Science & santé

Les inégalités sociales face à la mort sont plus importantes en Angleterre qu’en France

Repéré par Mathieu Dejean, mis à jour le 25.07.2014 à 17 h 19

Repéré sur The Independent, INSEE

Health Care Costs / 401(K) 2012 via Flickr licence by

Health Care Costs / 401(K) 2012 via Flickr licence by

En 2012, l’espérance de vie à la naissance en France pour les hommes était de 78,5 ans, et de 84,9 ans pour les femmes. En Angleterre, sur la période 2010-2012, elle était de 79 ans pour les hommes, et de 82,8 ans pour les femmes – en progression dans les deux cas. Cependant, en France comme en Angleterre, l'origine sociale est une variable qui pèse lourd en matière d'espérance de vie: l’écart entre les plus riches et les plus pauvres peut être très significatif.

Un nouveau rapport de l’Office for National Statistics (ONS), publié le 22 juillet 2014, en témoigne. Il montre que les inégalités sociales face à la mort en Angleterre sont importantes: chez les hommes, l’espérance de vie du décile inférieur (les plus pauvres) est de 74 ans, alors qu’elle est de 83 ans pour le décile supérieur, comme le montre le graphique ci-dessous.

Autrement dit, comme le rapporte The Independent, «les plus pauvres en Angleterre vivent neuf ans de moins que les plus riches». Chez les femmes, la différence est également sensible, puisque les plus pauvres ont une espérance de vie de 79 ans, contre 86 ans pour les plus riches (soit sept ans de différence).

Le rapport de l’ONS montre aussi que l’espérance de vie en bonne santé des plus pauvres est inférieure de 15% à celle des plus riches.

Selon The Independent, un porte-parole du ministère de la Santé a déclaré en réaction à ces résultats: «Il est inacceptable de voir de si grandes variations de l'espérance de vie sans incapacité à travers le pays. D’avantage doit être fait pour réduire cet écart».

La situation hexagonale témoigne des mêmes inégalités face à la mort. Les dernières données sur ce sujet datent d’un rapport publié par l’Insee en 2011, au titre éloquent: «L’espérance de vie s’accroît, les inégalités sociales face à la mort demeurent». On y apprenait que, dans les conditions de mortalité de la période 2000-2008, les hommes cadres vivaient en moyenne 6,3 ans de plus que les hommes ouvriers (c’est-à-dire 82 ans, contre 76 ans pour les ouvriers), et les femmes cadres 3 ans de plus que les ouvrières (soit 87 ans, contre 84 ans). Ce rapport affirmait: «Depuis 25 ans, les inégalités sociales face à la mort se maintiennent».

Insee, octobre 2011.

En Angleterre, l’espérance de vie globale a augmenté de 2,5 ans tous les dix ans en moyenne depuis 1980-1982 pour les hommes, et de 2 ans tous les dix ans pour les femmes. Cependant, à la différence de la France, l'écart entre l'espérance de vie des plus pauvres et celle des plus riches s'est accru jusqu’en 2001. Et selon une étude de l'Univsersité de Liverpool publiée en 2012, il pourrait encore augmenter au cours des huit prochaines années.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte