Tech & internet

Drôle et inquiétant: la carte du monde des photos de chats sur Internet

Temps de lecture : 2 min

Un chat, quelque part en Belgique
Un chat, quelque part en Belgique

On le sait, Internet aime les chats, les cartes et les photos. Owen Mundy, professeur d’art à l’université d’Etat de Floride, en a donc tiré les conclusions qui s’imposaient en réalisant une carte des photos de chats publiées sur Internet.

Comment a-t-il fait? Tout simplement, nous apprend The Daily Dot, en récupérant un échantillon d’un million (oui, les échantillons sur Internet sont plus gros que pour les sondages d’opinion) de photos de chats publiées sur les grandes plateformes de partage d’images (Flickr, Instagram) et en obtenant au passage les coordonnées géographiques de ces photos, contenues dans les métadonnées (des données qui permettent de décrire cette image comme, dans l’exemple, l’endroit où elle a été produite ou postée). Il y aurait actuellement quelques 15 millions d’images accessibles publiquement sur le web incluant le mot «chat» dans leur description.

Le résultat est une carte du monde des chats connectés, intitulée «I Know where your cat lives» («Je sais où habite votre chat»), qui par son originalité et sa réalisation se suffit largement à elle-même. La fonction la plus drôle du site consiste à «charger un nouveau chat au hasard», ce qui affiche une photo en gros plan d'un de ce million de chats sur une carte du monde. On peut aussi s'amuser à zoomer sur un quartier pour voir s'il est très peuplé en internautes exhibant leur animal sur les réseaux.

A Chengdu (Chine): un bon spot à chats.

Mais au-delà de la performance, Mundy a voulu alerter sur la facilité avec laquelle les données de localisation des utilisateurs de ces réseaux sociaux étaient disponibles pour quiconque s’y intéresserait… Sur certaines plateformes, la localisation se fait par défaut et il faut donc que l’utilisateur soit suffisamment connaisseur pour penser à décocher l’option qui permet de savoir où il habite –lui, sa famille ou son chat.

Surtout, l’artiste programmeur a pensé à supprimer toutes les autres données qui permettraient d’identifier la personne qui a posté une photo de son chat. Si un utilisateur reconnaît son animal sur le site, il peut ainsi décider de l’effacer. Pour l’instant, explique le prof, personne ne s’est plaint et la tendance est plutôt l’inverse: «J’ai en fait eu beaucoup de demandes de gens qui voulaient que j’ajoute leur chat sur la carte!», s’amuse-t-il. On va finir par croire qu’ils se foutent vraiment de leur vie privée.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Une (modeste) demande de fonds sur Kickstarter a été lancée pour assurer la première année d’hébergement du site et lui permettre de tenir bon face au volume impressionnant de visites suscité par son sujet.

Newsletters

Sans façades ni limites: ce musée virtuel porté par la blockchain illustre l'avenir d'internet

Sans façades ni limites: ce musée virtuel porté par la blockchain illustre l'avenir d'internet

Les cerveaux derrière le musée imaginé pour héberger l'œuvre digitale de Beeple à 69 millions de dollars révèlent en exclusivité pour Slate.fr les fondations du projet qui pourrait modifier notre rapport à l'art –et l'avenir du web.

«On a inventé le crypto-communisme»: les acheteurs du NFT à 69 millions nous livrent leurs confidences

«On a inventé le crypto-communisme»: les acheteurs du NFT à 69 millions nous livrent leurs confidences

Dans leur premier entretien avec un média français, les fondateurs de Metapurse évoquent le tourbillon «post-Beeple», leurs ambitions pédagogiques, leur musée virtuel (et remercient Mark Zuckerberg d'avoir agité le drapeau du métavers).

Comment utiliser les réseaux sociaux sans bousiller sa santé mentale

Comment utiliser les réseaux sociaux sans bousiller sa santé mentale

Ça va être difficile, mais c'est pour votre bien.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio