Slatissime

Montres: le goût des autres

Temps de lecture : 5 min

Quelles sont les montres favorites des amateurs aux États-unis, en Amérique du sud ou en Asie du sud-est ? Que porte-t-on ailleurs ? Voici les grandes lignes d’un panorama de ce que le reste de la planète aime, choisit et porte.

EUROPE DE L'EST

Les marchés slaves ont depuis longtemps dépassé leur réputation ostentatoire. Elle persiste certes, mais la clientèle y a muri et sophistiqué ses choix horlogers à grande vitesse. Elle reste néanmoins attirée par de très grands diamètres et des matières qui se voient, comme les ors chauds ou tout au contraire, des montres noires. On n'y rechigne toujours pas à porter des diamants sur la lunette et des bracelets tout or, en parallèle d’une clientèle de collectionneurs avisés.

Ulysse Nardin est historiquement prisé en
Russie, où ce chronographe en or n’a rien
de voyant.


Breguet est une institution en Russie, où elle vend des pièces
compliquées et serties comme cette Marine
5839.

ALLEMAGNE ET ITALIE

Ce sont les deux plus gros marchés européens (avec la France). l’Allemagne est réputée pour être
 un marché technique. Les amateurs y apprécient la mécanique et ce dans des styles plutôt sobres. Pays producteur de montres, on y adore 
la production locale, surtout quand elle est de grand diamètre et plutôt en acier ou or gris. l’Italie, par contre, est le pays par excellence des collectionneurs et le vintage y est puissant. On y apprécie donc des marques fortes dans des styles rétro. Ils s’incarnent dans des montres soit très petites (36 mm maximum) ou alors franchement exubérantes.

IWC fait carton plein en Allemagne. L’Ingenieur Double Chronograph
y incarne l
’idée de la montre virile et technique.


Les Rolex Day-Date, avec leur diamètre contenu,
leur style intemporel et multicolore, sont
particulièrement prisées en Italie.

CHINE

C’est le marché qui véhicule le plus de fantasmes. La tradition du « cadeau d’affaires », aussi appelées « montres de corruption » a longtemps favorisé les montres rétro années 50 et 60, aux styles neutres et de petite taille. Mais la chine est trop grande pour se contenter d’un seul genre. on y achète donc des diamètres très variés, plus petits au sud, plus grand au nord avec deux constantes : un penchant pour les montres bicolores sur bracelet coordonné, et des montres pour homme serties, en ors de couleurs chaudes. La réussite ne se dissimule pas en chine, à moins que ce vent-là soit en train de tourner.

Les différentes variantes d’Omega Constellation bicolores incarnent le
style horloger prisé des chinois.

Les signes du zodiaque de cette Altiplano de Piaget
séduisent la clientèle chinoise, surtout en version sertie.

ASIE DU SUD-EST

Climats tropicaux oblige, les bracelets en métal ont la cote de la Thaïlande à l’Indonésie en passant par Singapour et Hong-Kong. On y affiche sa réussite par le port de montres aux couleurs chaudes, qui se voient, sans avoir peur de recourir au sertissage diamant. En parallèle, des marchés comme Singapour, mais pas seulement, sont le paradis des micro-marques de niche, où elles se vendent mieux qu’ailleurs. La compétition sociale se joue aussi sur le terrain de la différenciation. Des marchés comme Taïwan ou la Corée sont très porteurs pour les Métiers d’art.

Des Ovnis comme cette MB&F HM5 RT
ont toujours
 été à leur place à Singapour,ou en Thaïlande.

Macao ou Hong-Kong raffolent des pièces compliquées,
comme ce Double Tourbillon Excalibur de Roger Dubuis.

