Culture

Le Netflix de la littérature a-t-il un sens en France?

Charlotte Pudlowski, mis à jour le 22.07.2014 à 18 h 32

Photo: Nicola, via Flickr, License CC.

Photo: Nicola, via Flickr, License CC.

Amazon a lancé récemment une offre, disponible sur son site, permettant de lire en illimité pour 9,99 dollars par mois des livres électroniques. Une offre semblable à celle de Netflix pour les films et les séries. Sauf que, sérieusement, vous dites-vous, qui lit assez pour avoir besoin d'un abonnement illimité à la lecture? Hé bien plein de gens.

Si cet abonnement concernait la France, à 9,99 dollars par mois, c'est à dire 7,41 euros, il faudrait lire environ un à deux poches par mois format kindle pour que ce soit rentable. (Les Faux Monnayeurs en kindle: 7,99 euros; Les Misérables: entre 1 et 10 euros en kindle selon l'édition; Lettres à un ami allemand, 5,99 euros). Donc disons 12 à 24 livres par an. Ce n'est pas énorme par rapport aux habitudes de lecture renvendiquées par les Français.

26% des français de 15 ans ou plus assurent ainsi, selon la dernière enquête Ipsos sur le sujet, appartenir à la catégorie des «grands lecteurs», en lisant 20 livres et plus par an. Donc au moins un quart de la population française en âge de lire pourrait voir une utilité dans le service lancé par Amazon.

La population se compose également de 41% de «moyens lecteurs» (5 à 19 livres par an) et 33% de petits lecteurs 1 à 3 livres. Une partie des moyens lecteurs pourrait aussi représenter une clientèle potentielle pour Amazon.

L'entreprise de Jeff Bezos aurait d'ailleurs peut-être mieux fait de lancer son service en France plutôt qu'aux Etats-Unis - seul pays où il pour l'instant disponible. Car selon la dernière enquête du Pew Research center, les Etats-Unis comptent 28% de «grands lecteurs», mais la notion équivaut là-bas plutôt aux «moyens lecteurs» français, avec 11 livres ou plus lus par an. 17% des lecteurs américains ont lu 6 à 10 livres dans l'année, 31% 1 à 5 livres, et 23% n'ont pas lu du tout.

Evidemment, outre la quantité, reste la question de la qualité des livres proposés. Un peu comme les studios américains négocient avec Netflix et sortent ou rentrent dans le catalogue de la plateforme, tous les éditeurs ne sont pas nécessairement compris dans l'offre illimitée d'Amazon. Par exemple, les plus gros n'y figurent pas encore. Comme Hachette par exemple.

Charlotte Pudlowski
Charlotte Pudlowski (740 articles)
Rédactrice en chef de Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte