Culture

Aux Etats-Unis, chaque Etat définit le rock classique à sa sauce

Temps de lecture : 2 min

Au détour d’une recherche sur le contenu des radios spécialisées en rock classique aux Etats-Unis, un journaliste a élaboré une carte des habitudes musicales des fans de rock américains. De San Francisco à New York, le rock classique prend des visages différents.

AC/DC Black Ice Tour 2009 Buenos Aires 4 de diciembre/Ed Vill via Flickr licence by

Etonné d’entendre un morceau de Green Day sur une radio dédiée au rock classique, le journaliste à FiveThirtyEight Walt Hickey a décidé de mener une enquête sauvage sur le contenu musical des radios de rockeurs américaines. Avec pour fil conducteur cette question: comment définir le rock classique?

Il a passé en revue et classé tous les titres diffusés pendant une semaine sur 25 stations de rock classique dans les 30 plus grandes zones métropolitaines des Etats-Unis, soit 2.230 morceaux, interprétés par 475 artistes.

A partir de cette quantité impressionnante de données, il a, entre autres, dressé une carte qui rend compte des différentes variétés de rock que les Américains écoutent. Avec quelques surprises à la clé.

Globalement, on remarque par exemple que le sud des Etats-Unis se distingue par un goût plus prononcé pour le hard-rock. Les habitants de San Antonio (Texas) écoutent 4,3 fois plus de morceaux de Mötley Crüe que le reste des Etats-Unis.

D’après Eric Wellman, le responsable rock de Clear Channel, propriétaire de 9 des 25 stations de radio analysées, cela pourrait être dû à l’immigration hispanique:

«L’afflux hispanique dans le sud des Etats-Unis a considérablement changé le paysage du rock. Il est couramment admis que les Hispaniques qui écoutent du rock anglo-saxon apprécient un rock anglo-saxon nettement plus hard», explique-t-il sur FiveThirtyEight.

Les migrations internes peuvent aussi expliquer certaines pratiques culturelles régionales en matière de rock. Par exemple, à New York, on écoute 2,6 fois plus Billy Joel que dans le reste du pays, mais on l’écoute aussi beaucoup à Miami (Floride) –1,8 fois plus.

«Pourquoi? s’interroge l’auteur de l’article sur FiveThirtyEight. Demandez-vous qui pourrait bien écouter des stations de rock classique à Miami: des New-Yorkais à la retraite!»

Slate.fr

Newsletters

Moses Farrow, le fils de Woody Allen et Mis Farrow s'exprime, il faut aussi l'écouter

Moses Farrow, le fils de Woody Allen et Mis Farrow s'exprime, il faut aussi l'écouter

[BLOG You will never hate alone] Dans un long texte pudique et toute en retenue, Moses Farrow tient à dire sa vérité. À ses yeux, son père n'a jamais pu commettre les actes qui lui sont reprochés.

Il faut lire «Portnoy et son complexe», de Philip Roth

Il faut lire «Portnoy et son complexe», de Philip Roth

Philip Roth n'aurait sans doute pas imaginé que son roman aiderait un homme transgenre confiné dans un refuge pour femmes victimes de violences conjugales.

Silence, on mange!

Silence, on mange!

Le cinéma français n’aime rien tant que casser la croûte. À tel point que la cuisine et la gastronomie sont devenues un élément central de ses chefs-d’œuvre. Ou de ses navets.

Newsletters