Monde

«La réponse d'Israël ne peut pas être le meurtre de masse de civils innocents»

Repéré par Jean-Marie Pottier, mis à jour le 12.07.2014 à 11 h 09

Repéré sur Haaretz

Une voiture touchée par une frappe israélienne à Gaza. REUTERS/Ahmed Zakot.

Une voiture touchée par une frappe israélienne à Gaza. REUTERS/Ahmed Zakot.

Selon un éditorial du quotidien de gauche Haaretz, Israël n’a rien appris des évènements précédents, et notamment de la guerre menée contre le Hamas en 2008-2009 dans la bande de Gaza:

«Israël a lancé l’opération Bordure Protectrice après avoir fait preuve de patience pendant plusieurs semaines en réponses aux insupportables tirs de roquettes sur les habitants du sud du pays, qui continuent et s’étendent même vers son cœur. Mais sa réponse ne peut pas être le meurtre de masse de civils innocents. […] Le bilan humain croissant n’endommage pas seulement sa réputation internationale, il constitue, d’abord et avant tout, une corruption de sa propre nature morale»

Le journal cite l’avis de l’organisation de protection des droits de l’homme B’Tselem, selon qui l’opération actuelle viole le droit humanitaire international, «qui autorise seulement des attaques sur des cibles qui contribuent de manière concrète à des efforts militaires».

Il rappelle qu’en 2009, après une précédente opération dans la bande de Gaza, Israël avait essuyé une protestation internationale d’ampleur, «qui avait atteint son apogée avec le rapport Goldstone», commandé par le Conseil des droits de l'homme des Nations unies et qui avait conclu, en examinant une série d'évènements survenus pendant la guerre, à de possibles crimes de guerre, voire crimes contre l'humanité, de la part de l'armée israélienne comme des forces palestiniennes. Fin décembre 2008, Israël avait lancé une opération militaire d’ampleur contre la bande de Gaza après des tirs de roquettes, opération qui avait fait 1.330 morts palestiniens dont près de 900 civils.

Samedi 12 juillet au matin, le bilan des attaques israéliennes dépassait les 120 morts en cinq jours, dont des femmes et enfants, et frôlait les 1.000 blessés. Comme l'explique l'AFP, «l’offensive israélienne se poursuivait samedi matin [...] avec de nouveaux raids. [...] Peu avant le début du repos du shabbat, le Premier ministre Benjamin Netanyahou a proclamé qu’Israël résisterait à toute ingérence internationale en vue d’un cessez-le-feu».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte