Partager cet article

Le test de personnalité Myers-Briggs, utilisé dans le monde entier, ne rime à rien

Exemplaire d'un test Myers-Briggs en Corée / FlickR CC Jinho Jung

Exemplaire d'un test Myers-Briggs en Corée / FlickR CC Jinho Jung

Il existe des tests pour tout. Le Myers-Briggs type indicator (ou MBTI) est l’un des tests de personnalités les plus utilisés dans le monde. Deux millions de personnes y sont soumis chaque année, dans le cadre de leurs études, de leur vie professionnelle, et la compagnie qui le commercialise gagne environ vingt millions de dollars par an, selon le Washington Post.

Ce test vous dira si vous êtes plutôt ISTJ ou INFP ou bien ENTP. Au-delà de ces sigles incompréhensibles, le test comporte quelques problèmes de méthode. Mais prenons d'abord ces sigles. 

Si vous êtes «ISTJ», vous êtes responsable, sincère, réservé, réaliste, vous travaillez dur et vous êtes digne de confiance; «INFP», vous êtes sensible, créatif, idéaliste, généreux, loyal, vous faites à attention à être en harmonie avec vous-même et vous vous concentrez sur vos rêves et vos possibilités; quant à «ENTP», cela correspond à quelqu’un d’enthousiaste, d’inventif, stratégique, entreprenant, qui cherche toujours de nouvelles inspirations. A chaque lettre correspond un trait différent: E pour extraversion, I pour introversion, S pour sensible, N pour intitution, T pour la façon de penser, J pour jugement, P pour perception, F pour pour la façon de sentir les choses.

Wikimedia commons / Jake Beech (Cliquez ici pour agrandir)

Ce test, publié pour la première fois en 1962, ne dira jamais de quelqu'un qu'il est «flemmard» ou «égoïste», souligne le site Vox. Il est surtout utilisé pour dire à une personne quel type de métier ou de carrière choisir en fonction de sa personnalité. Mais le site de rencontre okcupid incite tout de même ses utilisateurs à le faire, pour afficher le résultat sur leur profil en guise de garantie pour ceux qui voudraient les séduire. 

Il faut avoir répondu à au moins 93 questions (il existe d’autres versions avec plus de 200 questions) pour obtenir la catégorie à laquelle on appartient. Chaque personne correspond donc forcément à l’une des 16 personnalités pré-déterminées par les créatrices du test, Isabel Briggs Myers et Katherine Cook Briggs.

Cette mère et sa fille se sont appuyé sur l'ouvrage Psychological types dans lequel le père de la psychologie analytique, Carl Jung, avait déterminé quatre fonctions psychiques que chacun possède à des degrés différents: la pensée, l’intuition, le sentiment et la sensation. 

Or, Adam Grant, un psychologue de l’université de Pennsylvanie spécialiste du comportement au travail, souligne toutes les limites de ce test en rappelant différentes recherches menées sur le sujet. Première chose, rappelle Vox, les deux créatrices sont basées sur des catégories psychiques de Jung qui datent de 1921 sans tenir compte des évolutions. Autre limite: les trois quarts des personnes qui font le test plusieurs fois n’aboutissent pas au même résultat, a souligné une journaliste de Psychology Today dans un livre sur le culte des tests de personnalité. Et quand une personne fait le test, il lui est demandé de choisir entre le jugement et la perception, la pensée et la sensation, mais la plupart des gens diront «un peu des deux». Carl Jung avait admis lui-même qu’il est impossible d’être ou complètement extraverti ou complètement introverti. Le test crée des dichotomies, là où elles sont impossibles à établir et les créatrices l’avaient elles-mêmes signalées, souligne encore David J. Pittenger, docteur en psychologie américain de l'université de Géorgie aux Etats-Unis dans un article universitaire. Il insiste:

«Dans une analyse commandée par l’institut de recherche de l’armée [américaine], il est clairement conseillé de ne pas utiliser ce test pour ébaucher des plans de carrière. (…) Classer les gens par types de personnalités réduit l’attention portée aux qualités uniques de chaque individu et à ses possibilités.»

Autre information importante: cette mère et sa fille n’ont pas étudié la psychologie elles-mêmes.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte