Coupe du monde 2014

Une «anomalie de l'histoire du football»: la presse allemande incrédule et parfois un peu triste

Repéré par Annabelle Georgen, mis à jour le 09.07.2014 à 15 h 06

Repéré sur Taz, Faz, Die Welt

Des supporters allemands réconfortent une Brésilienne à la fin de la rencontre Brésil-Allemagne, lors d'une retransmission sur grand écran à  Sao Paulo. REUTERS/Nacho Doce

Des supporters allemands réconfortent une Brésilienne à la fin de la rencontre Brésil-Allemagne, lors d'une retransmission sur grand écran à Sao Paulo. REUTERS/Nacho Doce

Les Allemands sont restés bouche bée devant leur écran. Heureux mais ébahis, presque incrédules. Comme partout ailleurs, ils ont eux aussi du mal à réaliser ce qui s'est passé mardi soir à Belo Horizonte, comme le montre la presse allemande de ce mercredi matin, à l'exception du quotidien Bild, patriote jusqu'au bout, qui hurle sa fierté: «La victoire pour l'éternité».

Bild

«7-1. Est-ce vraiment vrai?», titre la Süddeutsche Zeitung au sujet de la victoire écrasante de la Mannschaft face au Brésil, qu'elle compare à «quelque chose de semblable à l'arrivée sur une planète inconnue» tout en se mettant à la place de ceux qui auraient raté le début du match:

«Personne ne devait alors plus faire l'erreur d'allumer la télé seulement à partir de la mi-temps, comme le font beaucoup de gens qui regardent le foot, parce qu'avant la pause rien n'est décidé la plupart du temps. Celui qui est arrivé trop tard, celui qui n'a pas vu la mi-temps Müller-Klose-Kroos-Kroos-Khedira n'aura pas pu croire ce que l'on pouvait prendre pour une erreur de connexion en haut à gauche: BRA 0-5 GER.»

Pour la Frankfurter Allgemeine Zeitung, il s'agit d'un «rêve auquel personne ne se serait risqué à rêver», et ce triomphe est tout simplement «incroyable, inconcevable, incompréhensible»:

«Tout était tellement invraisemblable qu'ils ne savaient parfois pas quoi faire de leur joie. Et dire qu'ils avaient fêté un triomphe comme il n'en a encore jamais eu dans l'histoire du football allemand. 7:1 contre le Brésil en demi-finale d'une coupe du monde au Brésil : incroyable. 7:1 contre le cinq fois champion du monde à Belo Horizonte: inconcevable. 7:1 contre le favori au Estadio Mineirao : incompréhensible.»

Le quotidien Die Welt parle lui d'une «folie», d'une «anomalie de l'histoire du football», estimant lui aussi qu'il est difficile d'expliquer la victoire de la Mannschaft face à la Seleçao :

«C'était la plus grande victoire en demi-finale de tous les temps, ce qui fait d'elle une anomalie de l'histoire du football – une analyse tactique ne peut être qu'en partie à la hauteur. Dans 50 ans, nos descendants regarderons le résultat et penseront : ça doit être une erreur d'impression.»

La «FAZ».

Ne cédant pas à la folie des grandeurs, la Tageszeitung conserve son esprit critique habituel, usant d'une métaphore pour le moins surprenante pour décrire ce qui s'est produit mardi soir:

« Un jeu comme un accident de voiture. Brutal. Douloureux. Impitoyable. Une nuque brisée footballistique. Ce n'était pas beau. Et nous devions pourtant regarder. »

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte