Parents & enfantsScience & santé

Le risque de la normalisation de l'obésité infantile

Repéré par Nadia Daam, mis à jour le 30.07.2014 à 15 h 15

Repéré sur CDC, Daily Beast

Une étude vient de démontrer que les enfants en surpoids ignorent qu'ils sont en surpoids. Leurs parents aussi.

Dans une maternelle de Foshan, Guangdong en Chine, le 29 mars 2011. REUTERS/Joe Tan

Dans une maternelle de Foshan, Guangdong en Chine, le 29 mars 2011. REUTERS/Joe Tan

Aux Etats-Unis, un enfant sur cinq et un tiers des adultes souffrent d'obésité. Les politiques publiques s'intéressent évidemment à la question et on apprenait récemment que l'obésité infantile avait spectaculairement baissé. Le nombre d'enfants obèses âgés de 2 à 5 ans a baissé de 43% en huit ans.

Pour autant, et comme le déclarait le Dr Jeffrey P. Koplan (professeur de médecine et de santé publique) dans un article du New York Times, l'épidémie d'obésité infantile est encore loin d'être endiguée. D'autant qu'une étude réalisée par le CDC vient de révéler qu'une importante partie des enfants touchés par le surpoids ou l'obésité ignorent qu'ils le sont.

Plus précisement, cette enquête menée sur des enfants agés de 8 ans à 15 ans entre 2005 et 2012 a montré que seulement 23% de ces enfants obèses savaient qu'ils l'étaient et que 41% de ces enfants estimaient leur poids correct.

Sur le Daily Beast, le pédiatre Russel Saunders s'est interrogé sur les raisons qui poussent les enfants à être dans ce déni de leurs problèmes de poids et de santé. Selon lui, cela s'explique par la prévalence de l'obésité dans le pays:

«Quand vos pairs vous ressemblent plus ou moins, c'est assez logique de conclure que vous êtes en bonne santé.»

«La seule manière qu'ont les enfants de se jauger, c'est d'observer ce qui les entoure», alors, si tous les autres enfants sont gros, l'obésité devient une sorte de norme qui définit la bonne santé dans l'esprit de l'enfant.

Et, selon le pédiatre, c'est aux adultes (parents, médecins) de tâcher de faire sortir ces enfants du déni, de leur expliquer que oui, ils ont un grave problème de poids, et qu'en termes de santé, l'obésité ne doit pas être la norme. Le problème, c'est que cette «normalisation» de l'obésité se fait aussi dans l'esprit des parents.

La dangereuse ignorance des parents

C'est ce qu'a révélé une autre étude publiée récemment dans le Journal of the American Academy of Nutrition and Dietetics. Elle a été menée dans une clinique qui accueille des enfants en surpoids de 5 ans à 20 ans, mais auprès de leurs parents. Donc des personnes a priori au fait des problèmes de santé de leurs enfants.

Et pourtant, les résultats de l'enquête sont sidérants. Si 93,5% des parents reconnaissent l'obésité de leur enfant, ils sont tout de même 30% à considérer que ça n'est «pas un problème» et autant à estimer que leur enfant est en «bonne» voire en «excellente santé». Selon Kyung Rhee, l'auteur de l'enquête, cette dissonance entre le jugement des parents et la réalité relève de la même «normalisation de l'obésité» démontrée dans la précédente étude.

«Il y a tant d'enfants obèses et tant d'adultes obèses, que beaucoup de parents n'arrivent plus à distinguer aujourd'hui ce qu'est le surpoids.»

60%

des parents d'enfants obèses ne les ont encore jamais poussés à faire du sport

Dans ce cas, comment les parents peuvent-ils être enclins à aider leur enfant en changeant les habitudes alimentaires ou en les encourageant à faire davantage d'activité physique? La réalité est que de fait, ils le font assez peu: 60% de ces parents n'ont encore jamais poussé leur enfant à faire du sport, et 40% n'ont pas décidé de changer le régime alimentaire de leur enfant.

Il ne s'agit pas d'une enquête isolée et anecdtique. Comme le rappelle The Atlantic, 69 études distinctes menées entre 1990 et 2012 ont conclu que plus de la moitié des parents américains sous-estiment le poids de leur enfant.

Et d'après Kyung Rhee, tant que les parents ne prendront pas conscience du problème et ne s'impliqueront pas davantage, l'obésité infantile ne baissera pas de manière significative.

Rappelons que l'obésité infantile n'est pas l'apanage des Etats-Unis. L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) signale que jusqu'à 27% des enfants de 13 ans et 33% des enfants de 11 ans sont en surpoids en Europe et l'OCDE rapporte que le surpoids des enfants bat désormais des records en Grèce et en Italie.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte