Monde

Vol MH17: est-il difficile d'abattre un avion de ligne?

Boer Deng, traduit par Grégoire Fleurot, mis à jour le 18.07.2014 à 12 h 01

Un système lance-missile Bouk lors du «Russia Arms Expo 2013» dans la ville de Nizhny dans l'Oural le 25 septembre 2013, REUTERS/Sergei Karpukhin

Un système lance-missile Bouk lors du «Russia Arms Expo 2013» dans la ville de Nizhny dans l'Oural le 25 septembre 2013, REUTERS/Sergei Karpukhin

Après la triste et toujours inexpliquée disparition du vol 370 de Malaysia Airlines en mars, un autre avion de la compagnie aérienne malaisienne s'est écrasé jeudi 17 juillet. Il a été touché par un missile dont on ne connaît pas encore l'origine alors qu'il volait au-dessus de la région de Donetsk, en Ukraine, touchée par le conflit avec la Russie.

Les images des débris en fumée sont vite apparues sur YouTube. Les 298 passagers et membres de l'équipage à bord sont morts.

L'avion, qui était en route pour Kuala Lumpur depuis Amsterdam, volait à 33.000 pieds (plus de 10.000 mètres) quand il aurait été touché par un projectile provenant d'un lance-missile Bouk. Les avions de ligne volent généralement à cette altitude, et un Boeing 777 voyagerait à environ 0,84 Mach, soit environ 1.030 km/h, selon Boeing. Abattre un tel avion n'est-il pas compliqué?  A quel point est-il difficile d'abattre un avion volant à une altitude de croisière?

Le lance-missile Bouk est un système mobile conçu par les Soviets dans les années 1970, et a depuis été amélioré plusieurs fois. Le dernier modèle, le Bouk-M3, équipera l'armée russe à partir de 2016. Les militants ont plus de chances d'avoir les anciens modèles Bouk-M1 ou Bouk-M2 dont les Russes, les Ukrainiens et les Biélorusses ont hérité après la chute de l'Union soviétique.

Ces derniers peuvent envoyer des missiles jusqu'à une hauteur de 21 kilomètres et ont des systèmes de pistage sophistiqués qui se verrouillent sur des cibles. Ils ont été conçus spécialement pour abattre des avions. Les systèmes Bouk ont également été exportés en Chine, en Inde et en Géorgie.

Pour une personne entraînée, il «ne serait pas trop difficile d'abattre un avion de cette taille, allant à cette vitesse, depuis le sol» selon Steve Mastaletz, un spécialiste de la formation aux armes, et ce serait sans doute un «acte délibéré» utilisant le système à tête chercheuse.

Les compagnies aériennes, dont Lufthansa, Virgin et Air France KLM, dévient toutes leurs avions pour qu'ils ne survolent plus l'est de l'Ukraine.

Boer Deng
Boer Deng (1 article)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte