Culture

James Garner est mort: il avait joué dans la Grande Evasion, Victor Victoria, Grand Prix...

Temps de lecture : 2 min

Quatre de mes films préférés avec l'acteur américain disparu samedi.

11e cérémonie de la Screen Actors Guild à Los Angeles en 2005, il reçoit une récompense pour l'ensemble de sa carrière. REUTERS
11e cérémonie de la Screen Actors Guild à Los Angeles en 2005, il reçoit une récompense pour l'ensemble de sa carrière. REUTERS

Le légendaire acteur hollywoodien James Garner est mort samedi soir à l’âge de 86 ans. Cinéma, télévision, il avait rafraichi l’image du héros américain, en lui accolant une bonne dose de second degré, une sorte de trait d’union entre John Wayne et Clint Eastwood, Garner avait joué dans une cinquantaine de films. Voici mes préférés :

La Grande évasion, 1963

Il prépare, outre la Grande évasion, une gnôle pour fêter le 4-Juillet. Le reste du casting n’est plus à rappeler.

Grand Prix, 1966

Garner incarne un des pilotes qui vont s’affronter sur une saison de F1. Il y croisera notamment Yves Montand et, pour la première fois à l’écran, Françoise Hardy.

Victor Victoria, 1982

Spoiler total : Garner est un mafieux qui tombe amoureux d’une femme qui doit se faire passer pour un homme travesti en femme. Garner est parfait dans le rôle du macho troublé de se sentir attirer par un homme. De Blake Edwards avec Julie Andrews.

Space Cowboys, 2000

Pas forcément son meilleur filme, mais en ce jour où on commémore le 45e anniversaire du premier pas sur la Lune… Il joue l’un des quatre vétérans de la conquête spatiale partis donner une leçon à la Nasa à bord de la Navette. Avec Clint Eastwood, Donald Sutherland et Tommy Lee Jones.

Newsletters

Jean-Pierre Bacri, une vie sans faire semblant

Jean-Pierre Bacri, une vie sans faire semblant

Ce lundi, l'acteur est mort d'un cancer, à l'âge de 69 ans.

Les différences entre «La Chronique des Bridgerton» de Netflix et les livres

Les différences entre «La Chronique des Bridgerton» de Netflix et les livres

Les romans de Julia Quinn ont servi de source d'inspiration, mais la réalisatrice Shonda Rhimes a pris bon nombre de libertés avec le récit d'origine.

Jusqu'au XIXe siècle, le couvre-feu était la norme

Jusqu'au XIXe siècle, le couvre-feu était la norme

Ce qui s'apparente à une mesure militaire est, au regard du temps long, d'abord une mesure de police chrétienne visant à mieux différencier le cycle du jour de celui de la nuit.

Newsletters