Mondial 2014 / Sports

Allemagne-Argentine: non, Manuel Neuer n'a pas fait une Harald Schumacher

Temps de lecture : 2 min

Manuel Neuer et Gonzalo Higuain après leur choc lors de la finale de la Coupe du monde 2014 à Rio de Janeiro le 13 juillet. REUTERS/Kai Pfaffenbach.
Manuel Neuer et Gonzalo Higuain après leur choc lors de la finale de la Coupe du monde 2014 à Rio de Janeiro le 13 juillet. REUTERS/Kai Pfaffenbach.

A la 57e minute de la finale de la Coupe du monde entre l'Allemagne et l'Argentine, un nom est venu simultanément aux lèvres des passionnés de football un peu partout dans le monde. Celui d'Harald Schumacher, le gardien de but allemand qui avait brutalement blessé le Français Patrick Battiston lors d'une sortie rentrée dans la légende de la compétition, en demi-finale de l'édition 1982 (coïncidence, c'était pile à la même minute du match).

Son successeur actuel, Manuel Neuer, a immédiatement été comparé à son prédécesseur quand il a violemment percuté l'attaquant argentin Gonzalo Higuain.

Pourtant, Manuel Neuer n'est pas Harald Schumacher pour plusieurs raisons.

1.Neuer a eu le ballon, contrairement à Schumacher

C'est un des critères qui permettent de juger si un joueur a fait une faute ou non. Harald Schumacher était arrivé très en retard sur Battiston, qui avait déjà touché le ballon avant que le gardien allemand ne le percute. Neuer, lui, a gagné son duel: il a touché le ballon du bout du poing avant son adversaire.

Cela ne signifie pas qu'il est exempt de tout reproche et que l'arbitre n'aurait pas dû siffler contre Neuer. Le gardien du Bayern Munich est arrivé avec son genou levé à hauteur de la tête d'Higuain, une technique que l'on apprend aux gardiens de but pour qu'ils s'imposent plus facilement dans les airs, mais qui peut être dangereuse. Certains pointent d'ailleurs du doigt une trop grande impunité des gardiens de but sur ce genre de duels.

2.Neuer est allé s'excuser, contrairement à Schumacher

En 1982, l'attitude d'Harald Schumacher après le choc avec Battiston a autant contribué à la haine que lui ont voué de nombreux Français (et beaucoup de téléspectateurs étrangers) que son geste lui-même.

Alors que les coéquipiers de Battiston, et la terre entière, s'inquiétaient à raison pour le Français (qui a perdu trois dents et souffert d'une fissure à une vertèbre cervicale), Schumacher est tranquillement retourné vers son but en jouant avec le ballon, semblant ne pas prêter attention à la scène qui se déroulait à quelques mètres de là. Il a depuis confié que son seul regret était de ne pas être allé prendre des nouvelles de son adversaire au sol (et de ne pas être allé le voir à l'hôpital après le match):

«Je me suis déjà excusé de ne pas avoir pris de nouvelles lorsqu'il était KO. Mais je me disais que si je m'approchais, les choses pouvaient dégénérer. »

Neuer, qui a peut-être lu les innombrables interviews accordées par son aîné sur l'incident de Séville, est allé tout de suite s'enquérir de l'état de santé d'Higuain.

3.Neuer n'a pas de moustache ni de nuque longue, contrairement à Schumacher

Le contraste est saisissant entre le style capillaire douteux de Schumacher et celui très propre de Neuer. Aurait-on moins haï Harald sans ses attributs pileux remarquables? On ne le saura jamais.

Grégoire Fleurot Journaliste

Newsletters

«Nation branding»: comment tirer vraiment profit de l'organisation d'une Coupe du monde

«Nation branding»: comment tirer vraiment profit de l'organisation d'une Coupe du monde

Organiser un Mondial ou des Jeux olympiques n'est pas rentable, mais peut entraîner des bénéfices en termes de diplomatie publique... à condition de bien s'y prendre.

De quoi souffrirez-vous au retour de la Coupe du monde?

De quoi souffrirez-vous au retour de la Coupe du monde?

Atteintes dermatologiques, maladies gastro-intestinales, fièvres... Le pire moment du Mondial, c'est le retour.

Le Qatar peut encore faire comme la Colombie en 86: renoncer au Mondial

Le Qatar peut encore faire comme la Colombie en 86: renoncer au Mondial

La Colombie aurait dû organiser la Coupe du monde en 1986. Mais en 1982, elle y a renoncé, largement encouragée par la FIFA qui s’était rendu compte de son erreur. Même histoire et «modus operandi» pour le Qatar et la Coupe du monde 2022?

Newsletters