Partager cet article

Vol AH5017: comment la rumeur de la présence de militaires français à bord s'est répandue

Des débris du vol AH2017 d'Air Algérie près de Gossi au Mali, 24 juillet 2014, REUTERS/Burkina Faso Military/Handout via Reuters

Des débris du vol AH2017 d'Air Algérie près de Gossi au Mali, 24 juillet 2014, REUTERS/Burkina Faso Military/Handout via Reuters

Les crashs d'avion, accidentels ou non, sont toujours des occasions privilégiées pour les adeptes des théories du complot en tous genres. Les attentats du 11-Septembre sont de loin la source de conspirationnisme la plus prolifiques sur Internet, tandis qu'on se souvient du récent festival de théories fumeuses après la disparition mystérieuse du vol MH370.

Le vol AH5017 d'Air Algérie, qui s'est écrasé jeudi 24 juillet au Mali, ne fait pas exception. Une rumeur selon laquelle 33 militaires français se trouvaient à bord de l'appareil s'est propagée jusqu'à se retrouver sur les sites de médias internationalement reconnus comme le Corriere della Sera, l'International Business Times ou encore le Times of Israel.

Comment cette «information» s'est-elle retrouvée là? Il a suffit d'un étrange article publié le 26 juillet, soit deux jours après l'accident, sur le site du quotidien algérien Echorouk, citant des sources anonymes selon lesquelles «33 soldats de l'armée française qui étaient au Mali et en Afrique, parmi lesquels trois officiers supérieurs des services de renseignements français» se trouvaient à bord du vol, ainsi qu'un «leader du Hezbollah se faisant passer pour un homme d'affaires».

Bonne nouvelle, aucun grand site français n'a relayé cette information impossible à vérifier. Mais d'autres s'en sont chargés ailleurs. 

Comme le souligne Jean-Dominique Merchet sur son blog Secret Défense ce mardi, ni la DGSE, ni les Armées n'ont souhaité «réagir officiellement à cette rumeur, afin de ne pas l'alimenter». Le ministère de la Défense n'a pas répondu à nos sollicitations non plus.

Jean-Dominique Merchet écrit:

«La France n'est pas un pays où l'on cache les morts et où quelqu'un aurait le pouvoir de faire taire les familles. Il faut avoir une vision totalement complotiste du monde pour croire qu'il en irait autrement et que l'on pourrait passer sous silence la mort d'une trentaine de militaires qu'ils appartiennent au COS, à la DRM ou à la DGSE.»

Si vous choisissez de croire à cette information sur la base d'un média algérien citant des sources anonymes dont il est absolument impossible de vérifier la fiabilité, c'est votre droit. La vraie question est de savoir pourquoi certains médias reconnus ont choisi de relayer l'article très peu sourcé d'Echorouk à grand renfort de «peut-être» et de conditionnel, lui donnant ainsi du crédit aux yeux de ceux pour qui la vérité est toujours ailleurs.

Quoi qu'il en soit, le résultat est là: quand vous tapez «AH5017» dans le moteur de recherche Google, l'un des premiers résultats est un article de Fdesouche intitulé «Air Algérie AH5017: un leader du Hezbollah et des troupes françaises à bord du vol?»

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte