Monde

Un couple d'entrepreneurs fonde la première ONG privée pour sauver les migrants en Méditerranée

Temps de lecture : 2 min

Des migrants africains secourus en Méditerranée par un navire italien, le 14 mai 2014. REUTERS | Giorgio Perottino
Des migrants africains secourus en Méditerranée par un navire italien, le 14 mai 2014. REUTERS | Giorgio Perottino

En octobre, Regina et Christophe Catrambone, un riche couple installé à Malte, a eu un déclic. Après un discours où le pape François qualifiait de «honte» la mort d'une centaine de migrants au large de Lampedusa, ils ont décidé de venir en aide à ceux qui risquent leur vie en traversant la Méditerranée pour rallier l'Europe.

Je me souviens qu'il a appelé tous les entrepreneurs, tout le monde, à agir. Pas en signant un chèque, mais en mettant tous nos efforts, tout notre cœur, toutes nos connaissances au service de nos frères et de nos sœurs, pour les aider. Alors on s'est regardés, et on s'est dit qu'on devait faire quelque chose.

Leur ONG, Migrant Offshore Aid Station (Moas), est aujourd'hui la première fondation privée à œuvrer pour leur sécurité. Et pour être au cœur de ces préoccupations, ils sillonnent les routes maritimes empruntées par ces navires de fortune.

Vidéo de présentation du projet MOAS | Crédit : MOAS

Les moyens déployés ne sont pas des moindres: un ancien bateau de pêche de 43 mètres de long (avec des secours paramédicaux à bord), des drones, plusieurs hors-bords ainsi que des nécessaires de survie avec eau, nourriture et gilets de sauvetage. Le tout financé par leur fortune personnelle. S'il croise la route de migrants, le navire Moas les fait embarquer et contacte alors les centres d'accueil italiens et maltais.

The Guardian leur a demandé pourquoi ils n'avaient pas cherché à réunir des fonds en faisant un appel aux dons, via un site de crowdfunding, par exemple. «Si nous avions commencé à demander de l'argent aux gens, cela aurait pris trop de temps et il aurait été déjà trop tard.»

Slate.fr

Newsletters

C'est Erasmus qui m'a donné envie de voter aux élections européennes

C'est Erasmus qui m'a donné envie de voter aux élections européennes

Le documentaire «Les enfants d'Erasmus» disponible sur le site d'Arte m'a convaincue de voter, ne serait-ce que pour élargir ce programme d'études aux populations moins aisées.

Ces élèves indiens payent leurs frais de scolarité en déchets plastiques

Ces élèves indiens payent leurs frais de scolarité en déchets plastiques

Au Nord de l'Inde, une école a remplacé les frais de scolarité par du plastique qui est recyclé sur place.

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Démission de Theresa May, manifestations en Indonésie contre la victoire du président Joko Widodo et durcissement de la légalisation sur l'avortement aux États-Unis... La semaine du 18 mai en images.

Newsletters