HistoireMonde

Avant le vol Malysian Airlines: des avions de ligne souvent dans le viseur

Joshua Keating, traduit par Charlotte Pudlowski, mis à jour le 18.07.2014 à 7 h 33

Historiquement, il n'a pas été rare que des avions transportant des passagers soient abattus au milieu de tensions politiques, parfois par erreur.

Devant les débris du vol Malaysian airlines, dans la région de Donetsk, le 17 juillet 2014. REUTERS/Maxim Zmeyev

Devant les débris du vol Malaysian airlines, dans la région de Donetsk, le 17 juillet 2014. REUTERS/Maxim Zmeyev

Le gouvernement ukrainien et les séparatistes russes nient avoir abattu l'avion de la Malaysian Airlines. Qu'un avion s'écrase dans une région où justement la semaine dernière, un avion de chasse militaire et un avion de transport militaire ont déjà été abattus serait une énorme coïncidence.

Dans tous les cas, ce ne serait certainement pas la première fois qu'un avion de ligne soit abattu par erreur, par des forces militaires sur le qui-vive. Ces événements étaient courants durant la Guerre Froide, quand l'espace aérien était contrôlé de plus près. 

En 1955, par exemple, un vol El Al en partance de Vienne pour Tel Aviv puis Londres qui s'était introduit par inadvertance dans l'espace aérien du pays en virant de bord pendant un orage est abattu par un avion de chasse bulgare. Il y avait 58 personnes à bord.

Des avions de chasse israéliens abattent un avion de Libyan Airlines partant de Tripoli pour le Caire en 1973 alors qu'il dérivait vers le Sinaï –à l'époque sous contrôle israélien– à cause d'une tempête de sable. 108 personnes tuées.

Korean Airlines se retrouva deux fois dans la ligne de mire de l'armée soviétique. Un KAL 747 faisant Paris-Seoul est touché, mais pas détruit par un missile infrarouge près de Mourmansk en 1978: il avait été pris pour un avion militaire. Cinq ans plus tard, le vol KAL 007, New York-Seoul via Anchorage, est abattu par des avions soviétiques quand il traverse par erreur l'espace aérien soviétique. Les 269 personnes qui étaient à bord, parmi lesquelles un membre du congrès américain, Larry McDonald, furent tuées.

En 1988, un navire de guerre américain dans le Golfe persique abat un avion iranien qui se rendait à Dubaï après l'avoir pris pour un F-14, tuant près de 300 passagers. L'accident pèsera sur les relations américano-iraniennes pendant des années. Si le président Ronald Reagan parle d'abord, à propos de la descente de l'avion d'«action de défense appropriée», les Etats-Unis offriront ensuite une compensation aux victimes, à la suite d'une plainte déposée à la Cour Internationale de Justice. 

Le crash d'aujourd'hui ne serait même pas la première expérience de ce genre. En 2001, un vol de Siberian Airlines en route pour Tel Aviv s'effondra dans la mer noire, tuant 78 personnes, dont beaucoup étaient des immigrés russes en Israël. Les autorités ukrainiennes démentirent d'abord toute responsabilité, avant que le President Leonid Kuchma n'accepte ensuite les découvertes d'un rapport assurant que l'avion avait été abattu par les missiles anti-aériens de la côte de Crimée pendant un exercice de défense.

Toutes ces tragédies exacerbent à chaque fois des tensions politiques. Même si dans le cas de la situation actuelle en Ukraine, il est difficile de voir comment la situation pourrait empirer.

 

Joshua Keating
Joshua Keating (148 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte