AllemagneMonde

Le (très) joyeux anniversaire d'Angela Merkel

Repéré par Annabelle Georgen, mis à jour le 17.07.2014 à 7 h 25

Repéré sur Berliner Zeitung, Die Welt, Die Zeit, Der Spiegel

La chancelière allemande, qui fête ses 60 ans, est certes critiquée en interne, mais les Allemands s'identifient très fortement à elle à l'international. Au point que plus d'un quart d'entre eux l'imaginent encore au pouvoir en 2024...

Angela Merkel lors de ses 54 ans, en 2008. REUTERS.

Angela Merkel lors de ses 54 ans, en 2008. REUTERS.

Angela Merkel fête ses 60 ans ce jeudi 17 juillet. Un millier d'invités triés sur le volet sont attendus ce soir pour célébrer l'anniversaire de la chancelière allemande au siège de la CDU à Berlin, où ils écouteront l'historien allemand Jürgen Osterhammel discourir sur la modernité et la globalisation, comme l'annonçait récemment Der Spiegel. Il y a dix ans, c'était un chercheur en neurosciences qu'Angela Merkel avait choisi d'inviter à son anniversaire, à une époque où elle n'était pas encore au pouvoir.

À cette occasion, la presse allemande s'interroge sur la longévité de la chancelière, à la tête du gouvernement allemand depuis neuf ans, réélue à deux reprises et que plus d'un quart des Allemands aimeraient toujours voir au pouvoir dans dix ans, d'après un sondage du magazine Stern.

Pour l'ex-quotidien de Berlin-Est Berliner Zeitung, elle est «la chancelière éternelle». Celle en qui quasiment personne ne croyait à ses débuts semble aujourd'hui indéboulonnable du pouvoir:

«Quand elle a pris la tête de la CDU au début des années 2000, Merkel a été la cible de moqueries. On la prenait pour une intérimaire qui allait devoir tôt ou tard rendre la place aux hommes. Le chemin qui l'a menée au pouvoir était rocailleux. Ce n'est que quand l'Allemande de l'Est a pris la tête du gouvernement qu'elle a développé et poli une autorité qui semble depuis longtemps inattaquable.»

«Angela Merkel est aussi notre champion», titre Die Welt en faisant référence au soixantième anniversaire de la chancelière ainsi qu'aux photos la montrant avec la Mannschaft après la finale de la Coupe du monde, qui ont fait le tour du monde. Pour le quotidien, jamais les Allemands ne se sont autant identifiés à un autre dirigeant politique qu'Angela Merkel:

«La politique de Merkel est contestée en Allemagne, c'est pour cela qu'elle ne se laisse presque plus jamais prendre sur ce sujet. Mais la façon dont elle représente notre pays est incontestée. Merkel à un match –les Allemands se voient de la même manière. Et c'est ainsi qu'ils voient leur chancelière.»

Critique, Die Zeit estime que l'ère Merkel est celle du pragmatisme, celle d'une politique opportuniste, dépourvue de grands idéaux. En orientant ses décisions au gré de l'air du temps, la chancelière allemande aurait «défini une politique moderne pour le XXIe siècle». L'hebdomadaire lui reconnaît tout de même le fait d'avoir réussi à s'imposer dans la douceur:

«Sans avoir jamais à exercer son pouvoir de façon publique et démonstrative, elle a atteint une position de force incontestée en Allemagne et en Europe.»

Pour tenter «d'approcher l'inaccessible», le photographe allemand Christian Thiel, qui la suit depuis de nombreuses années, publie par ailleurs quelques-uns de ses portraits préférés de la chancelière sur le site de l'hebdomadaire Der Spiegel.

Annabelle Georgen
Annabelle Georgen (344 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte