Avec la crise, tous les jobs sont bons à prendre

Slate.fr, mis à jour le 10.08.2009 à 9 h 34

Avec l'explosion du chômage aux Etats-Unis, des centaines de milliers de personnes s'étant retrouvées sans emploi au cours des derniers mois commencent à faire la queue pour postuler à des postes qu'ils n'auraient même pas envisagé occuper il y a quelques mois: dans les abattoirs, les usines de traitement des eaux usées ou encore les prisons.

«Les récessions et les marchés du travail fermés obligent toujours certaines personnes à accepter du travail moins désirable ou moins bien payé que ce à quoi ils sont habitués, explique Associated Press. Mais cette récession a été la plus destructrice en termes d'emploi depuis au moins 60 ans, détruisant un total de 6,7 millions d'emplois.»

Parmi les innombrables exemples, Kristen Thompson était coach personnel dans un centre de remise en forme huppé de Los Angeles. Un licenciement et plusieurs mois de recherche infructueuse plus tard, elle est gardienne de prison dans une bourgade de 1.500 habitants du Wyoming.

Avec la crise, les travailleurs qualifiés et éduqués prennent les emplois de bureau et les jobs de serveur. Les travailleurs non-qualifiés ou les bacheliers qui occupaient ces postes avant la crise se retrouvent maintenant plus bas sur l'échelle du travail et commencent à prendre les emplois autrefois réservés aux immigrés.

[Lire l'article complet sur Yahoo finance]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Southern Foodways Alliance, Flickr, CC

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte