Sciences

Comment les chiens font-ils pour savoir qu'il est l'heure de manger?

Temps de lecture : 2 min

A priori, ils ne regardent pas leur montre.

Un chiot par misteraitch | FlickR licence cc by
Un chiot par misteraitch | FlickR licence cc by

Il y a des signes qui ne trompent pas. Comme cette manie de tourner dans nos pattes dès qu'approche l'heure fatidique, ou de devenir dingue dès que l'on se met à répéter «c'est qui qui va manger?! C'est qui qui va manger?!» –d'accord, réaction peut-être plus liée au fait qu'on a soi-même l'air un peu dingue en prononçant cette phrase. Tous les propriétaires de chiens vous le diront: ces bêtes savent quand il est temps de dégainer la gamelle. Flairent le moment où vous êtes sur le point de rentrer à la maison.

Du coup, Wired se demande d'où les clébards tiennent cette faculté dans la mesure où, comme le rappelle justement le site, le temps saucissonné en secondes, minutes et heures est a priori une conception humaine.

Plusieurs hypothèses se dégagent pour expliquer cette horloge canine.

Le rythme circadien, déjà, qui souffle à tous les mammifères les moments où il s'agit de dormir ou de s'agiter. «Peut-être que c'est leur corps, bien plus que leur esprit, qui peut à peu près détecter l'heure qu'il est», résume Wired.

D'autres chercheurs pensent que les chiens analysent la «longueur des ombres», façon cadran solaire à pattes; d'autres encore qu'ils s'appuient sur les odeurs, qui s'estompent au fur et à mesure de la journée, pour faire leur programme. Et Wired de décrire le mécanisme:

«Si vous avez un emploi du temps régulier, il est possible que votre chien sache que quand votre odeur s'est estompée d'un montant spécifique, vous êtes sur le point de franchir le seuil de la maison.»

Toutes ces explications restent néanmoins au stade des conjectures car «s'il y a des preuves qui suggèrent que les chiens se rappellent des gens (comme leur propriétaire) et des événements (comme le fait d'aller dans le parc), la question de savoir si oui ou non ils peuvent remonter le temps dans leur tête reste posée», précise encore le site.

Cette capacité de revivre une expérience passée est appelée «mémoire épisodique». Mais si les scientifiques l'ont recherchée chez les singes, les corbeaux, les rats ou les abeilles, ils ont plutôt délaissé les chiens, explique Wired.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, les chercheurs ne s'intéressent aux mécanismes cérébraux de ces animaux que depuis une quinzaine d'années (ne riez pas, ces études peuvent être très utiles pour mieux connaître notre propre cervelle), pensant jusque-là «que les chiens ne pouvaient rien prouver sur la façon dont les espèces se comportent à l'état naturel, du fait de leur domestication».

Que les fans des toutous se rassurent, on a néanmoins quelques données intéressantes sur leurs manières. Il y a quelques jours, Time relayait par exemple une étude sur le fait qu'à l'instar de leurs propriétaires, les chiens pouvaient être jaloux!

En revanche, déception: on ne sait toujours pas si ces derniers sont aussi ingrats que les chats, qui eux nous percevraient comme des congenères «un peu débile». Sympa.

Slate.fr

Newsletters

Essayez de souffler une bougie d'anniversaire en inspirant, pour voir?

Essayez de souffler une bougie d'anniversaire en inspirant, pour voir?

La physique démontre qu'un flux d'air dirigé gagne en puissance et atteint des objets beaucoup plus éloignés.

Les machines de vote électronique ne sont toujours pas fiables, mais les maths peuvent arranger ça

Les machines de vote électronique ne sont toujours pas fiables, mais les maths peuvent arranger ça

900 millions d'Indiennes et d'Indiens ont un mois pour voter aux élections législatives, le tout sur des machines qui n'inspirent pas toujours confiance.

Et si les algorithmes remplaçaient les tests sur les animaux?

Et si les algorithmes remplaçaient les tests sur les animaux?

Les essais de produits chimiques sur les animaux pourraient bientôt faire partie du passé grâce à un algorithme développé par une équipe de recherche américaine.

Newsletters