Tech & internet / Monde

EIIL a pillé les images d’une agence de tourisme canadienne pour sa propre propagande

Temps de lecture : 2 min

L'Etat islamique en Irak et au Levant a utilisé un clip commercial de Travel Alberta (une province de l'Ouest du Canada) pour sa vidéo de propagande djihadiste.

André Poulin, le jeune canadien qui a rejoint EIIL, et narrateur de la vidéo (capture d'écran)
André Poulin, le jeune canadien qui a rejoint EIIL, et narrateur de la vidéo (capture d'écran)

La machine propagandiste de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) bat à plein régime. En juin, elle avait déjà fait un usage remarqué des réseaux sociaux, en attirant l’attention sur ses faits d’armes, ses recrues occidentales et ses «martyrs» morts pour la cause islamiste, à travers le hashtag #AllEyesOnISIS. Vendredi 11 juillet, l’organisation terroriste a dévoilé une vidéo destinée à encourager les musulmans occidentaux à rejoindre le champ de bataille en Syrie, et à faire des dons à l’Etat islamique. Le narrateur est un jeune canadien en treillis, mitraillette à l’épaule, André Poulin, qui raconte comment il s’est converti au Djihad, et a rejoint EIIL en Syrie. A la fin de son monologue, on le voit prendre d’assaut un aéroport en Syrie, et mourir lors de l’opération, qui a eu lieu à l’été 2013, il avait 24 ans.

EIIL fait preuve d’une mécanique propagandiste rodée, aidée par Al-Hayat, organisation chargée de la discipline médiatique pour le groupe, qui a produit la vidéo. D’après le New York Times, c’est vraisemblablement la première fois qu’EIIL fait figurer un Américain s’adressant à ses spectateurs en anglais, dans une tentative flagrante de persuader d’autres occidentaux de rejoindre leurs rangs.

Mais, outre l’aspect posthume, spectaculaire et volontairement pathétique de cette vidéo, ce sont les images hyper-lissées du Canada, utilisées pour illustrer le monologue du narrateur originaire de l’Ontario, qui ont attirées l’attention d’un journaliste de Motherboard.

En quelques images d'Epinal la «quintessence» du Canada est résumée à la manière office de tourisme: un coucher de soleil sur un grand lac, des chutes de neige, un match de hockey sur glace, un gamin en train de pêcher à la mouche… Des images censées illustrer l'ennui du pays par opposition à l'«action» de la guerre au Moyen-Orient. Les prises de vue panoramiques sont irréprochables.

Et pour cause: «EIIL tire cela directement d’une vidéo de tourisme de l’Alberta [une province de l’Ouest du Canada, ndlr], qui avait vocation à convaincre des Canadien de l’Est du pays englués comme moi d’aller faire un tour dans l’arrière-pays pour les vacances», écrit le journaliste de Motherboard.

Et de le prouver en images:

Les buts des deux vidéos sont évidemment opposés, et la musique a été modifiée en conséquence, l’hymne djihadiste remplaçant le folk canadien. D’après Motherboard, cette vidéo est devenue «l’incarnation du pillage médiatique dans un monde YouTubesque. […] EIIL peut voler une vidéo YouTube de la même manière que n’importe quel occidental qui a une connexion à internet».

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Paradoxalement, l’organisation terroriste la plus crainte du moment, et la plus résolument anti-occidentale, a donc eu recours à des images stylisées embellissant le monde qu’elle exècre. «La globalisation et l’accès facile aux images a conduit à faire confluer deux mondes qui n’auraient visuellement jamais dû se rencontrer», conclut Motherboard. Avant de soulever la question piège: «Si Al-Hayat veut être une agence d’information sérieuse, combien doit-elle à Travel Alberta en royalties?».

Newsletters

Sans façades ni limites: ce musée virtuel porté par la blockchain illustre l'avenir d'internet

Sans façades ni limites: ce musée virtuel porté par la blockchain illustre l'avenir d'internet

Les cerveaux derrière le musée imaginé pour héberger l'œuvre digitale de Beeple à 69 millions de dollars révèlent en exclusivité pour Slate.fr les fondations du projet qui pourrait modifier notre rapport à l'art –et l'avenir du web.

«On a inventé le crypto-communisme»: les acheteurs du NFT à 69 millions nous livrent leurs confidences

«On a inventé le crypto-communisme»: les acheteurs du NFT à 69 millions nous livrent leurs confidences

Dans leur premier entretien avec un média français, les fondateurs de Metapurse évoquent le tourbillon «post-Beeple», leurs ambitions pédagogiques, leur musée virtuel (et remercient Mark Zuckerberg d'avoir agité le drapeau du métavers).

Comment utiliser les réseaux sociaux sans bousiller sa santé mentale

Comment utiliser les réseaux sociaux sans bousiller sa santé mentale

Ça va être difficile, mais c'est pour votre bien.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio