Culture

Les huit ingrédients qui ont fait le succès de Twin Peaks

Temps de lecture : 2 min

Qu’elle plaise, qu'elle fascine ou qu’elle agace, pourquoi Twin Peaks est-elle une série si marquante? La série créée il y a bientôt 25 ans par Mark Frost et David Lynch est décortiquée par la BBC qui liste les huit ingrédients qui expliquent son succès et son identité si particulière.

Twin Peaks est d’abord une expression idéalisée du mode de vie américain, l’Americana. Les lieux sont génériques (le Diner, la station service, etc.) et les personnages, des clichés: le noble shériff, le député incompétent, l’agent du FBI rusé, le motard, l’homme d’affaires corrompu, la serveuse guillerette, etc.

S’y ajoute un élément central de la culture populaire, la nourriture: des tartes, des donuts et des cafés, Twin Peaks en sert et en consomme à foison. Au point qu’une vidéo youtube est consacrée à ces séquences de dégustation.

Vient ensuite le bois, omniprésent: dans la nature, les intérieurs, avec le personnage glaçant de la femme à la bûche… «On peut éprouver beaucoup de bonheur à observer un arbre», a déclaré Lynch récemment. Beaucoup d’inquiétude aussi.

Autre éléments clé: le sexe, bien sûr! La musique d'Angelo Badalamenti, évidemment. Les rêves, tellement imbriqués dans le scénario avec les séquences d’éveil. Les personnages en miroir, les doubles et les sosies, avec un bon et un méchant, qui reflètent des personnalités tiraillées et témoignent de la vision manichéenne du monde du réalisateur.

Et enfin un élément visuel: le rideau rouge de théâtre, souvent utilisé dans ses films, qui représente dans la série la séparation entre la réalité et le monde du rêve.

Le site de la BBC a fait de tous ces ingrédients à succès une infographie en forme de tarte à la Twin Peaks:

Slate.fr

Newsletters

L’humour très noir de «It Must Be Heaven» et les derniers feux du 72e Festival

L’humour très noir de «It Must Be Heaven» et les derniers feux du 72e Festival

Le film d’Elia Suleiman conclut en beauté une sélection globalement de très bon niveau. L’occasion de revenir aussi sur quelques outsiders marquants, sans oublier les inquiétudes à propos d’un système français menacé de fragilisation.

Vous ne savez pas ce qu'est le «male gaze»? Il suffit de voir le film de Kechiche

Vous ne savez pas ce qu'est le «male gaze»? Il suffit de voir le film de Kechiche

«Mektoub My Love: Intermezzo» pousse à l'extrême ce phénomène auquel nous sommes déjà soumis·es constamment, que ce soit au cinéma, à la télé ou dans les pubs.

«Le Traître» dans la nuit de Cosa Nostra, et la pénible expérience «Mektoub»

«Le Traître» dans la nuit de Cosa Nostra, et la pénible expérience «Mektoub»

Le film de Marco Bellocchio reconstitue un épisode décisif de la lutte contre la Mafia, tandis qu'Abdellatif Kechiche plonge le public dans une interminable boucle bruyante et comateuse.

Newsletters