SportsCoupe du monde 2014

France-Honduras, pire match de la Coupe du monde 2014 selon un site américain

Repéré par Jean-Marie Pottier, mis à jour le 11.07.2014 à 11 h 39

Les Français Valbuena et Pogba et le Hondurien Palacios. REUTERS/Marko Djurica.

Les Français Valbuena et Pogba et le Hondurien Palacios. REUTERS/Marko Djurica.

Après 62 matches sur 64 joués dans cette Coupe du monde, on peut déjà commencer à tirer un premier bilan: quelle était la meilleure rencontre de la compétition? Et la pire? Carl Bialik, journaliste pour le site américain spécialisté dans les statistiques FiveThirtyEight, s’est attelé à la tâche. Et ses conclusions ne vont pas plaire aux supporters des Bleus, puisqu’il affirme que le Belgique-Etats-Unis en huitièmes de finale (2-1 a.p.) était jusqu’ici le meilleur match, et le France-Honduras du premier tour (3-0) le pire.

Pour élaborer son classement, Bialik a agrégé les critères suivants: enjeu du match (un match à élimination directe est plus important que le Pays-Bas-Chili où les deux équipes étaient déjà qualifiées et ne disputaient plus que la première place), caractère serré du score au long des 90 minutes, quantité et «qualité» des buts, nombre d’occasions franches, pourcentage de passes et de tacles réussis, nombre de fautes…

Le classement peut final peut surprendre. Du côté des meilleurs matchs, on retrouve donc en tête Belgique-Etats-Unis, marqué par la prestation héroïque du portier américain Tim Howard:

«C’était un match décisif et serré, à l’exception des deux minutes entre le second but belge et la réduction du score américaine. Il y a eu beaucoup de duels, d’occasions et de passes réussies, peu de hors-jeu, d’avertissements et d’erreurs majeures.»

Derrière, on retrouve Allemagne-Algérie, ce qui peut là aussi se défendre, le Argentine-Nigéria (3-2) du premier tour terminant sur le podium. Mais figurent aussi dans les dix premiers Nigeria-Bosnie (1-0), Allemagne-France (1-0) et la demi-finale Argentine-Pays-Bas (0-0, 4-2 t.a.b.), dont le moins qu’on puisse dire est qu’elle a divisé les foules, entre ceux qui la tiennent pour un match soporifique et ceux qui y ont vu une intense bataille tactique.

Du côté des dix pires matchs, on trouve quelques matchs à suspense (Costa Rica-Grèce en huitièmes de finale, le Italie-Uruguay marqué par la morsure de Suarez…) et, donc, France-Honduras:

«La France a mené avec une avance confortable quasiment toute la seconde mi-temps. Le match a connu peu de duels, une proportion de tirs cadrés relativement faible, peu d’occasions et un but contre son camp du gardien hondurien Noel Valladares.»

Que nous prouve ce classement? D’abord, qu’il est difficile de mettre le football en équations: Carl Bialik s’avoue lui-même surpris, étant donné les critères qu’il a choisis, de voir le Allemagne-Brésil de Belo Horizonte, plié au bout de vingt minutes, dans le top 10, et reconnaît que tout dépend de la pondération des différents facteurs (en adoptant une pondération légèrement différente, c’est d’ailleurs ce même Allemagne-Brésil qui se retrouve premier!).

Au fil de la compétition, d’autres sites se sont d’ailleurs livrés au petit jeu des meilleur match et pire match, avec des résultats différents: après le premier tour, le site OneWorldSports retenait Allemagne-Ghana (2-2) et Iran-Nigeria (0-0), qui ne figurent pas dans les tops 10 de FiveThirtyEight. Un Allemagne-Ghana également vanté, entre autres, par le Sydney Morning Herald. La chaîne canadienne CBC considère elle Allemagne-France comme un des pires matchs du Mondial.

On peut aussi noter qu’il y a finalement eu peu de grand matchs au sens «classique» du terme: si on devait, pour l’instant, en retenir subjectivement trois, cela serait peut-être Pays-Bas-Espagne (5-1), France-Suisse (5-2) et Allemagne-Brésil (7-1) soit trois scores fleuves où une équipe tête de série a été complètement submergée par son adversaire –la grande tendance de ce Mondial 2014, mais donc rien de comparable à un Brésil-Italie 1982 ou un France-Brésil 1986.

Bref, ce genre de classement, comme tout classement, est l’occasion de débattre à l’infini, comme quand on essaie de déterminer quelles étaient les meilleures Coupes du monde de l’histoire. Et qui sait, peut-être le Allemagne-Argentine de dimanche mettra tout le monde d’accord dans un sens ou dans l'autre, vingt-quatre ans après ce qui est largement considéré comme… la pire finale de Coupe du monde jamais disputée.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte