le 8 février 2013 | REUTERS / Bizuayehu Tesfaye

Pieter Levels se définit lui-même comme un nomade. Etouffant dans son appartement d'Amsterdam, ce Néerlandais touche-à-tout a décidé de faire sa vie en voyageant autour du monde. En partant du postulat qu'il avait simplement besoin d'un coin de table et d'une connexion à Internet pour travailler, il a pris son sac à dos et un billet aller pour Bangkok.

Cela fait maintenant plus d'un an qu'il est sur la route et sa situation lui a alors donné l'idée de créer NomadList. Ce site a pour vocation d'aider les gens qui, comme lui, ont comme seules attaches leur ordinateur et Internet.

Capture d'écran de NomadList

NomadList dresse ainsi le panorama des villes où il fait bon travailler en s'appuyant sur deux critères principaux, le coût de la vie et la puissance du réseau. Et c'est Chiang Mai en Thaïlande qui remporte le trophée de ville la plus attractive.

Le site prend aussi en compte d'autres critères plus précis, comme le coût d'un mois de loyer dans le centre de la ville ou d'une nuit d'hôtel ainsi que la qualité de l'accueil des étrangers, la proportion de personnes parlant anglais mais aussi la qualité de la vie nocturne. Il est alimenté par les internautes eux-mêmes qui peuvent participer à la notation des villes ou en proposer de nouvelles.

Après l'addition de toutes ces variables, Paris n'arrive qu'en 35e position, derrière bon nombre d'autres capitales européennes. Si vous hésitez encore sur votre destination, optez plutôt pour l'Asie du sud-est, largement représentée dans le haut du classement.

Edit du 31 juillet 2014:

Suite à sa demande, nous avons rectifié le nom de Pieter Hooghoudt en Pieter Levels qui est le nom qu'il utilise dorénavant.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte