Tech & internet

L'extraordinaire histoire du correcteur automatique

Temps de lecture : 2 min

Des claviers d'ordinateur cassés | REUTERS/Kacper Pempel.
Des claviers d'ordinateur cassés | REUTERS/Kacper Pempel.

Le magazine américain Wired est parti à la rencontre du père du correcteur automatique, Dean Hachamovitch. Aujourd'hui vice-président de Microsoft, il a commencé sa carrière à la Word Team, l'équipe chargée du logiciel de traitement de texte du même nom, au début des années 90.

La première pierre de son projet a consisté à corriger automatiquement une des erreurs les plus fréquentes sur un clavier anglais, écrire teh à la place de the. Une fois cette première étape franchie, il s'est lancé dans la construction d'une base de données des erreurs orthographiques.

Aidé d'un stagiaire de Harvard, il a dû répondre au problème de la double capitale (CEci pour Ceci) et ses exceptions (n'est-ce pas le CD?), à la question des vulgarités (les corriger ou non?) et aux critiques sur les corrections hasardeuses (Goldman Sachs devenant Goddamn Sachs par exemple, «goddamn» signifiant «nom de Dieu»).

Aujourd'hui, la question de la correction automatique est encore au cœur des préoccupations des grandes entreprises du web et des fabricants de smartphones. Et comme l'atteste le site Damn You Auto Correct!, il reste encore un peu de travail...

Newsletters

 Facebook et la «harga», les réseaux sociaux alimentent le rêve européen des migrants

Facebook et la «harga», les réseaux sociaux alimentent le rêve européen des migrants

Influencés par les récits et photos idylliques de connaissances installées en Europe, des milliers de jeunes Maghrébins prennent chaque année le risque de l'émigration, parfois au péril de leur vie.

Pinterest bloque les recherches liées au coronavirus

Pinterest bloque les recherches liées au coronavirus

Si le Covid-19 vous angoisse, il est peut-être temps de vous créer un compte.

Comment Pokémon Go s'adapte au coronavirus

Comment Pokémon Go s'adapte au coronavirus

La société éditrice du jeu vient d'annoncer qu'elle allait modifier temporairement certaines règles afin de limiter au maximum les déplacements de ses utilisateurs et utilisatrices.

Newsletters