Économie

Musique légale... mais concurrence fiscale

Temps de lecture : 2 min

«Le commerce en ligne est un exemple chimiquement pur de la concurrence fiscale et sociale que se livrent les pays de l’Union Européenne, faute d’accord sur une harmonisation», écrit le journaliste de Libération Florent Latrive sur son blog.

La réflexion lui est venue en regardant son extrait de compte qui indiquait des prélévements pour le site de vente de MP3 d'Amazon et le site de streaming musical Spotify... tous deux inscrits comme des résidents du Luxembourg alors que les entreprises sont respectivement américaine et suédoise.

Pour quelles raisons ces deux entreprises se délocalisent-elles ainsi? «Car la TVA  est moins élevée au Luxembourg qu’en France, tout simplement. Là où la France prélève 19,6% pour écouter Wilco, le Luxembourg se contente de 15%, le taux le moins élevé des 27. Le minimum possible selon les règles de l’Union», écrit Florent Latrive. Comme quoi la musique légale n'échappe aux turpitudes de la conccurence fiscale.

[Lire l'article complet sur le blog Caveat Emptor]

(photo de Une: Flickr/CC/Nathan.F)

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Bercy

Bercy

Il n'est pas du tout certain que l'on puisse se passer un jour du nucléaire

Il n'est pas du tout certain que l'on puisse se passer un jour du nucléaire

En se prononçant pour la construction de nouveaux réacteurs, Macron remet le sujet à l'ordre du jour. À droite, c'est clairement oui, à gauche, c'est plutôt non, avec plus ou moins de clarté.

J'ai découvert une entreprise qui ne cherche pas à grossir à tout prix, et ça m'a fascinée

J'ai découvert une entreprise qui ne cherche pas à grossir à tout prix, et ça m'a fascinée

Une marque a besoin de trouver un équilibre économique, pas forcément de devenir leader d'un marché.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio