Culture

La mort de Tommy Ramone, le dernier des membres originels des Ramones

Temps de lecture : 2 min

La pochette du premier album des Ramones (1976). De gauche à droite: Johnny, Tommy, Joey et Dee Dee Ramone.
La pochette du premier album des Ramones (1976). De gauche à droite: Johnny, Tommy, Joey et Dee Dee Ramone.

Ils sont rares, les groupes de rock dont tous les membres originels ont disparu. Aujourd’hui, il reste encore deux Beatles, quatre Rolling Stones, trois Clash ou trois Joy Division. Mais, depuis ce samedi 12 juillet, plus aucun des membres fondateurs des Ramones, avec la mort du bassiste Tommy Ramone à l’âge de 62 ans. L'homme dont, selon le magazine Variety, «le jeu de batterie énergique était la turbine impulsant le son bruyant et facétieux du gang en blousons de cuir».

Né Erdélyi Tamás en Hongrie en 1952 (comme le rappelle utilement le Guardian, «tous les membres du groupe ont adopté le nom Ramone alors qu’ils n’avaient pas de lien de famille»), Tommy Ramone était derrière les fûts sur les trois premiers albums studio du groupe, Ramones, Leave Home et Rocket To Russia, sur lesquels on trouvait des classiques comme Blitzkrieg Bop ou Sheena Is A Punk Rocker.

Il avait également produit les deux derniers nommés ainsi que l’album Too Tough To Die en 1984, après avoir été remplacé dans le groupe par Marc Bell, alias Marky Ramone. Il avait également produit Tim, le quatrième album des Replacements, en 1985.

Des quatre Ramones originels, c’est Joey, le chanteur, qui est mort le premier, en 2001, à l’âge de 49 ans. Le bassiste Dee Dee est mort en 2002, à 50 ans, et le guitariste Johnny en 2004, à 55 ans.

Newsletters

Les plus belles photographies de pomme de terre

Les plus belles photographies de pomme de terre

Inspiré en partie par la photographie de pomme de terre de Kevin Abosch vendue un million d'euros en 2016, le premier concours de photos de pomme de terre (Potato Photographer of the Year 2020) vient d'élire son photographe de l'année. Florilège.

«Dawson City», «White Riot», le temps gelé, le temps incandescent

«Dawson City», «White Riot», le temps gelé, le temps incandescent

Odyssée poétique à travers les décennies avec Bill Morrison, pamphlet engagé et électrique chez Rubika Sha, d'une manière très différente, ces deux films mettent en lumière les puissances toniques du documentaire.

«Newport Beach» a réinventé les ados à la télé (et sauvé les geeks)

«Newport Beach» a réinventé les ados à la télé (et sauvé les geeks)

Ça fait dix-sept ans que le pilote de The O.C. a été diffusé à la télévision américaine, en plein cœur de l'été –le 5 août 2003 très exactement. En France, il a fallu attendre octobre 2004 pour voir débarquer la série, rebaptisée Newport Beach,...

Newsletters