ETATS-UNIS

En horlogerie comme pour le reste, les côtes sont très différentes des terres. L’Amérique océanique est tournée vers l’extérieur et privilégie l’éclectisme des marques et une grande variété de goûts. L’autre Amérique aime l’or jaune ou rose, les marques très emblématiques et les valeurs sures. Dans tous
 les cas, on porte de grandes montres, avec un penchant pour l’originalité des formes. L’or reste un archétype de goût et de réussite, pour la boite et le bracelet et de préférence dans des couleurs chaudes. Et la montre sport et sport chic y connaissent leurs plus grands succès, avec un penchant pour le noir.

Le nouveau Chronographe Royal Oak Offshore d’Audemars Piguet
est taillé pour le marché US

Cette immense Breitling Chronospace de 46 mm est taillée
pour la clientèle américaine, en particulier avec sa boîte PVD noir.

AMERIQUE LATINE

Constellation de marchés de moins en moins petits, l’Amérique latine couvre essentiellement Mexique, Brésil, Argentine et Chili. On y porte des bracelets en caoutchouc ou en métal (moiteur et chaleur oblige) qui encadrent des montres sport. Les diamètres sont importants, les styles très marqués et si l’acier y connait encore de beaux jours pour des raisons économiques, les ors chauds y sont également très populaires. Beaucoup de marques y ayant débarqué sur le tard, la culture horlogère a encore besoin d’y être approfondie. En conséquence, les très grands noms exercent une domination forte.

En dédiant un chronographe Pershing à la
 confédération brésilienne de football,
Parmigiani
 a montré son engagement.


Hublot réalise ses meilleurs scores au Mexique.
Cette 
Big Bang Ferrari en or et carbone en incarne les goûts.

JAPON

Marché mature et sophistiqué, le Japon est partagé entre deux grandes attitudes. La première favorise des marques fortes et reconnues, dans un pays où le goût est un marqueur social très fort. On n’affiche pas sa réussite, on la prouve avec le choix judicieux d’une montre de haute qualité. De l’autre, les japonais adorent la mise en scène et l’affirmation de styles marqués. Le vintage, les montres associées à un univers de référence et la très haute horlogerie y connaissent un succès fort. Les diamètres sont probablement les plus petits au monde. On y porte l’acier comme l’or.

Le Japon est fasciné par Franck Muller.
La nouvelle
 Slim Curvex devrait y être un succès.

Ailleurs, cette Patek Philippe 7200R serait une montre dame.
Avec 34,6 mm, c’est un modèle masculin au Japon.

PAYS DU GOLFE

Comme souvent, le cliché est l’exagération d’une situation bien réelle. Dans les pays
 du Golfe persique, les hommes portent
 des montres en or serties de diamants, ou autres. L’ostentation n’est pas un vain mot mais une pratique socialement acceptée et importante. En parallèle, une clientèle très avisée a depuis longtemps appris à reconnaitre la grande horlogerie. Familière des grandes villes, universités et sociétés occidentales, elle entreprend ainsi une démarche d’investissement et de culture.
Il n’en reste pas moins que les diamètres sont très grands et les or de couleur chaude.

Cette Rolex Daytona Rainbow n’est pas réservée aux dames,
mais très prisée des hommes

Tourbillon serti de diamants et ponctué d’émeraudes, 48 mm,
cette Graff a été pensée pour un Emir.

David Chokron | Montres Magazine

Newsletters

L’important n’est pas de vivre les choses, c’est de savoir les débriefer

L’important n’est pas de vivre les choses, c’est de savoir les débriefer

Nos quatre options pour sublimer la banalité de votre quotidien et captiver votre auditoire.

Pourquoi s’enfoncer des choses bizarres dans l’anus?

Pourquoi s’enfoncer des choses bizarres dans l’anus?

Une cloche, un verre à pied, un smartphone… ces objets ont un point commun: ils se retrouvent régulièrement perdus au fin fond des canaux rectaux.

Notre petite voix intérieure, cette amie bavarde capable du meilleur comme du pire

Notre petite voix intérieure, cette amie bavarde capable du meilleur comme du pire

Qui est cette personne qui me casse non-stop les oreilles? Ah ben c’est moi.

Newsletters