Culture

Où placer son Q dans chacune des langues européennes

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran de Prooffreader
Capture d'écran de Prooffreader

David Taylor, un Américain touche-à-tout, s'est amusé à éplucher le lexique des huit principales langues européennes pour comparer le placement des lettres dans les mots de chacune.

Capture d'écran de Prooffreader | David Taylor

La courbe de chaque lettre indique si elle se trouve en général au début, au milieu ou à la fin des mots. Et plus la courbe est foncée, plus l'usage de cette lettre est fréquent. Ainsi remarque-t-on que le e est le socle commun à toutes ces langues Normal, puisqu'elles font partie de la même famille linguistique, les langues indo-européennes (sauf le finnois, qui appartient aux langues ouraliennes). L'occasion aussi de rappeler la prouesse de Georges Perec dans son livre La Disparition.

David Taylor a tiré plusieurs observations de ce travail de fourmi. Par exemple, que le p est la plupart du temps en début de mot pour l'ensemble des huit langues. Le h semble lui plus volatil, généralement situé en tête en finnois et en espagnol, mais plutôt à la fin en polonais. Les dernières lettres de notre alphabet sont sans surprise les plus délaissées, sauf en Pologne, où elles semblent presque surreprésentées —il n'y a qu'à voir cette traduction du premier article de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme:

Artykuł 1

Wszyscy ludzie rodzą się wolni i równi pod względem swej godności i swych praw. Są oni obdarzeni rozumem i sumieniem i powinni postępować wobec innych w duchu braterstwa.

Slate.fr

Newsletters

Deux romans «la vie cette pute» qui ne donnent pas franchement envie de reprendre du pop-corn

Deux romans «la vie cette pute» qui ne donnent pas franchement envie de reprendre du pop-corn

RENTRÉE LITTÉRAIRE – Pessimisme de l'écrivain sans avenir et Jésus-Christ désabusé: les chemins de croix d'Olivier Adam et Amélie Nothomb montrent la difficulté à peindre une noirceur crédible.

Le Luberon de Willy Ronis

Le Luberon de Willy Ronis

«Willy Ronis a découvert le Luberon en 1947 et a fini par s'y installer définitivement, en 1972. Il y a mené de nombreux reportages et avait en permanence son appareil photo avec lui, avec l'envie, toujours, de montrer les gens au...

«Unbelievable», série palpitante et indispensable

«Unbelievable», série palpitante et indispensable

La nouvelle série Netflix n'est pas que le portrait d'une femme victime d'un prédateur puis d'un système sexiste et défaillant.

Newsletters