Tech & internet

L'extraordinaire histoire du correcteur automatique

Temps de lecture : 2 min

Des claviers d'ordinateur cassés | REUTERS/Kacper Pempel.
Des claviers d'ordinateur cassés | REUTERS/Kacper Pempel.

Le magazine américain Wired est parti à la rencontre du père du correcteur automatique, Dean Hachamovitch. Aujourd'hui vice-président de Microsoft, il a commencé sa carrière à la Word Team, l'équipe chargée du logiciel de traitement de texte du même nom, au début des années 90.

La première pierre de son projet a consisté à corriger automatiquement une des erreurs les plus fréquentes sur un clavier anglais, écrire teh à la place de the. Une fois cette première étape franchie, il s'est lancé dans la construction d'une base de données des erreurs orthographiques.

Aidé d'un stagiaire de Harvard, il a dû répondre au problème de la double capitale (CEci pour Ceci) et ses exceptions (n'est-ce pas le CD?), à la question des vulgarités (les corriger ou non?) et aux critiques sur les corrections hasardeuses (Goldman Sachs devenant Goddamn Sachs par exemple, «goddamn» signifiant «nom de Dieu»).

Aujourd'hui, la question de la correction automatique est encore au cœur des préoccupations des grandes entreprises du web et des fabricants de smartphones. Et comme l'atteste le site Damn You Auto Correct!, il reste encore un peu de travail...

Newsletters

Google a couvert 16 millions de kilomètres avec le service Street View

Google a couvert 16 millions de kilomètres avec le service Street View

Cela équivaut à 400 voyages autour du monde.

Des utilisateurs d’une plateforme de cryptomonnaies veulent que le corps de son créateur soit exhumé car ils ne croient pas à sa mort

Des utilisateurs d’une plateforme de cryptomonnaies veulent que le corps de son créateur soit exhumé car ils ne croient pas à sa mort

Gerald Cotten est mort en décembre 2018. Il avait créé une plateforme avec une cryptomonnaie nommée QuadrigaCX. Mais c’était le seul à connaître le mot de passe pour accéder au portefeuille des clients, où 190 millions de dollars étaient stockés.

Un jeu vidéo de simulation permet d'incarner le Christ

Un jeu vidéo de simulation permet d'incarner le Christ

Créé par un studio polonais, «I am Jesus Christ» est un jeu «réaliste» basé sur le Nouveau Testament, avec «plus de trente miracles» à découvrir.

Newsletters