SportsCoupe du monde 2014

Microsoft champion du monde des prédictions du Mondial

Repéré par Grégoire Fleurot, mis à jour le 15.07.2014 à 15 h 45

Repéré sur Quartz

L'Allemand Mario Götze marque le but de la victoire face à l'Argentine en finale de la Coupe du monde 2014, le 13 juillet à Rio de Janeiro. REUTERS/Ricardo Moraes

L'Allemand Mario Götze marque le but de la victoire face à l'Argentine en finale de la Coupe du monde 2014, le 13 juillet à Rio de Janeiro. REUTERS/Ricardo Moraes

Si vous avez lu Slate depuis le début de la Coupe du monde, vous savez que le football est un sport imprévisible et que la chance joue un rôle particulièrement important dans le Mondial. Cela n'a pas empêché de nombreuses entreprises, médias, animaux ou personnalités de tenter d'en prédire le résultat, avec souvent peu de réussite, la plupart des prévisions ayant donné le Brésil vainqueur.

Mais une entreprise a réussi une belle prouesse: Microsoft a prédit avec succès tous les matchs de la seconde phase du Mondial, rapporte le site économique américain Quartz. Plus précisement, sur les 16 matchs de la deuxième phase, Microsoft a eu bon pour les 15 qui comptaient vraiment, et n'a juste pas prédit la défaite du Brésil dans le match pour la troisième place face aux Pays-Bas.

L'entreprise de Redmond avait décidé de donner ses prédictions, issues d'un modèle mathématique à l'image de celles de la banque Goldman Sachs (qui avait prédit une victoire du Brésil, comme tous les quatre ans), sur son moteur de recherche Bing et à travers son assistant virtuel Cortana (l'équivalent du Siri d'Apple) sur les téléphones Windows. L'idée, selon son directeur de la communication pour les consommateurs Craig Beilison, était de donner aux utilisateurs plus d'informations que de simples résultats de recherche afin de les fidéliser à Bing.

Microsoft a commencé à faire des prédictions sur les émissions de téléréalité où les téléspectateurs peuvent voter comme The Voice ou American Idol. Face au succès de ses pronostics, l'entreprise s'est essayée à la draft NBA, là encore avec des résultats impressionnants, ce qui l'a encouragé à s'intéresser à la Coupe du monde.

Comme tout bon algorithme de prévision, celui de Microsoft a pris en compte un grand nombre de facteurs comme les résultats des joueurs évoluant ensemble, la distance parcourue au Brésil, etc.

Le début de compétition a été difficile, avec un taux de succès de 60%, mais Microsoft a réalisé un sans-faute au cours de la deuxième phase. Il faut souligner ici que la première phase de la compétition a été marquée par de nombreuses surprises comme la victoire des Pays-Bas sur l'Espagne 5-1 ou la qualification du Costa Rica aux dépens de l'Angleterre et de l'Italie, tandis que les matchs à élimination directe ont presque tous respecté la logique du favori.

Il n'empêche, beaucoup se sont trompés comme FiveThirtyEight, site spécialisé dans les prévisions statistiques qui avait vu le Brésil battre l'Allemagne en finale. Google, le grand concurrent de Microsoft, n'a prédit avec succès «que» 14 des 16 matchs de la deuxième phase.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte