Santé / Monde

Plus de 2.500 travailleurs du World Trade Center ont un cancer

Temps de lecture : 2 min

Des pompiers de New York sur le site du World Trade Center, le 19 septembre 2001 |REUTERS/Andrea Booher
Des pompiers de New York sur le site du World Trade Center, le 19 septembre 2001 |REUTERS/Andrea Booher

«Plus de 2.500 sauveteurs et personnes étant intervenus sur le site de Ground Zero ont contracté un cancer», a révélé le New York Post ce dimanche 27 juillet. Un chiffre lugubre en nette augmentation, puisque seuls 1.140 cas ont été signalés l'an passé, souligne encore le site tabloïd américain.

Voilà plusieurs années que les scientifiques ont alerté sur le risque de développement de cancers chez les individus –pompiers, policiers, ouvriers du bâtiment...– qui ont travaillé sur le site des attentats du 11 septembre 2001, qui ont fait plus de 2.600 victimes à New York.

En 2006, le New York Sun relayait ainsi l'avis de nombreux médecins qui s'inquiétaient du caractère cancérigène des poussières et débris des tours effondrées, et qui réclamaient le financement d'études de grande ampleur. Celles qui ont suivi, entre 2009 et 2013, ont en majorité conclu à une corrélation entre exposition aux débris des Twin Towers et développement de cancers, notamment de la thyroïde et de la prostate.

Voté en 2010, le «World Trade Center Health Program» vise à la prise en charge des soins médicaux des volontaires du World Trade Center ayant été «exposés aux toxines lors de leur intervention sur Ground zero», résumait CNN en septembre 2012. A l'époque, 58 types de cancers venaient d'être ajoutés à la liste des retombées de l'attentat nécessitant un dédommagement.

Un fonds d'aide fédéral, le «9/11 Victim Compensation Fund», a également été constitué. Fin juin, ce dernier comptait 1.145 demandes de dédommagement en lien avec des cancers, rapporte encore le New York Post. Parmi elles, 881 ont été jugées recevables, poursuit le site, quand seules 115 se sont vues attribuer «un total de 50,5 millions de dollars, en sommes allant de 400.000 à 4,1 millions de dollars».

Newsletters

Ce que l'on sait des effets du Covid-19 sur le cerveau

Ce que l'on sait des effets du Covid-19 sur le cerveau

Différentes études ont montré que le virus était capable d'infecter des cellules du système nerveux, avec l'éventualité de conséquences neurologiques à long terme.

Pour les couples infertiles, le test préimplantatoire des embryons aneuploïdes serait une réelle avancée

Pour les couples infertiles, le test préimplantatoire des embryons aneuploïdes serait une réelle avancée

Ce diagnostic consiste à dépister à un stade embryonnaire très précoce des anomalies chromosomiques. Actuellement interdit, il est débattu dans le cadre de la loi bioéthique.

Une journée comme celle de la veille

Une journée comme celle de la veille

Il est de ces journées qui commencent comme celle de la veille, mais après lesquelles rien ne sera jamais plus comme avant. À cause d'un instant, parfois imperceptible, où tout bascule. Sur le moment, on n'y prête pas forcément attention. Parce...

Newsletters