Monde

Ce que l'on sait sur l'avion Malaysia Airlines qui aurait été abattu en Ukraine

Temps de lecture : 2 min

Des responsables américains affirment recevoir des informations sur le crash, mais ignorent s’il a été ou non abattu.

Un débris du Boeing 777 de la Malaysia Airlines après le crash, dans la région de Donetsk, le 17 juillet 2014 (REUTERS/Maxim Zmeyev)
Un débris du Boeing 777 de la Malaysia Airlines après le crash, dans la région de Donetsk, le 17 juillet 2014 (REUTERS/Maxim Zmeyev)

Les forces russes auraient abattu un avion de la Malaysia Airlines dans l'est de l'Ukraine, près de la frontière avec la Russie. La compagnie aérienne a confirmé qu’elle avait perdu le contact avec l’avion, un Boeing 777 en provenance d’Amsterdam et à destination de Kuala Lumpur, qui transportait 295 personnes.

Selon une dépêche de l'agence de presse russe Interfax, qui cite des sources aéronautiques anonymes, l’avion a été abattu.

Sur sa page Facebook, Anton Gerashchenko, un conseiller du ministre de l’Intérieur ukrainien, accuse les forces russes. «Il n’y pas de limites au cynisme de Poutine et de ses terroristes», écrit-il, sans fournir de preuve directe de la responsabilité de Moscou. Gerashchenko ajoute que l’avion a été abattu par un lance-missiles Buk. D'après The Associated Press, les rebelles ukrainiens possèderaient un tel dispositif.

Des «flight trackers», ces outils qui permettent de suivre les vols en temps réel, montrent que l'avion a disparu aux alentours de Donetsk, près de la frontière russo-ukrainienne. Une zone qui a été le théâtre d’intenses affrontements ces dernières semaines entre les forces armées ukrainiennes et les séparatistes pro-russes.

Des responsables américains affirment recevoir des informations sur le crash, mais ignorent s’il a été ou non abattu. Le président américain Barack Obama «est au courant» de l'accident, selon un porte-parole de la Maison Blanche. Les autorités continuent de surveiller les événements.

Des séparatistes présents dans l'est de l'Ukraine ont nié toute responsabilité, affirmant ne pas avoir l'équipement necéssaire pour abattre un avion de ligne qui planerait à la même altitude qu’un vol commercial. Le président ukrainien Petro Porochenko a lui déclaré que les forces ukrainiennes dans la région n'avaient tiré aucun missile anti-aérien dans la zone.

Des vidéos qui circulent sur les réseaux sociaux montrent des flammes monter dans le ciel sur le lieu de l'accident. Dans la vidéo ci-dessous, des villageois se réjouissent alors qu’une colonne de fumée s'élève à l'horizon. «Il brûle merveilleusement bien», s’exclame un homme qui, de toute évidence, croit qu'il s'agit d'un avion militaire ukrainien.

Sur Twitter, des photos dont l’authenticité n’a pas été confirmée montrent des débris éparpillés près de Donetsk et qui semblent provenir d'un jet appartenant à Malaysia Airlines:

Cet événement survient quelques jours après que les forces russes auraient abattu deux avions militaires ukrainiens. Jeudi, le Conseil de sécurité ukrainien a déclaré qu'un avion de chasse avait été abattu par un missile russe air-air. Lundi, l'Ukraine a affirmé qu’un avion-cargo avait lui aussi été abattu par un missile russe. En plus de tirs sur des avions ukrainiens, des images sont apparues cette semaines montrant des forces russes lancer des attaques à la roquette sur l'Ukraine, à travers leur frontière commune.

Newsletters

L'armée algérienne bousculée par le mouvement du Hirak

L'armée algérienne bousculée par le mouvement du Hirak

Elle se méfie de ce mouvement citoyen, dont le slogan «État civil, non militaire» est explicite.

Maxime, expatrié en Chine: «La quarantaine, c'est déprimant et ça rend fou»

Maxime, expatrié en Chine: «La quarantaine, c'est déprimant et ça rend fou»

De Wuhan à Shanghai, nous avons recueilli les témoignages de personnes reclues chez elles pour se protéger du Covid-19, de gré ou de force.

Dans les camps de déplacés d'Idleb, des bébés meurent de froid

Dans les camps de déplacés d'Idleb, des bébés meurent de froid

En à peine trois mois, près de 500.000 enfants ont dû fuir les combats au nord-ouest de la Syrie.

Newsletters