Smart CitésTech & internetEconomie

L’union des deux plus gros sites immobiliers va donner naissance au «Facebook des maisons»

Repéré par Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 30.07.2014 à 11 h 42

Repéré sur New York Times, Los Angeles Times

Zillow

Zillow

Deux géants de l’immobilier en ligne ont annoncé leur union le lundi 28 juillet. Zillow, numéro un du secteur aux Etats-Unis rachète pour 3,5 milliards de dollars son concurrent Trulia, numéro deux. A elles deux, ces sociétés concentrent 61% des visiteurs uniques des sites immobiliers américains, et la nouvelle entité qui va réunir les deux bases de données a tout pour devenir le Facebook des maisons, comme l’écrit Will Oremus sur Slate.com par analogie avec le réseau social généraliste, sur lequel «tout le monde» a un profil. 

Quatre maisons sur cinq aux Etats-Unis auraient déjà été vues par au moins une personne sur Zillow. Zillow comme Trulia ont des données sur les prix des maisons par quartier, les tendances de l’immobilier par secteur et chacun a développé des services précieux pour les acheteurs comme pour les vendeurs potentiels. 

Sur Zillow, les cartes affichent les estimations des prix de chaque maison.

Par exemple, Zillow propose son «zestimates», un algorithme qui permet à un propriétaire d’évaluer le prix de son bien à partir de la base de données de 100 millions d’autres logements. Grâce à cette finesse d’analyse, on peut s’amuser à «zillower» quelqu’un, explique Will Oremus, c'est-à-dire à chercher la maison de son prochain rendez-vous, de son patron ou de son ex pour savoir combien elle coûte...

Trulia est allé plus loin dans l'innovation, et se démarque par ses cartes thématiques projetant ses données par quartier, comme le taux de criminalité ou le taux de réussite des écoles. Des visualisations soignées qui sont devenues la marque de fabrique du site.

Sur Trulia, la carte du temps de trajet estimé depuis le centre de la ville de Phoenix.

La nouvelle entité respectera ces spécificités en conservant les deux marques commerciales distinctes.

Plutôt que l’analogie avec Facebook, le patron de Zillow, Spencer Rascoff, considère que le groupe sera plutôt le «Wikipedia des maisons» poursuit Will Oremus, dans la mesure où il agrège des informations factuelles provenant de différentes sources (sauf que les contributeurs sont limités au propriétaire du logement ou à l’agent immobilier chargé de la vente).

Les relations entre ces sites et les agents immobiliers n'ont pas toujours été excellentes: ces derniers les voyant comme une menace. Cependant, comme l’explique un article du Los Angeles Times, le secteur de l’immobilier est encore trop local et les transactions bien trop complexes pour qu’un site comme Zillow soit capable de vendre des maisons directement comme le ferait une entreprise de e-commerce classique. Pour l’instant…

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte