Coupe du monde 2014Sports

Qui a inventé la bicyclette au football?

Paul Simpsons et Uli Hesse, mis à jour le 13.07.2014 à 13 h 42

Appelée chileña ou Chalaca, ce geste technique est le résultat d'une erreur humaine (une passé ratée) corrigée par le génie humain.

L'Uruguayen Egidio Arevalo Rios tente une bicyclette face à l'Angleterre. REUTERS/Damir Sagolj.

L'Uruguayen Egidio Arevalo Rios tente une bicyclette face à l'Angleterre. REUTERS/Damir Sagolj.

A en croire le livre Soccer in Sun and Shadow de l’écrivain uruguayen Eduardo Galeano, la question de l'inventeur de la bicyclette au football a une réponse plutôt simple:

«Ramon Unzaga a inventé ce geste sur le terrain du port chilien de Talcahuano: le corps en l’air, le dos vers le sol, il tira en arrière en imprimant un mouvement rapide de ses jambes, comme les lames d’une paire de ciseaux.»

Galeano n’est pas en mesure de dater cet évènement, mais la légende veut qu’Unzaga ait inventé ce mouvement en 1914. Chilien naturalisé –il était arrivé de Bilbao avec ses parents en 1906–, il adorait faire des bicyclettes en défense comme en attaque. Après avoir fait la démonstration régulière de son invention au cours de deux Copa America (1916 et 1920), la presse argentine surnomma cette figure la chileña (la chilienne).

Mais ce récit, pour séduisant qu’il soit, ne séduit personne à Callao, le plus grand port du Pérou: l’enquête du journaliste argentin Jorge Barraza suggère que ce mouvement fut inventé par un Chalaco (un habitant de la ville) d’origine africaine, qui tenta cette manœuvre acrobatique au cours d’un match l’opposant à des marins anglais. L'historien péruvien Jorge Bazadre pense que le geste pourrait remonter à 1892. Les Chiliens aurait donc pu, c’est l’hypothèse de Barraza, copier la bicyclette en ayant assisté à des matchs entre les équipes de Callao et du port chilien de Valparaiso. Si vous êtes partisan de cette théorie, alors, la bicyclette est une Chalaca («la frappe de Callao»).

Quelqu'un n'a pas fait son travail

Dans son roman La Ville et les Chiens, paru en 1963, Mario Vargas Llosa suggère que les habitants de Callao ont certainement inventé le coup de pied retourné car ils sont aussi agiles avec leurs pieds qu’avec leurs mains. Mais pas plus le Chili que le Pérou ne sont prêts à abandonner leur prétention d’être le pays où est né ce geste spectaculaire. Ce qui est assez étrange, à bien y réfléchir, car le coup de pied retourné présuppose que quelqu’un n’a pas fait correctement son travail.

Le scientifique allemand Hermann Schwameder, expert en motricité, dit que pour réussir une bicyclette, il faut «de l’instinct, une bonne dose de courage –et surtout une mauvaise passe». Klaus Fischer, qui marqua sur un des plus célèbres coups de pieds retournés de l’histoire de la Coupe du monde, durant les prolongations de France-RFA en 1982, est d’accord:

«D’une manière générale, vous pouvez dire que toute passe qui pousse le joueur la réceptionnant à faire un coup de pied retourné est une mauvaise passe.»

Klaus Fischer lors de France-RFA à Séville, en 1982.

Mais en une fameuse occasion, un penalty mal frappé a donné lieu à un coup de pied retourné. En mai 2010, lors du championnat de Ligue 1 de Hongrie, le Honved mène 1-0 contre son rival du Ferencvaros et se voit accorder un penalty. L’attaquant italien Angelo Vaccaro s’élance pour enfoncer le clou. Il frappe la balle à une hauteur qui permet au gardien de la repousser dans les airs. Vaccaro attend que la balle retombe et, en jetant un œil sur les défenseurs qui se précipitent, effectue un coup de pied retourné qui expédie la balle au fond des filets.

Même si vous ne ratez pas un penalty, un coup de pied retourné réussi est un excellent passeport pour la gloire –même si elle est parfois de courte durée. Le coup de pied retourné de Zlatan Ibrahimovic contre l’Angleterre en novembre 2012 est considéré comme un des plus beaux de l’histoire; le même mois, en tentant de renouveler son exploit lors d’un match de coupe contre Saint-Étienne, Zlatan rata complètement la balle.

«Je me suis dit: pourquoi pas?»

Le spectaculaire coup de pied retourné de Wayne Rooney lors du Derby entre United et City en février 2011 a été désigné comme le plus beau but de l’histoire de la Premier League. Mais Rooney n’en faisait pourtant pas une affaire:

«J’ai vu le ballon arriver dans la surface et je me suis dit: pourquoi pas?»

Le but de Wayne Rooney lors du derby entre Manchester United et Manchester City, en février 2011.

C’est peut-être là que réside le secret du charme indéniable de ce geste technique: il est assez rare de voir une erreur humaine (une passé ratée) si promptement corrigée par le génie humain.

Même un coup de pied retourné raté peut avoir des conséquences imprévisibles. Au cours de la Coupe du Monde 1994, aux Etats-Unis, alors que le pays hôte était sur le point de l’emporter 2-1 contre la Colombie, Marcelo Balboa coupa le souffle à tout le stade en effectuant un magnifique coup de pied retourné qui fila juste au-dessus de la lucarne gauche de la cage. S’il était entré, il serait aujourd’hui un des buts les plus regardés sur YouTube.

Il n’est donc pas entré, mais il a pourtant donné une idée au millionnaire de Denver Philip Anschutz, qui déclara: «Je veux que ce type joue pour mon équipe.» Balboa fut donc signé par les Colorado Rapids et le millionnaire devint un tel fan de football qu’il investit chez les Chicago Fire, les New York/New Jersey Metrostars, les LA Galaxy, le DC United et les San Jose Earthquakes –six des dix clubs de la Major League Soccer. On peut donc dire que le coup de pied de Balboa lança la MLS.

Chronologie accablante

Il y a d’autres personnes qui revendiquent, de manière moins convaincante, l’invention de la bicyclette. Le légendaire attaquant brésilien Leonidas, dont l’élasticité lui avait valu d’être surnomme «l’homme caoutchouc», a ainsi affirmé qu’il était l’inventeur de ce geste. Mais il semble qu’il l’ait utilisé pour la première fois, d’après les documents, qu’en 1932 au sein de son club de Bonsucesson, soit près d’une décennie après Unzaga.

La chronologie est encore plus accablante pour le défenseur central de la Juventus Carlo Parola, qui l’utilisait si souvent qu’on le surnomma «Signor Rovesciata» («M. coup de pied renversé»), tout comme pour Doug Ellis, le président d’Aston Villa, qui affirma avoir inventé ce geste durant la Seconde Guerre mondiale alors qu’il jouait pour Southport.

Mais à cette date, le coup de pied retourné, le retourné acrobatique ou la bicyclette, comme on voudra, était déjà une figure de style connue. En 1927, le club chilien de Colo Colo effectua une tournée en Europe avec son capitaine, attaquant et fondateur David Arellano, et il effectua tant de fois ce geste qu’il devint la coqueluche des Espagnols –avant de mourir d’une péritonite suite à un choc avec un autre joueur, à Valladolid. La bande noire qui surligne l’écusson du club est un hommage à cet attaquant flamboyant dont la mort, aussi prématurée que mémorable, constitue un avertissement à l’endroit de ceux qui ont toujours tendance à en faire un peu trop.

Cet article est extrait de Who Invented the Bicycle Kick?: Soccer's Greatest Legends and Lore par Paul Simpsons et Uli Hesse. Les intertitres sont de la rédaction de Slate.fr

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte