Monde

Poutine reproche à l'Ukraine de s'être mise dans une position où les gens veulent y abattre des avions

Temps de lecture : 2 min

Vladimir Poutine, le 16 juillet 2014. REUTERS/Alexei Nikolskyi.
Vladimir Poutine, le 16 juillet 2014. REUTERS/Alexei Nikolskyi.

Si les États-Unis ont confirmé que le vol de ligne de la Malaysian Airlines qui s'est écrasé en Ukraine, jeudi 17 juillet, a été abattu, quant à savoir par qui, et avec quoi, les questions demeurent. Comme celle de savoir si c'est un lanceur de missiles Buk, fabriqué en Russie, qui a été utilisé par des séparatistes rebelles. Nous en saurons plus très vite.

En attendant, Vladimir Poutine a une idée de qui est reponsable: l'Ukraine. L'Associated Press rapporte sa théorie:

«Un communiqué du Kremlin diffusé tôt vendredi assurait que Poutine avait ouvert une réunion avec ses conseillers économiques en demandant un moment de silence à cause du crash. "Cette tragédie ne se serait jamais passée si cette terre était en paix, si les actions militaires n'avaient pas été renouvelées dans le sud-est de l'Ukraine. Et, certainement, l'Etat au-dessus duquel ceci s'est déroulé porte la responsabilité de cette affreuse tragédie."»

Newsletters

En Inde, le sujet sensible de la santé mentale

En Inde, le sujet sensible de la santé mentale

La tradition et la culture du collectif laissent peu de place à l'expression d'un mal-être, dont souffrent de nombreux Indiens.

Donald Trump fait son grand retour chez les ultraconservateurs

Donald Trump fait son grand retour chez les ultraconservateurs

Le silence et le calme semblent régner à Washington depuis le départ de Donald Trump, particulièrement depuis la suspension définitive de son compte Twitter. Mais cette période d'apaisement est peut-être terminée: ce dimanche 28 février, Trump s...

L'Espagne va-t-elle légaliser la PMA pour les personnes trans?

L'Espagne va-t-elle légaliser la PMA pour les personnes trans?

Le texte qui prévoit de garantir le droit des «personnes trans ayant la capacité de porter un enfant» à l'assistance médicale à la procréation pourrait ne jamais arriver au Parlement.

Newsletters